Bientôt une meilleure couverture Internet?

30 Avr. 2020

De la crise de la COVID-19 pourrait-il résulter des effets positifs? Et si c’était l’électrochoc dont avait besoin le Québec pour se doter d’une couverture Internet digne de ce nom à la grandeur de son territoire?

C’est ce que croit BRUNO GUGLIELMINETTI, spécialiste des technologies et porte-parole du CEFRIO, un organisme indépendant qui soutient et accélère l’innovation et l’appropriation du numérique au Québec.

«On assiste actuellement à une réelle prise de conscience. Jamais les conditions n’ont été à ce point réunies pour donner le coup de barre nécessaire afin de combler le fossé numérique», déclare-t-il.

M. Guglielminetti voit cela dans le discours du premier ministre du Québec, François Legault, de même que de l’ensemble de l’appareil gouvernemental qui en est venu à privilégier Internet et le télétravail.

Il est vrai que les consignes de confinement et de distanciation entre les personnes ont fait en sorte que le télétravail est devenu la planche de salut pour un grand nombre d’entreprises. Encore faut-il toutefois que les gens aient un accès à Internet permettant un travail efficace, ce qui est encore loin d’être le cas dans plusieurs régions.

Actuellement, les centres des villes et des municipalités sont généralement bien couverts, mais il suffit de s’en éloigner quelque peu pour se retrouver dans des zones mal desservies.

«Peu importe leur lieu de résidence, les citoyens paient des taxes et il faut leur permettre à tous de contribuer à l’économie. Tout indique que le gouvernement vient de comprendre cette réalité et ça augure bien pour la suite des choses», soutient M. Guglielminetti.

Qu’en est-il de la connexion en forêt? Un grand nombre d’entreprises souhaitent faire le virage 4.0 et brancher l’usine aux opérations qui se passent dans le bois, ce qui leur donnerait accès à de précieuses données leur permettant de gagner grandement en efficacité. Elles sont toutefois freinées par la couverture déficiente ou inexistante en forêt.

De ce côté aussi, M. Guglielminetti est d’avis qu’il y a de l’espoir. Il réfère, notamment, à quelques projets d’Internet satellitaires dont la réalisation pourrait s’accélérer et qui permettraient d’offrir une couverture sur l’ensemble du territoire.

Il faudra donc suivre avec attention le travail effectué par le ministre délégué à la Transformation gouvernementale, ÉRIC CAIRE. Avant même l’éclosion de la crise, celui-ci devait jeter les bases d’une véritable stratégie numérique pour le Québec.

Le contexte actuel fait en sorte que son mandat s’en trouve renforcé. D’un autre côté, il lui faudra livrer la marchandise. «Des grandes décisions vont devoir être prises. La bonne nouvelle, c’est que le gouvernement n’a tout simplement plus le choix d’agir», conclut M. Guglielminetti.