Aide bonifiée contre la tordeuse en forêt privée

6 Jan. 2020

 

Groupements forestiers Québec (GFQ) et la Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) saluent l’annonce du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Pierre Dufour, d’élargir les critères d’admissibilité́ pour protéger les petites forêts privées contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE). Les deux organisations se réjouissent également des nouvelles sommes accordées pour le reboisement des forets en perdition et récoltées en raison de cette épidémie.

RÉNALD BERNIER, président de Groupements forestiers Québec, accueille positivement l’amélioration du programme : «j’ai assisté à la conférence de presse concernant l’annonce faite par le ministre, PIERRE DUFOUR, dans le dossier des superficies éligibles au programme de pulvérisation contre l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Grâce au beau partenariat entre la Fédération des producteurs forestiers du Québec et Groupements forestiers Québec (ancien RESAM) la superficie minimale admissible passe de 10 à 4 hectares, c’est une excellente nouvelle pour nos propriétaires, et permettra la protection des investissements de l’État.»

En effet, dorénavant la superficie minimale des blocs d’arrosage d’insecticide biologique sera de 4 hectares pour les opérations d’épandage aérien de la Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies (SOPFIM).

Investissement additionnel

De plus, un budget de 3 M $ sur 2 ans s’ajoutera aux programmes existants pour permettre la remise en production des peuplements forestiers dans le contexte de l’épidémie de la TBE. Ces décisions résultent de travaux menés au sein de la cellule d’urgence sur la gestion des conséquences de l’épidémie de la TBE, qui réunit des représentants de la FPFQ, de Groupements forestiers Québec et du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

« Les effets de cette épidémie sont trop importants pour qu’un seul partenaire suffise à gérer cette crise, mais la mise en commun de nos ressources et de nos expertises en réduira les conséquences », a pour sa part déclaré M. PIERRE-MAURICE GAGNON, président de la FPFQ.

Quant au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Pierre Dufour, il explique que « ces deux annonces s’inscrivent dans le cadre d’un plan d’action global qui a pour but de réduire la vulnérabilité des forêts et de minimiser les conséquences économiques négatives du passage d’une épidémie de la TBE. La réduction de la superficie minimale permettra de protéger plus de matière ligneuse et d’investissements sylvicoles dans les régions touchées, alors que le montant alloué à la remise en production de peuplements favorisera la réduction des gaz à effet de serre. Il s’agit donc de deux excellentes nouvelles, mais aussi de la démonstration concrète de l’importance qu’accorde le gouvernement du Québec à la gestion de l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette».

Rappel du programme

Les arrosages d’insecticides n’étaient effectués que dans la forêt publique et les grandes surfaces de forêts privées. En 2017, le gouvernement du Québec a annoncé un investissement de 10 millions $ pour lutter contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) dans les petites forêts privées.

Ce programme de pulvérisation aérienne s’échelonne sur quatre ans (jusqu’à la fin de 2021) et c’est la Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies (SOPFIM) qui en assure la gestion.