Alain Paradis

Deux bonnes nouvelles

1 Juin. 2015

Le 12 mai dernier, le gouvernement a annoncé deux bonnes nouvelles pour le secteur forestier en général et pour les coopératives forestières en particulier. Prenons le temps de les souligner.

Fonds Biomasse Énergie 1

Le fonds a été officiellement an­noncé par Jacques Daoust, ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Exportation. Il devait être accompagné de Laurent Lessard qui était absent parce que paralysé par des problèmes de vols de retour de la ren­contre de FSC à New­York.

Le fonds a une valeur de 20,2 millions de dollars qui proviennent de Fondaction CSN et d’Investissement Québec pour chacun 10M$ et de 200000$ de la Fédération québécoise des coopéra­tives forestières. Le programme offre du financement sous forme de prêts. Il vise la conversion énergétique et le conditionnement de la biomasse. Le fonds sera administré par Fondac­tion.

Jacques Daoust a été encou­rageant en indiquant que le fonds servira à construire des partenariats conduisant à des investissements structurants qui contribueront à dy­namiser le secteur forestier et à le rendre plus compétitif.

Un long cheminement

Cette annonce ne tombe pas du ciel. Le fonds a été rendu public pour la première lors du Rendez­-vous de Saint­-Félicien en novembre 2013. Déjà à cette époque, la Fédération y travaillait depuis plusieurs années.

Léopold Beaulieu, le pdg de Fon­daction, a pris la parole pendant la conférence de presse. Son message faisait chaud au cœur. Non seulement situait-­il parfaitement la portée de ce fonds, une démarche à la fois sociale et environnementale impor­tante, mais en plus, il soulignait la grande contribution de la Fédération dans ce dossier.

Il a aussi insisté sur l’importance de bien comprendre l’utilité de ce fonds pour structurer cette filière. C’est la raison qui ex­plique pourquoi le fonds est associé aux coopératives forestières. Il servira à mettre en place une infrastructure performante d’approvisionnement et des projets de chauffe qui fonction­ nent et qui démontreront l’énorme potentiel de cette énergie renouvel­able pour l’économie du Québec.

Il y a beaucoup de personnes qui ont contribué à l’émergence de ce fonds. Je prends quelques lignes pour remercier les plus importants. Tout d’abord, en discutant le douze mai avec les représentants gouvernementaux qui ont dessiné le fonds, il était clair que, sans le plan di­recteur, il n’aurait pas été possible de l’obtenir.

Ce document fait le tour de la question et il constitue une ré­férence crédible pour convaincre les décideurs. Je remercie à tous ceux qui ont participé à l’élaboration de son contenu et la Direction de développement des coopératives, qui a soutenu les démarches de la Fé­dération par de nombreux gestes, et toute l’équipe de Fondaction. C’est en travaillant avec des gens comme eux, à toutes les étapes, que l’on peut comprendre toute la portée du mot partenariat.

Enfin, je crois qu’il est important que nous rendions hommage à Eugène Gagné, notre monsieur biomasse à la FQCF, qui travaille sur tous les fronts pour la faire émerger comme un projet por­ teur d’avenir.

Le programme ESSOR

Cette nouvelle n’est pas négligeable non plus. Elle permet de rendre dis­ponible une enveloppe de 20 M $ qui provient à 50/50 du MEIE et du MFFP pour élargir et bonifier l’aide offerte aux entreprises et aux coopératives déjà en activité pour qu’elles aient plus facilement accès à du finance­ment pour renouveler leurs équipe­ments.

Les paramètres du programme sont intéressants, mais il faudra apprendre à travailler avec. Il prévoit un finance­ment d’un maximum de 600000$ avec une garantie de prêts à 80% avec un maximum de 160 000$. Ce pro­gramme complètera le financement tradi­tionnel. La FQCF va travailler activement pour faire en sorte de proposer la meilleure combinaison pour jumeler cette source de financement avec son nouveau programme de 2,5 M $ avec Desjardins et le fonds ESSOR et coopération, réservé exclusive­ ment aux coopératives, notamment pour l’acquisition d’équipements forestiers.

N’oubliez surtout pas de contacter la Fédération, si vous avez des projets d’investissements en équipement. Curieusement, ce programme avait lui aussi été annoncé pendant le Rendez-­vous de la forêt en novem­bre 2013. Cela signifie qu’il faut de la persévérance pour atteindre des résultats, mais aussi que le gouver­nement respecte ses engagements. Je nous souhaite de bien tirer profit de ces mesures.