Jocelyn Lessard

Ce que tu fais te fait!

14 Fév. 2018

Je n’ai pas trouvé l’origine de ce proverbe, mais il est opportun de s’en inspirer pour débuter cette année!

UNE CONVERGENCE DE PHÉNOMÈNES POUR VALORISER LE SECTEUR FORESTIER

Le proverbe signifie que les gestes que nous posons nous construisent. Oui, cher lecteur, je vous interpelle. Plusieurs signes de changement positifs sont visibles. Nous devons, ensemble, les accélérer.

LA VIGUEUR DU MARCHÉ ET LE POTENTIEL DE NOS PRODUITS

Il existe encore des nuages liés au protectionniste de nos voisins, mais le marché reconnaît la valeur de nos produits. Nos scieries produisent à plein régime et elles génèrent des bénéfices, même en payant les odieux droits imposés. Comme on dit que l’on flatte l’éléphant et que l’on piétine la fourmi, la rentabilité entraîne des investissements dans les usines. Les produits forestiers ont de la valeur et nous préparons ceux de l’avenir qui révolutionneront plusieurs industries.

L’AVIS DU FORESTIER EN CHEF

Le Forestier en chef pose tous les jalons nécessaires pour revoir nos façons de faire pour que la forêt québécoise atteigne son plein potentiel. En se dotant d’une véritable stratégie de développement, sans compromettre nos autres engagements, nous créerons beaucoup plus de richesse.

Peu importe où nous nous trouvons dans la chaîne de valeur des produits forestiers, en forêt publique ou privée, nous devons contribuer à transformer cet avis en plan d’action. En se faisant confiance et en ne laissant personne au bord du chemin, nous réaliserons de grandes choses pour le bénéfice de tous les Québécois.

UNE FORÊT DE POSSIBILITÉS!

Vous connaissez le collectif qui milite pour faire connaître et reconnaître l’importance du secteur forestier au Québec. Les moyens sont modestes, mais le collectif vise quand même le grand public. Tous doivent donner de la résonnance au message.

LE DYNAMISME DE FORAC

Les coopératives forestières se sont jointes au groupe de partenaires de FORAC il y a quatre ans. L’apport du consortium se fait progressivement sentir dans nos pratiques. Nous contribuons aussi avec enthousiasme à la préparation de la prochaine programmation de recherche. La science et la collaboration sont des puissants vecteurs de développement.

LE GROUPE DE TRAVAIL SUR L’ENTREPRENEURIAT FORESTIER

Ce groupe est discret, mais très concret. Plusieurs partenaires y participent, en collaboration avec le MFFP, pour améliorer l’environnement d’affaires des entrepreneurs de récolte et de transport. Un atelier a été organisé avec succès en avril dernier et un autre se tiendra au printemps. Le groupe s’est doté d’un plan pour s’attaquer aux obstacles qui nuisent aux entrepreneurs. Nous travaillons à améliorer les processus de formation, l’utilisation des technologies, l’accès aux programmes et la capacité d’anticipation. Pour vraiment améliorer les choses, une approche intégrée est nécessaire pour valoriser ces acteurs indispensables de la chaîne.

LA NOUVELLE PÉRIODE QUINQUENNALE

Le régime forestier est en place depuis déjà cinq ans. La transition est propice à revoir ce qui a besoin d’être bonifié. Les travaux du comité, pilotés par le MFFP et les associations, sont positifs et ils reçoivent un accueil favorable de la part du ministre Blanchette. Il reste du travail à faire, mais le nouveau système permettra à tous les acteurs d’être plus efficaces et aux ouvriers sylvicoles d’être reconnus et appréciés. Ce n’est pas rien, surtout si l’avis du FEC progresse comme nous l’espérons. Nous aurons besoin de vous tous et de bien d’autres pour cultiver cette forêt d’avenir.

L’AUTOBIOGRAPHIE DE GILBERT PAILLÉ

Ce texte est peut-être passé inaperçu, mais l’autobiographie de Gilbert Paillé vient de paraître à titre posthume. Merci à Pierre Mathieu qui a personnellement beaucoup contribué à rendre cette parution possible. Je vous en parle parce que la carrière de Gilbert a été fabuleusement riche et qu’il a influencé positivement beaucoup de choses. Je sais que ses souliers sont grands à porter, mais je vous interpelle parce que les individus font la différence. Faites-vous partie des leaders dont nous avons besoin pour porter la vision de la foresterie 4.0?

LES ÉLECTIONS

Il y aura des élections au Québec cet automne. Nous avons actuellement un ministre très engagé. Ce n’est pas mon rôle de dire de voter pour lui, mais nous devons nous assurer que la forêt va demeurer fondamentale pour le prochain gouvernement. Il faut s’en occuper!