Alain Paradis

J’ai hâte au congrès

7 Avr. 2016

D’ici quelques semaines, nous vivrons notre 26e congrès. Plusieurs raisons justifient ma fébrilité. Je les partage avec vous.

La thématique

Il y a juste un peu plus d’une année, Robert Beauregard déposait le rapport du chantier qu’il présidait sur la stratégie de production de bois. Nous avions alors applaudi parce que cette stratégie, visant à créer davantage de valeur en forêt et en usine, représentait pour nous une vision stimulante autour de laquelle mobiliser les acteurs du secteur forestier.

La thématique «Donnons de la valeur à la stratégie de production du bois» nous semblait opportune pour garder le projet sous les projecteurs. Le jeu de mots n’est pas très subtil, mais il donne une indication claire de notre intention. Ainsi, nous avons demandé à monsieur Beauregard de faire le point avec nous. Quels sont les progrès qui ont été accomplis depuis une année? J’ai des craintes que nous n’ayons pas véritablement avancé, mais il ne faut pas perdre le «momentum» créé par le dépôt du rapport.

Nous souhaitons qu’il nous explique ce que nous devrions faire pour aller de l’avant. J’ai une grande confiance dans son jugement pour nous aider à identifier les voies à explorer.

Pour actualiser nos connaissances, nous avons demandé au Forestier en chef de nous présenter l’état de la forêt sur laquelle nous pouvons compter pour appuyer notre stratégie. Quels sont les défis particuliers dont nous devrions tenir compte?

Sachant que le président du chantier nous proposait une vision très intégrée, nous voulons aussi connaître comment l’industrie forestière a réagi à la proposition. C’est ce que nous avons demandé à Michel Vincent, du CIFQ. Est-ce que le virage vers la valeur suscite de l’enthousiasme? Quels sont les obstacles qui se dressent pour réussir le virage valeurs?

Enfin, nous avons demandé à Sophie D’Amours, l’une des fondatrices de FORAC, de nous expliquer comment le segment de la forêt, l’aménagement et l’approvisionnement, pourra contribuer à renforcer la stratégie. Comment les entreprises de ce segment pourront-elles mieux s’intégrer à la chaîne de valeurs des produits forestiers?

Le plan stratégique 2015-2020

La Fédération a entrepris au cours de l’année la mise en oeuvre de son plan stratégique 2015-2020. Il implique une rupture assez nette avec notre fonctionnement antérieur. Nous profiterons de l’assemblée générale pour expliquer à nos membres le chemin que nous avons parcouru au cours de la première année. Je suis personnellement assez fier de nos réalisations, même s’il est normal qu’elles ne soient pas toutes encore visibles. J’ai bien hâte d’entendre nos membres à ce sujet.

Le secteur forestier ne nous donne pas beaucoup de répit et les coopératives doivent faire face à des défis quasi quotidiens. Elles ne songent pas tous les jours au plan du réseau, mais nous devons recueillir leurs commentaires afin de continuer à les mobiliser.

Le plaisir de vous rencontrer

Ceux qui ont déjà participé à notre congrès savent qu’il ne contient pas beaucoup de temps mort. Certaines autres organisations ont une philosophie différente en donnant beaucoup de temps libre pour faciliter les échanges. Nous sommes plutôt de l’école qui souhaite optimiser les retombées de l’événement. Le contenu du congrès prend donc beaucoup de place, ce qui ne nous empêche surtout pas d’avoir du plaisir.

À chaque année, nous avons la chance de profiter de la contribution de nos nombreux partenaires qui viennent partager leurs connaissances et échanger avec nous. Cela débute même la veille du congrès où nous greffons plusieurs activités parallèles.

Le congrès constitue aussi un moment privilégié pour croiser nos fournisseurs et commanditaires qui participent à l’événement et dont nous apprécions beaucoup la présence. Nous avons aussi le bonheur de rencontrer nos partenaires des communautés coopérative et forestière qui nous font l’honneur d’accepter notre invitation. Il est aussi bien agréable d’entendre nos élus nous adresser la parole.

Finalement, à travers les activités structurées et les activités sociales, dont celles qui se déroulent à l’accueillante suite du président, nous avons l’occasion de rencontrer les représentants des coopératives qui proviennent de toutes les régions. Il s’agit d’un moment exceptionnel pour savoir ce qui se passe dans le reste de la famille en partageant nos angoisses et nos bons coups. J’espère bien avoir l’occasion de vous rencontrer!