Renald Bernier

Des entreprises uniques!

28 Nov. 2013

Dans ma vie, j’ai côtoyé de multiples entreprises. En tant que maire, j’ai souvent à coordonner le développement d’entreprises. Vous le savez, j’ai aussi été longtemps propriétaire d’une entreprise forestière. Chaque fois que je m’arrête un peu pour regarder derrière moi, je constate que les groupements forestiers ne sont pas comme les autres, vraiment pas comme les autres. À titre de président de RESAM, j’en tire une certaine fierté.

Qu’est-ce qu’un groupement forestier?

Pour les acteurs de premier plan en forêt privée, la définition d’un groupement forestier était acquise quoique parfois intuitive. La décision du ministère des Ressources naturelles (MRN) de reconnaître le modèle d’affaires des groupements forestiers aura permis de la clarifier et surtout de la faire connaître à tous. Permettez-moi d’en faire un bref survol. Commençons par le début. Les groupements forestiers sont des entreprises ou des coopératives de producteurs forestiers. Elles ont pour but d’aménager collectivement les propriétés et de retourner en services et en valeur le fruit des opérations aux propriétaires et à la collectivité. Qui dit entreprise, dit aussi création de richesse et vision pérenne des activités. Nos groupements forestiers sont en place depuis près de 40 ans et sont une force du développement de nos communautés forestières. C’est indéniable! Plus important encore, ce sont des entreprises qui appartiennent aux propriétaires membres et quiconque veut adhérer à ces valeurs y est le bienvenu. Les règles de gouvernance garantissent que la gestion des groupements forestiers soit assurée par les propriétaires de lots boisés. Par ailleurs, ces mêmes règles prévoient aussi qu’un seul individu ou un petit groupe d’individus ne puisse monopoliser le contrôle de nos organisations. Ainsi, chaque propriétaire est assuré d’être traité équitablement.

Un travail important de réalisé

Ce n’est pas sans satisfaction que nous regardons le chemin parcouru jusqu’ici dans l’application de la décision 19. Le travail accompli a permis de faire avancer le dossier de manière remarquable. Jusqu’à présent, les délais sont respectés et nous sommes en mesure de dire qu’il s’agit d’une des décisions du Rendez-vous sur la forêt privée qui s’applique le mieux jusqu’à présent. Ainsi, les groupements forestiers font signer une convention normalisée depuis plus d’un an. Cette convention assure l’engagement des propriétaires envers la gestion de leur patrimoine forestier et la protection des investissements consentis par l’État. Nous avons de plus convenu avec le MRN des balises encadrant le modèle d’affaires des groupements forestiers. À ce jour, tous les groupements ont rempli leurs obligations en remettant au MRN une analyse d’écart entre leur situation actuelle et celle acceptée. Tout ce travail s’est traduit par des investissements de plus de 1,3 million de dollars de la part des groupements forestiers.

Des entreprises uniques

Cette reconnaissance du modèle d’affaires des groupements forestiers jumelée à notre histoire singulière fait de nous des entreprises uniques, c’est évident. Mais comment tirer profit de cette unicité? Comment l’utiliser dans le contexte d’un nouveau régime forestier? Comment s’en servir au profit de la forêt privée et de ses producteurs? Ce sont des questions auxquelles nous devrons trouver des réponses. Du 8 au 10 septembre 2013, RESAM tiendra la 27e édition de son congrès annuel à l’hôtel le Georgesville, à St-Georges-de-Beauce. Sous le thème, « des entreprises uniques », RESAM invite membres, décideurs et propriétaires forestiers à échanger sur les possibilités illimitées qu’offre le modèle d’entreprise des groupements forestiers. Développés par et pour les propriétaires de boisés, les groupements forestiers se distinguent de l’entreprise conventionnelle par la préoccupation constante du développement social et économique de leur communauté. Depuis plus de 40 ans, cette approche a permis aux groupements de prospérer et c’est dans la capitale québécoise de « l’entrepreneurship » que nous cernerons cette unicité. Les formateurs et les conférenciers, issus du monde des affaires et des universités viendront alimenter les discussions en nous entretenant des fondements économiques régissant les petites et moyennes entreprises, les relations clients et les défis de la main-d’oeuvre. Mais au-delà du développement interne des groupements forestiers, ce sera l’occasion pour tous les partenaires de la forêt privée de regarder comment ce puissant outil de développement qu’est le groupement forestier pourrait les aider à prospérer dans le cadre du nouveau régime forestier.