Marc Beaudoin

Belle-maman, passez-moi le bon outil svp!

30 Oct. 2014

Vous avez certainement déjà vu les infopubs à la télévision. Vous savez, celles qui parlent de produits comme le Shamwow!

Bien, l’autre jour, j’ai du cuisiner avec ma belle-mère. Malheureusement, on a des façons de faire un peu différentes. Moi, je crois qu’il est plus sage et judicieux d’utiliser les bons outils. Elle, elle préfère utiliser ses «nouveaux gadgets». Alors voilà!

– Belle-maman, passez-moi le couteau de chef svp!

– Non non, pas le «Slap chop», le gros couteau de chef!

– «C’est un bon outil, le gars nous l’a montré à la télévision» me dit-elle.

Et moi de répondre : «OK, je veux bien, mais je ne ferai aucune entourloupette comme lui pour cacher que ça ne vaut pas grand chose!» Et ça continue jusqu’au moment ou je me coupe avec le «batinse» de Slap chop parce qu’un morceau de navet est pogné dedans!

Une grosse commande!

Utiliser le bon outil est toujours payant. Ce le sera encore plus au cours des prochaines années, car les changements qui se pointent au bout de notre nez sont importants. Production de bois et argent sur le terrain devront devenir deux enjeux quotidiens pour tous les acteurs de la forêt privée.

En ce sens, si le Gouvernement en veut pour son argent, il doit s’appuyer en premier lieu sur les groupements forestiers, qui rappelons-le, sont la genèse du programme de mise en valeur de la forêt privée.

Qu’est-ce qu’un groupement forestier?

À tort, nous assumons que tous connaissent ce qu’est un groupement forestier. Ce n’est pas le cas. Alors voici : les groupements forestiers sont des entreprises collectives qui ont pour modèle d’affaires d’offrir des services d’aménagement, de mise en marché et tous les services nécessaires à des propriétaires membres dans le but de mettre en valeur l’ensemble de leur bien forestier pour des retombées collectives.

Ce modèle a permis de générer des retombées importantes dans les régions forestières depuis 40 ans et il sera encore au front dans l’avenir.

Voici pourquoi :

– Structurer les actions collectives d’aménagement forestier: L’analyse du profil des propriétaires de lots boisés démontre clairement que les raisons pour posséder un lot sont multiples. Comme le temps consacré à la gestion d’un lot est limité, ce dernier a aussi besoin de support professionnel pour mettre sa propriété en valeur. Comme le technicien à l’emploi du groupement forestier est embauché pour servir le propriétaire (son membre) et non de générer des profits pour son patron, il a tout intérêt à être à l’écoute des besoins et de proposer des solutions avantageuses au propriétaire. Ce faisant, il doit se créer un lien de confiance. Ce lien de confiance est essentiel afin que le propriétaire prenne conscience de l’importance de mener le processus d’aménagement complet, c’est-à-dire de la plantation d’arbres jusqu’à la récolte.

– Produire du bois «durable» et certifié: Il y a production de bois et, production de bois durable. On peut bien parler de créer de la richesse, mais si on pille les lots boisés, on ne sera pas en meilleure position. Produire du bois avec un groupement forestier, c’est avant tout s’assurer que le bois sera issu de pratiques durables et respectueuses de l’environnement.

Il s’agit de l’étape ultime du processus d’aménagement, soit l’aboutissement de la chaîne de valeur pour le groupement forestier.

– Assurer la transparence et l’efficacité dans l’utilisation des fonds publics: Les groupements forestiers sont les seules structures qui regroupent des propriétaires membres impliqués dans la gestion et l’administration collective de leur bien sur la base d’une adhésion libre et volontaire. Ce modèle d’affaires est d’ailleurs encadré par des balises reconnues et auditées par l’État.

L’utilisation efficace des fonds publics en forêt privée est sauvegardée par le modèle d’affaires des groupements forestiers, puisque la recheche de bénéfice d’un propriétaire unique n’est pas le motivateur de l’entreprise. Il s’agit plutôt de la qualité des services rendus aux propriétaires membres. Les surplus, lorsque constatés, sont principalement réinvestis dans le développement de nouvelles activités, dans l’achat d’équipement et dans la diversification des activités.

– Assurer le maintien des conditions des travailleurs: Les groupements forestiers sont des instruments de consolidation des forces vives du milieu, en maintenant en place une main-d’œuvre capable et efficace. À ce titre, les efforts de rétention et de valorisation de la main-d’œuvre demeurent une préoccupation générale au sein des groupements forestiers. À titre d’exemple, le taux de roulement est trois fois plus faible comparativement à des entreprises semblables.

En conclusion

Des décisions devront être prises prochainement en ce qui concerne le futur de la forêt privée. Il peut être divertissant d’écouter une infopub, mais comme société, utilisons le bon outil pour parvenir à nos fins.