Investissements en travaux sylvicoles

3 années de stabilité pour Rexforêt

63 entreprises oeuvrent sous la certification ISO 14 001 de Rexforêt. Des groupements forestiers, des coopératives forestières et d’autres types d’entrepreneurs forestiers ont choisi cette option afin de respecter la certification pour travailler en forêt publique.

63 entreprises oeuvrent sous la certification ISO 14 001 de Rexforêt. Des groupements forestiers, des coopératives forestières et d’autres types d’entrepreneurs forestiers ont choisi cette option afin de respecter la certification pour travailler en forêt publique.

Photo: Guy Lavoie

6 Août. 2015

En juillet 2014, c’est tout près de 120 M$ en contrats qui avaient été signés. Cette année, MARC LAMONTAGNE, directeur général de Rexforêt, considère que le processus de signature des contrats s’est encore amélioré. Le Monde Forestier s’est entretenu avec le directeur général de Rexforêt afin de discuter de la signature des contrats et de la saison en cours.

Guy Lavoie

«Le processus de signature des contrats est au point et ça fonctionne bien. Durant la première année en 2013, il y a eu des retards. En 2014, plusieurs contrats se sont signés entre avril et juillet pour près de 120M$ et cette année, le montant attribué en contrats à la fin juin s’élève à 129 M$».

Mais au-delà des signatures et du processus d’attribution des contrats sur les rails, c’est la stabilité qui caractérise le mieux les investissements en forêt qui transitent par Rexforêt. Pour la saison 2014-2015, ce sont 165 M$ au total qui ont été investis dans le programme régulier de travaux sylvicoles non commerciaux (TSNC). De cette somme, 21,9 M$ ont été attribués par des appels d’offres publics.

À titre de comparaison, le montant était de 9,3 M$ pour les appels d’offres de 2013-2014. Le directeur général prévoit que le montant de 2015-2016 sera semblable à 2014-2015. Question d’améliorer le processus pour les appels d’offres, Rexforêt a fait réaliser 45 visites-terrain à l’automne 2014 en prévision de la saison 2015- 2016. Il s’agit d’une première. «À l’automne 2015, on vise à en faire plus», confie-t-il.

M. Lamontagne précise aussi, tel que le gouvernement Couillard l’a annoncé en février dernier, que le montant total des TSNC sera sensiblement le même pour la saison en cours et la suivante. «C’est la première fois que le gouvernement annonce ce budget pour deux ans. On peut appeler ça de la stabilité. C’est bon pour l’industrie, c’est bon pour Rexforêt, pour le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et bien sûr, pour les travailleurs. Pour les années 2014, 2015 et 2016, les entreprises vont recevoir le même budget. Évidemment, il faut considérer les appels d’offres. Certaines entreprises sont plus actives et leur budget peut varier en fonction de leur succès ou non à décrocher des contrats de cette façon», soutient le directeur général. Celui-ci se dit aussi très satisfait de la gestion des appels d’offres par l’entremise d’un microsite Internet pour gérer les communications avec les entrepreneurs. En tout, 166 appels d’offres y ont transité. Pour le directeur général, c’est un «objectif atteint, ça fonctionne très bien».

Certification

Autre donnée intéressante : 63 entreprises oeuvrent sous la certification ISO 14 001 de Rexforêt. Des groupements forestiers, des coopératives forestières et d’autres types d’entrepreneurs forestiers ont choisi cette option afin de respecter la certification pour travailler en forêt publique. «On se demandait combien d’entreprises profiteraient de cette mesure. Jamais on n’aurait pensé que 63 nous le demanderaient. Il y en a de très petites et de très grosses. Par contre, le nombre n’avait pas vraiment d’importance. On souhaitait que ça fonctionne bien. Et, ça fonctionne bien! Ça nous demande du travail supplémentaire, mais comme on est déjà en relation et sur le terrain avec ces entreprises, ça s’est bien intégré au reste.» Le directeur général n’a pas d’indication, à savoir si ce nombre va augmenter ou diminuer à court terme. Ce privilège offert aux entreprises est renouvelable annuellement.

Vérification des conditions de travail

Comme le permet les contrats, Rexforêt peut vérifier si une entente décrochée par appel d’offres semble l’être par le biais d’une baisse des conditions de travail. L’an dernier, quatre contrats ont semé assez de doutes pour que cette mesure soit enclenchée par l’organisation de M. Lamontagne. À la suite de vérifications, confiées à une firme comptable externe, un projet a été sanctionné. «Sur un projet, on a jugé que l’entreprise a réduit les conditions de travail. Ainsi l’entreprise ne peut soumissionner pour une période de 12 mois». À court terme, Rexforêt prévoit faire des vérifications chaque saison. Quant aux taux pour ce type de travaux, en 2013 on avait mesuré une baisse de 18% et l’an dernier une baisse autour de 10%. Il est trop tôt présentement pour prédire à quel niveau se situera la saison 2015-2016.