Martin Béland

Des avantages à exploiter

29 Mar. 2017

Le 6 et 7 avril, nous participerons à notre congrès annuel. En respectant nos habitudes d’alternance entre la foresterie et la coopération, nous allons cette fois nous pencher spécifiquement sur nos avantages coopératifs. J’ai vraiment hâte!

DE VRAIS AVANTAGES?

Plusieurs modèles d’entreprises existent, partant des entreprises publiques chargées de remplir une mission d’État, jusqu’aux entreprises à but non lucratif qui exercent, en principe, une mission sociale.

Il existe bien sûr des entreprises capitalistes, elles-mêmes partagées entre des entreprises fermées dont le capital appartient à un ou quelques propriétaires et les entreprises capitalistes publiques cotées en bourse. Dans cet écosystème entrepreneurial, se trouvent les coopératives. Chacun de ces modèles d’entreprises détient ses propres caractéristiques. Comme on ne mange pas de soupe avec une fourchette, il faut bien comprendre son modèle et ses avantages pour en exploiter tout le potentiel. Si l’entreprise capitaliste ne comprend pas qu’elle existe pour faire fructifier le capital des propriétaires, il y a des risques qu’elle n’existe pas très longtemps.

Quels sont donc les avantages coopératifs? Dans un environnement dominé par le capitalisme nourri par la surconsommation et l’individualisme, est-ce que nous connaissons bien nos avantages coopératifs et est-ce que nous les mettons en marché tant à l’interne qu’à l’externe? Le congrès des 6 et 7 avril prochain va se pencher sur cette question.

UN GRADIENT D’AVANTAGES À DÉCOUVRIR

Quand le conseil d’administration a retenu cette thématique pour le congrès de 2017, en mai 2016, il avait l’ambition de sortir du congrès avec un plan de mise en marché de ses avantages coopératifs. Ce n’était finalement pas réaliste. Pour atteindre son objectif, il aurait fallu y consacrer plus de ressources pendant l’année. Cela nous aurait amené à solliciter nos coopératives, alors que notre offre de service était déjà bien remplie.

Le conseil a donc réajusté le tir pour se consacrer sur ce qui a le plus d’importance, soit de connaître les avantages coopératifs internes. Ces avantages se déclinent sur un assez large éventail. Certains sont classés comme fondamentaux et sont, en principe, faciles à mettre en oeuvre. En fait, les coopératives qui ne misent pas sur ces avantages minimaux devraient se questionner sur leur véritable identité.

À l’autre bout du spectre, le modèle coopératif permet d’atteindre des frontières qui donnent des avantages que peu d’autres entreprises peuvent envisager. Il n’est probablement pas facile d’atteindre ces niveaux sans investir et surtout sans accéder à une pleine conscience du potentiel de la coopération. Je pourrais vous donner des exemples, mais j’attends vraiment le congrès pour avoir le plaisir d’avoir la discussion avec tous nos membres.

Le format du congrès nous permettra de favoriser la discussion entre les représentants des coopératives à ce sujet et nous espérons qu’il en découlera une bonne mobilisation pour les suites de ce dossier. Je tiens aussi à préciser qu’il existe des différences entre les coopératives de travailleurs et celles de producteurs. Comme nous avons maintenant des membres dans les deux catégories, nous allons traiter des deux formes d’avantages coopératifs.

Nous avons invité deux conférenciers issus de ces deux catégories de coopératives pour qu’ils nous présentent comment ils identifient ces avantages et comment ils les mettent en marché dans leur organisation. Puisque cette partie du congrès est ouverte à tout le monde, nous serions aussi heureux de bénéficier de l’apport d’autres personnes qui s’intéressent aussi à ces questions.

Vous êtes tous les bienvenus. On demande quand même à ceux qui n’aiment pas les coopératives de s’abstenir, à moins que vous ne vouliez faire l’effort de mieux les connaître.

BON CONGRÈS À TOUS

En plus de la thématique, notre congrès contient tous les autres ingrédients habituels qui en font généralement un succès. Nous aurons le plaisir d’entendre monsieur le ministre Luc Blanchette et, même si ce n’est pas encore confirmé, nous espérons toujours la présence de la ministre Dominique Anglade.

Nous remettrons les mérites coopératif et d’excellence. Nous participerons à une série d’ateliers enrichissants. Juste avant l’AGA, nous entendrons une présentation sur le partenariat entre une coopérative forestière et une communauté autochtone qui comprend une coopérative autochtone. Un très grand merci à nos commanditaires, dont surtout Desjardins et Sonic. J’ai vraiment hâte de rencontrer tous nos partenaires et bien sûr tous les représentants des coopératives.