William Lebel

Des promesses, des promesses…

15 Sep. 2022

Comment trouvez-vous les promesses électorales des différents candidats, tous partis confondus? La fébrilité d’aller aux urnes afin d’amorcer un changement devient-elle insoutenable? Vous sentez-vous soudainement pris d’un positivisme hors du commun?

D’entendre de nombreux candidats sur les points suivants démontre bien toute leur fine connaissance sur les vrais enjeux:
• L’importance du secteur forestier pour le développement des régions;
• Le rôle névralgique dans la lutte aux changements climatiques des activités d’aménagement forestier;
• Leur intérêt à revoir en profondeur le régime forestier québécois parce qu’il n’est plus en mesure de répondre efficacement aux besoins;
• La nécessité de permettre aux ingénieurs forestiers à l’emploi des entreprises sylvicoles l’élaboration des prescriptions sylvicoles et de la planification opérationnelle afin de diminuer les problèmes de planification;
• La nécessité de déléguer aux ingénieurs forestiers à l’emploi de l’industrie la planification opérationnelle des travaux associés à la récolte du bois;
• Le biais engendré par les règles du BMMB servant à optimiser la rente de l’État;
• L’importance de réelles règles d’harmonisation en adoptant un concept sans droit de veto;
• L’obligation d’accroitre les investissements dans la sylviculture pour augmenter la possibilité forestière, pour stimuler l’utilisation du bois en remplacement de matériaux dont l’empreinte environnementale est importante et capter plus de carbone pour lutter contre les changements climatiques;
• La volonté de reconnaitre l’apport des entreprises collectives pour une occupation dynamique des territoires.

Rendu à ce moment du texte, les plus optimismes d’entre vous se diront :
« Qui sont ces bons candidats qui ont soulevé les points précédents » ou « je n’ai pas vu passer cela, il faut que je suive davantage la campagne! »

Qu’il vous en déplaise, malheureusement, je crois vous avoir énuméré notre vision et non celle de quelconques candidats tous partis confondus. Mais pourquoi aucun représentant ne porte également cette vision? Cette vision est-elle si osée ou dénudée de sens? Je crois que les points énumérés plus haut sont tous importants et qu’ils représentent chacun les maillons d’une chaine : la chaine forestière. Malheureusement, certains de ces maillons portent une image mal comprise de la part d’une portion importante des électeurs. Se positionner publiquement en faveur de ces maillons pourrait faire craindre à certains candidats la perte possible d’une portion de votes. Mais ces « craintifs », par leur non engagement public, contribuent au maintien du doute sur ces maillons qui affaiblissent l’ensemble de la chaine. Malheureusement les perceptions semblent plus importantes que les faits dans le domaine de la politique.

Le lundi 3 octobre prochain, les électeurs du Québec se présenteront aux urnes. Les attentes des travailleurs du secteur forestier et de plusieurs régions forestières sont assez élevées. Même si nous sommes plusieurs à avoir certains doutes sur les retombées de cette élection, nous devons tous être des ambassadeurs pour notre secteur et nos régions. Nous devons partager nos connaissances fines de nos milieux de vie et des retombées de l’ensemble des activités de ce merveilleux secteur d’activité. Peut-être sommes-nous capables, par notre passion, de rassurer les candidats face à la foresterie. Les persuader que nous ne sommes pas un problème, mais une solution.

Selon certains analystes de la scène politique québécoise, le résultat du 3 octobre prochain pourrait ne pas entrainer de grands changements au niveau provincial. Peu importe le parti qui sera au pouvoir au lendemain du vote, le véritable changement devra s’opérer dans les semaines et mois qui suivront. Si nous réussissons à obtenir des engagements d’actions porteuses pour notre secteur, il ne faudra pas oublier de less faires matérialiser! Mesdames et messieurs les candidats, soyer fières et fiers de représenter des gens engagés qui contribuent à l’ensemble de la société. N’ayez pas peur de vous afficher publiquement pour soutenir les régions forestières, vous pourriez être surpris par les retombées qu’engendrerons une réelle révision et considération de notre secteur.