Stephane Gagnon

FORAC : un précieux partenariat

8 Oct. 2020

Tous les experts du secteur forestier prédisent que l’avenir passe obligatoirement par l’innovation pour maintenir nos parts de marchés et améliorer l’opération de chaînes logistiques. La vitesse des changements augmente et, pour les organisations solitaires, il devient de plus en plus difficile de suivre le rythme. La FQCF mise sur la révolution numérique 4.0 pour fournir de nouvelles perspectives d’avenir à son réseau de coopératives forestières. D’ailleurs, nous tenons à saluer l’obtention d’une Chaire de recherche industrielle du CRSNG sur les systèmes d’approvisionnement forestier intelligents par Luc Lebel et le Consortium de recherche FORAC de l’Université Laval, auquel nous sommes partenaires depuis plusieurs années déjà.

Depuis 2018, la FQCF multiplie les initiatives pour développer son expertise et une vision cohérente du virage technologique 4.0. Grace à son partenaire de recherche FORAC, et du soutien de l’Entente de partenariat du CQCM et du Fonds des régions de Desjardins, le réseau place les bons morceaux aux bons endroits. L’étape la plus critique pour structurer, uniformiser et valider la qualité des données recueillies en forêt est en cours dans notre réseau. Des projets pilotes sont mis en œuvre pour connecter la forêt à des usines et ainsi valoriser des données dans les procédés de première transformation. En offrant nos opérations comme laboratoire de recherches appliquées à FORAC, nous progressons plus rapidement dans notre développement.

L’utilisation des tableaux de bord

Une des premières activités sur laquelle la FQCF s’est consacrée était de développer des techniques pour stocker et structurer les multiples données de gestion se retrouvant dans l’environnement des coopératives et qui influencent la performance des équipements lourds. Avec les experts de l’Université Laval, la Fédération a développé un tableau de bord nouvelle génération qui permet d’interroger une importante base de données et calculer des indicateurs de performance basés sur la productivité réelle des machines de récolte.

La calibration, une valeur sûre

L’élément clé de la connexion forêt-usine est la tête de l’abatteuse multi qui façonne le bois et sa capacité de recueillir, stocker et traiter efficacement les dimensions de plusieurs milliers de billots de bois. Pour bénéficier du plein potentiel des technologies embarquées, la FQCF a développé une formation en entreprise portant sur la calibration et l’utilisation des systèmes de mesurage des têtes multifonctionnelles et de leurs données. Grâce au financement d’Emploi-Québec, cette formation a pu être offerte à huit coopératives et les efforts de formation continuent.

La formation de la FQCF a pu démontrer que de procéder régulièrement à l’ajustement des paramètres des têtes et d’autres composantes mécaniques contribue à augmenter la rentabilité des opérations de récolte de bois pour les entrepreneurs forestiers, car un système bien ajusté envoie des signaux cohérents à l’ordinateur de bord. De plus, cela contribue à augmenter la valeur du panier de produits et permet à l’entrepreneur de maximiser ses bonis de qualité. Des travaux sur la calibration ont aussi démontré que les systèmes peuvent servir à géolocaliser les volumes de bois par essence et par secteur de coupe. Nous sommes même d’avis que les systèmes de mesurage pourraient servir de référence pour répartir entre les entrepreneurs les volumes de bois calculés avec le masse/volume. Lorsqu’on a en main une base de données précises, les limites sont seulement celles que l’humain s’impose.

Connecter la forêt à l’usine

En étroite collaboration avec les gestionnaires d’activités de récolte dans les coopératives, la FQCF a commencé à implanter des processus pour acheminer des renseignements clés à des usines. Des projets pilotes sont en cours de réalisation, un visant à augmenter la productivité de l’usine en ayant connaissance de la proportion des longueurs de billots récoltés en forêt et un autre visant à déterminer si les données sur la dimension des billots façonnés en forêt peuvent améliorer la prévisibilité des produits du sciage. Les résultats démontrent que la connectivité est atteignable et que ce n’est pas qu’un simple concept théorique.

La recherche appliquée aide les coopératives et leurs entrepreneurs à valoriser et maîtriser les technologies et les nouveaux concepts. Modifier des processus bien implantés dans des organisations comme des coopératives, et par surcroît le faire en réseau, comporte d’énormes défis organisationnels. La gestion du changement en est un de ceux-ci. Le partenariat entre la Fédération et FORAC constitue un levier qui a et qui aura de grands impacts sur l’avenir des coopératives forestières. Merci à FORAC pour son apport au développement de notre réseau.