Jocelyn Lessard

Chasser en meute!

6 Août. 2015

C’est l’été, je me permets de changer un peu de ton en sortant des sentiers habituels. Voici une métaphore pour faire l’éloge du partenariat.

S’inspirer des loups?

La Presse + a présenté récemment un reportage sur les loups assez percutant. Contrairement aux idées préconçues, ces prédateurs n’entraînent pas la réaction de frayeur que nous imaginons. Si la proie est en santé, elle est généralement capable de s’en sortir vivante. Quand les cervidés dépassent deux ans, ils vivent entre 15 et 20 ans. Les loups ne réussiraient qu’entre 7% à 30% de leurs attaques. Pour augmenter leurs chances, ils doivent collaborer. Cela prend quatre loups pour réussir à tuer un chevreuil.

Au-delà de ce nombre, les autres seraient cependant superflus en étant surtout spectateurs et ils obtiendraient une «free ride». Pour tuer un bison, il faut entre 9 et 13 loups.

Chasser

Pour transposer la réalité des loups dans l’univers du partenariat, il est clair que l’expression chasser doit prendre le sens de poursuivre un objectif commun et précis. Si nous chassons ensemble, c’est que nous voulons atteindre cet objectif, même si nos motivations sont différentes.

En meute

Si les loups en meute ont plus de succès que les solitaires, est-ce que le partenariat entraîne le même résultat? C’est mon hypothèse, même si le capitalisme semble plus s’appuyer sur la loi du plus fort pour faire ressortir les «gagnants». Quand un «autre» ou, encore mieux, «d’autres», défendent ce à quoi nous tenons, cela lui donne du poids.

La collaboration et l’entraide permettent aussi de traverser plus facilement les épreuves. Le concept de meute s’applique à toutes les échelles. Les travailleurs d’une coopérative qui coopèrent vraiment entre eux ont plus de succès. Les coopératives forestières qui poursuivent des projets communs peuvent avoir de plus grandes ambitions en partageant leurs ressources. Les associations d’un secteur qui travaillent ensemble arrivent mieux à faire changer positivement des choses.

Pour constituer une meute efficace, le plus difficile est d’avoir une vision commune ou au moins des objectifs qui convergent. Il faut aussi avoir confiance les uns envers les autres. Il n’est pas intéressant de chasser ensemble si nous ne partageons pas la proie.

En 2007, les acteurs du secteur forestier ont formé une meute pour attraper un gibier imposant, rien de moins que de se doter d’un régime forestier performant. Peut être que certains loups alpha se contentaient de regarder l’action, mais nous sommes finalement tristement rentrés bredouilles. La réforme qui a suivi était loin de nos rêves.

La Fédération chasse en meute

Heureusement, notre fédération participe à plusieurs meutes. C’est bien tentant de chasser seul, c’est plus simple, mais cela nous amène à réduire nos ambitions ou à poursuivre des chimères.

Notre plus récente meute est la coalition pour la Vision biomasse 2025. Chacun joue son rôle d’une manière complémentaire sans oublier ses origines, mais sans perdre de vue l’objectif commun.

Notre place dans la meute de FORAC n’est pas encore nette, mais elle a le potentiel de devenir redoutable. Même si elle réunit des compétiteurs et des donneurs d’ordres, la meute pour l’amélioration du cadre sylvicole est aussi appréciée. Nos partenaires sont l’AETSQ, RESAM, Rexforêt et le MFFP. Notre objectif consiste à améliorer l’efficacité du système. Les progrès sont lents, mais encourageants. Sans cette meute, je ne sais pas comment nous pourrions faire avancer les choses.

Le mouvement coopératif québécois vient aussi de se doter d’une meute pour renforcer la coopération. Les objectifs sont ambitieux et à long terme, mais inatteignables sans chasser ensemble. Notre planification stratégique du réseau n’est rien de moins que l’organisation de la meute. Quand les efforts seront soutenus et bien coordonnés, les résultats se feront sentir et nous allons pouvoir remettre un peu de chair sur l’os.

Les liens de confiance qui se tissent dans une meute conduisent souvent aussi à des propositions de collaboration inattendues et stimulantes. C’est une raison de plus d’aimer la chasse en meute.

Chasser ensemble?

Préférez-vous être proie ou prédateur? Si vous croyez que nous avons des intérêts communs, ou si l’une de nos meutes vous intéresse, n’hésitez pas à nous contacter. N’oubliez pas non plus que le gibier du régime forestier dont nous rêvons coure toujours. Voulez-vous chassez avec nous?