Martin Béland

Bravo au Saguenay–Lac-Saint-Jean

30 Jan. 2018

Le monde forestier souhaite de faire mieux connaître les régions forestières québécoises en y consacrant un numéro annuel. Pour débuter, le choix de la région du Saguenay Lac-St-Jean s’imposait!

Les gens considèrent généralement que leur région est mieux que les autres. Je le crois aussi, la forêt des Appalaches est magnifique et elle pousse vite. Les gens qui y travaillent sont aussi formidables et débrouillards. Notre tour viendra pour exposer nos vertus.

Cependant, la région 2 contribue d’une manière exceptionnelle à la foresterie québécoise. Je peux en témoigner parce que j’ai eu le privilège d’y travailler pendant 10 ans. Vous trouverez dans ce cahier beaucoup d’informations, mais voici pourquoi cette région m’impressionne.

DES COOPÉRATIVES EXCEPTIONNELLES

Les coopératives forestières du Saguenay Lac-Saint-Jean totalisent près de 50% du chiffre d’affaires du réseau. Elles représentent pourtant moins de 20% du nombre. Plusieurs sont donc d’une grande taille. Elles occupent tous les segments de la foresterie, dont la production de plants, la sylviculture, la voirie, la récolte, le transport et la transformation.

Elles produisent aussi de la biomasse et des produits forestiers non ligneux. Ces coopératives exercent une grande influence sur la vitalité de leur communauté respective. Quand elles s’unissent, et elles le font de plus en plus, elles sont aussi très puissantes. Je garde d’excellents souvenirs de mes années coopératives dans cette région.

Une industrie dynamique et intégrée

Sans rien enlever aux mérites des coopératives, il faut mentionner qu’elles profitent quand même d’un tissu industriel intégré et complémentaire. Plusieurs usines de sciage performantes sont disséminées dans le territoire, dont des usines intégrées et plusieurs scieries familiales indépendantes.

Même s’il a un peu baissé de régime, le réseau d’usines de pâtes et papiers offre encore des débouchés intéressants pour les copeaux de la région. Il existe en ce moment un problème pour les bois feuillus de qualité pâtes, mais les espoirs sont grands que Norbord reparte l’ancienne usine de Louisiana Pacifique. La situation régionale deviendrait alors pratiquement idéale. La région bénéficie de la présence de nombreux entrepreneurs forestiers dont la réputation sort largement du territoire. Tout un écosystème de fournisseurs s’est aussi développé pour soutenir ces différents acteurs.

DES ÉLUS QUI ONT LA FORÊT À COEUR

Quand il faut monter au front pour défendre la foresterie québécoise, des élus de plusieurs régions forestières se mobilisent. Ceux du Saguenay Lac-St- Jean sont particulièrement actifs dans ces circonstances. Ils prennent leur place et ils clament haut et fort l’importance de cette industrie pour la vitalité de leur région. Ils sont même prêts à investir financièrement pour supporter des initiatives qui soutiennent le secteur forestier.

UN RÉSEAU ACADÉMIQUE TRÈS ACTIF

La région reçoit un très bon support du réseau de l’éducation. La Commission scolaire du Pays-des-Bleuets est très présente pour former les futurs travailleurs. C’est même elle qui a été longtemps responsable du programme de certification des abatteurs manuels de toute la province. Le CÉGEP de St-Félicien forme aussi des technologues qui vont s’occuper de la faune, mais aussi de la forêt. L’UQAC constitue un pôle important de recherche et de formation pour la forêt boréale. Il est aussi très stimulant de constater les efforts de plusieurs partenaires qui travaillent pour démarrer à Dolbeau le Centre d’excellence en entrepreneuriat forestier.

UNE ASSOCIATION FORESTIÈRE QUI FAIT DES MERVEILLES

Je souhaite aussi souligner le travail remarquable qui est effectué par l’association forestière régionale. La région vient d’ailleurs de souligner le travail soutenu de Diane Bouchard qui depuis plusieurs décennies dirige cette association. Ses stratégies, bien appuyées par une équipe dynamique et un conseil d’administration impliqué, contribuent grandement à construire une forte culture forestière. L’association semble avoir réussi à changer les perceptions d’une très grande majorité de jeunes qui ont été exposés à un discours constructif sur les vertus de la foresterie. Bravo!

LA CONTRIBUTION AU SECTEUR FORESTIER QUÉBÉCOIS

Cette région semble vraiment privilégiée de bénéficier de tous ces atouts, dans ce qui ressemble beaucoup à un cercle vertueux. Il ne faut pas les envier. D’une part, elle travaille fort pour rester pertinente et elle fait partie de la grande famille du secteur forestier québécois. Ses contributions font avancer toute la foresterie québécoise. Je vous suis reconnaissant. Joyeuses fêtes et bonne année 2018 à vous tous!