Aménagement de la rivière Osgood: bilan positif

M. André Martin, président directeur générale de la fondation de la faune du Québec (FFQ), M. Jean-Philip Gagné, attaché politique du député de Lotbinière- Frontenac M. Laurent Lessard, M. Robert Blais, président du groupement agroforestier Lotbinière-Mégantic inc., M. Paul Vachon, Maire de Kinnear’s Mills, Mme Marie-Klaude Paquet, présidente des Caisses Populaires Desjardins de la Région de Thetford, M. Ghislain Hamel, préfet de la MRC des Appalaches et M. André Rodrigue, maire de Disraeli.

M. André Martin, président directeur générale de la fondation de la faune du Québec (FFQ), M. Jean-Philip Gagné, attaché politique du député de Lotbinière- Frontenac M. Laurent Lessard, M. Robert Blais, président du groupement agroforestier Lotbinière-Mégantic inc., M. Paul Vachon, Maire de Kinnear’s Mills, Mme Marie-Klaude Paquet, présidente des Caisses Populaires Desjardins de la Région de Thetford, M. Ghislain Hamel, préfet de la MRC des Appalaches et M. André Rodrigue, maire de Disraeli.

Photo: courtoisie

22 Août. 2013
Marie-Claude Boileau

Le Groupement agro-forestier Lotbinière-Mégantic inc. peut dire «mission accomplie! ». Après avoir réalisé une étude sur l’état de santé de la rivière Osgood et réalisé des travaux d’aménagement durable, le cours d’eau a retrouvé fière allure. La fin du projet a été soulignée lors d’une inauguration qui s’est tenue le 7 juin dernier.

MATHIEU WÉRA-BUSSIÈRE, responsable du projet au sein du Groupement agro-forestier Lotbinière-Mégantic (GAFLM), dresse un bilan très positif du projet. «Les trois années d’intervention et d’aménagement nous ont permis de solutionner plusieurs des problématiques que l’on avait identifiées dans l’étude. En fin de compte, ça nous a permis de mettre en valeur la rivière Osgood en plus de permettre aux gens de se réapproprier le cours d’eau.» En fait, ce cours d’eau prend sa source dans le haut de la montagne. Comme l’eau descend rapidement, lorsqu’elle arrive dans le bas du bassin versant, dans le piémont, ça crée des particules de gravier, des problèmes de sédimentation et d’érosion. De plus, les niveaux de l’eau sont variables dès qu’il y a un orage. Rappelons que le projet s’est déroulé en plusieurs phases. D’abord, le groupement forestier a effectué une étude de caractérisation du bassin versant de la rivière Osgood avec la collaboration du Groupe de concertation des bassins versants de la zone Bécancour (GROBEC). Avec ce portrait en main, le GAFLM a déposé en 2010 un projet au ministère des Ressources naturelles et de la Faune, à la Fondation de la Faune et au Conseil régional des élus (CRÉ) de la Chaudière-Appalaches pour résoudre les problèmes identifiés. La phase 1 a permis de restaurer un tronçon de 1500 mètres de la rivière Osgood par l’aménagement de 11 seuils qui a été suivi de 11 fosses et d’abris à poissons ainsi que la stabilisation de deux des rives par des enrochements. On a bonifié le site d’un sentier pédestre pour donner accès aux fosses aux pêcheurs. Dans la deuxième phase réalisée à l’automne 2012, le groupement a repris les travaux d’aménagement par l’installation de cinq seuils, quatre déflecteurs doubles, neuf déflecteurs simples et un enrochement de rive d’une longueur de 140 mètres. De plus, l’ajout de 18 nouvelles fosses et 50 abris pour les poissons a porté leur nombre à un total de 32. En tout, le site a été revitalisé sur une distance de 4,5 km entre Kinnear’s Mills et Saint-Jacques-de- Leeds.

Partenaires

Le projet a nécessité un investissement total de 532 276$. Parmi les partenaires, on retrouve la CRÉ de la Chaudière-Appalaches (336 001$), Laurent Lessard, député de Lotbinière-Frontenac, la Fondation de la Faune du Québec, les Caisses Populaires Desjardins de la Région de Thetford, les municipalités de Kinnear’s Mills et Saint-Jacques de Leeds, le Groupement forestier Lotbinière-Mégantic et le ministère des Ressources naturelles et de la Faune. «Je tiens à souligner l’importante contribution des nombreux partenaires qui nous ont supportés dans cette aventure. Je suis également reconnaissant envers les propriétaires de boisés qui nous ont autorisés un droit de passage afin que la population puisse dorénavant accéder à cette magnifique rivière», souligne le président du Groupement agro-forestier Lotbinière-Mégantic, ROBERT BLAIS.

Positif pour l’omble de fontaine

Les aménagements ont démontré des effets positifs sur l’habitat de l’omble de fontaine tout comme sur les utilisateurs du milieu, qui profitent de l’aménagement du site pour initier des activités de mise en valeur telles que : des ensemencements de truites, la fête de la pêche et la création d’une école de pêche à la mouche destinée aux jeunes de la région. Un constat qui réjouit M. Wéra-Bussière : «Cela a amené d’autres utilisateurs à mettre sur pied des projets en regard avec les aménagements afin d’en bénéficier davantage.» Au GAFLM, ce projet est l’un des plus importants sur lequel ils ont travaillé. De ce projet d’autres initiatives sont nées. «Nous avons fait beaucoup d’aménagement forêt-faune avec les propriétaires. Nous avons entre autres travaillé avec une espèce de tortues en péril. Nous nous sommes toutefois un peu plus spécialisés en milieu aquatique au cours des dernières années, notamment en ce qui concerne des études, de la caractérisation de l’habitat du poisson, et ce, toujours dans l’objectif d’entreprendre des aménagements», soutient M. Wéra-Bussière.