Renald Bernier

Bienvenue monsieur Dufour !

2 Nov. 2018

Monsieur le Ministre, tout d’abord, félicitations pour votre nomination. Dans les prochains jours, vous recevrez un bon nombre de demandes. Plusieurs groupes vous rencontreront pour faire part de leurs besoins. Les prochains mois seront frénétiques pour vous.

J’avais préparé ma liste de choses à faire moi aussi. Par contre, je trouvais que cela ne donnait pas une juste compréhension de la situation à laquelle vous devrez faire face. En effet, plutôt que d’ajouter à votre liste de tâches, j’ai plutôt envie de vous faire un cadeau pour votre arrivée en poste.

La forêt privée au cœur de la solution

La forêt privée se situe plus au sud de la province. Par le fait même, elle dispose de meilleures conditions de croissance que la forêt publique. Tout investissement consenti sur un territoire plus productif engendrera inévitablement de plus grandes retombées. Les baisses de possibilité́ sur forêt publique (environ 35% depuis les 9 dernières années) se font sentir à mesure que la demande pour le bois d’œuvre québécois augmente.

L’État doit non seulement investir en forêt privée afin de profiter de son grand potentiel de croissance (donc de richesse), mais aussi pour tempérer les effets des baisses de possibilité en forêt publique. Les sommes investies en forêt privée possèdent de plus la caractéristique intrinsèque de profiter à l’économie régionale en stimulant l’emploi et la consommation.

MAIS ENCORE

Si mon texte s’arrêtait là, vous auriez raison de dire que mon cadeau n’en est pas vraiment un. Toutefois, n’arrêtez pas, l’histoire continue. En effet, la forêt privée est une pièce maîtresse dans le développement des régions forestières et de l’économie du Québec. Toutefois, le cadeau que vous recevez est celui-ci: une structure où ses constituants travaillent ensemble et qui a démontré qu’elle est capable de livrer la marchandise.

JE M’EXPLIQUE

Depuis plus de 60 ans, l’histoire de la forêt privée a été marquée de plusieurs évènements. Certains ont mené à des confrontations. Par contre, depuis les 8 dernières années, nous pouvons dire qu’un changement important s’est opéré.

En effet, depuis le dernier rendez-vous sur la forêt privée de 2011, les partenaires de la forêt privée ont décidé de travailler autour des enjeux qui les unissent plutôt que sur ceux qui les divisent. Ce changement d’attitude a mené à des collaborations tout à fait remarquables et voici quelques exemples.

Mobilisation des bois

L’État a constaté que l’apport accru de la forêt privée à l’approvisionnement des usines était nécessaire pour maintenir la croissance du secteur forestier. Il a demandé à ce que les partenaires mettent l’épaule à la roue afin d’augmenter les livraisons d’un million de mètres cubes. Le message a été entendu. Un plan de mobilisation a été mis en place, et la force de production s’est adaptée. Achats de machinerie, formations des travailleurs, informations auprès des producteurs, campagnes publicitaires sont tous des exemples d’actions concrètes de la part des partenaires de la forêt privée qui ont permis d’atteindre l’objectif.

Tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE)

Face à la menace que représente l’épidémie de TBE, la Fédération des prpoducteurs forestiers ainsi que RESAM se sont regroupés afin de concevoir et de mettre en œuvre un plan d’action dans le but de mitiger les impacts négatifs. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) s’est joint à l’équipe. Cette approche a permis de bien évaluer les besoins et d’identifier les mesures nécessaires afin de combattre cette épidémie. Au final, elle aura aussi permis de convaincre l’État d’investir deux fois plutôt qu’une dans la lutte contre l’épidémie de TBE.

Réglementation municipale

À l’origine, le rôle que devait jouer le monde municipal dans le développement de la forêt privée était, en premier lieu, de la protéger d’interventions destructives. À ce sujet, le travail a été fait. Par contre, l’hétérogénéité de ces règlementations a vite fait de poser des problèmes d’application pour ceux qui devaient réaliser les interventions sur le terrain.

Au fil des années, plusieurs représentations ont été faites afin d’uniformiser les règlementations, mais en vain. Dernièrement, les partenaires de la forêt privée se sont regroupés afin de mettre en place des outils de formation afin de permettre aux municipalités d’asseoir leur travail sur des bases communes.

Un outil peu commun

Monsieur le Ministre, je pourrais continuer à donner des exemples notamment en parlant des efforts des fonctionnaires de votre ministère afin de donner de la prévisibilité à notre secteur ou bien de tout le travail entourant la protection des milieux humides. Toutefois, ce que j’aimerais que vous reteniez, c’est que les artisans de la forêt privée peuvent vous apporter des mètres cubes de bois certes, mais surtout une aide incomparable dans l’atteinte de vos nombreux objectifs.

Encore une fois, félicitations et bienvenue !