Renald Bernier

La rétention de l’expertise

14 Avr. 2022

Je suis très fier des progrès réalisés par les membres de groupements forestiers Québec dans les dernières années. Je suis heureux que notre association provinciale ait pu y contribuer. Toutefois, ces progrès posent des défis importants et commandent une offre de service différente. Les besoins des groupements forestiers ont évolué et l’association doit le faire aussi pour continuer à les soutenir.

Vous le savez, nous sommes en pleine planification stratégique. Je vous en ai parlé le mois dernier. Cette planification doit nous permettre de trouver la meilleure façon d’organiser notre travail pour répondre à la nouvelle réalité des groupements forestiers.

Les travaux vont bon train. Notre groupe de travail se rencontre régulièrement et on voit bien les principaux défis se profiler. Dans les prochaines semaines, nous serons en mesure d’amorcer la tournée régionale. Cette tournée sera l’occasion de vous écouter, de tester notre compréhension des enjeux et d’évaluer les stratégies à implanter. Je vous ne cacherai pas que j’ai très hâte de pouvoir en discuter avec vous.

Notre réflexion s’articule autour de certains enjeux. Parmi ceux-ci, trône en haut de liste la problématique de la rareté de la main d’œuvre. On en parle depuis plusieurs années, mais là on frappe le mur. Nous n’avons plus les ressources dans le secteur forestier pour faire la même chose de la même manière qu’on les faisait auparavant. Bien sûr, nous pouvons développer de nouveaux processus ou de nouvelles technologies pour endiguer le problème. À cet effet, nous sommes très heureux d’avoir mis à la disposition des groupements forestiers un nouvel outil de planification (GFQ Géo) qui maximisera le travail des équipes de planification.

Un catalyseur de changement

Cette situation nous amène à voir l’importance de retenir l’expertise dans notre réseau. Le départ d’un travailleur que ce soit pour une nouvelle entreprise, un nouveau secteur d’activité ou pour une retraite bien méritée, crée un déficit difficile à combler pour toute entreprise du secteur forestier. Des moyens doivent être mis en œuvre pour limiter ces cas.

Ironiquement, nous sommes confrontés à cette situation chez Groupements forestiers Québec. En effet, notre directeur adjoint, Pascal Ouellet quittera son poste de directeur adjoint en juin 2022 pour relever le défi de la direction générale du Groupement forestier de Dorchester. Nous sommes très heureux qu’il reste dans la famille et nous sommes reconnaissant au Groupement forestier de Dorchester de nous avoir donné du temps pour assurer la transition. Ainsi, le réseau a été en mesure de le conserver et continuera à bénéficier demson expertise.

Ce départ d’un acteur-clé au sein de GFQ nous force aussi à revoir nos stratégies, nos projets d’avenir ainsi que les services à offrir. Dans un monde idéal, notre planification stratégique serait terminée, mais ce n’est pas le cas.  Nous devons nous ajuster plus rapidement que prévu.

Il faut aussi considérer que les bonnes nouvelles s’accumulent au cours des dernières semaines. Des subventions importantes pour le développement et le déploiement de nouveaux programmes sont en voie d’être annoncées.  Groupement Forestiers Québec devra donc aussi se pencher sur les stratégies pour répondre et mettre en œuvre ces programmes des plus intéressants pour les groupements.

Un premier pas

Plusieurs décisions seront prises dans les prochains mois afin d’atteindre les objectifs des groupements forestiers énoncés dans la planification stratégique. Je suis d’avis que la stratégie que nous utilisons depuis plusieurs années demeure la bonne, soit celle d’utiliser les compétences du réseau et de choisir des ressources externes spécialisées au besoin. Cette approche nous permet d’obtenir les meilleurs services disponibles et nous donne beaucoup de flexibilité. Elle évite aussi de générer des projets uniquement pour trouver à nos employés.

J’aimerais mettre l’emphase sur le service de mentorat que l’on offre depuis quelques mois avec l’aide de Bernard Ouellet. Il s’agit d’un bel exemple de rétention de l’expertise. La réponse et la satisfaction des membres prouvent que ce service répond à un réel besoin.

En ce sens, le conseil d’administration désire pérenniser ce service. En plus d’offrir le mentorat, nous voulons élargir notre offre. Nous visons aussi à nous adjoindre d’autres personnes expérimentées désireuses de mettre leur expérience au service du réseau permettant ainsi d’appuyer le développement des groupements forestiers à long terme. Bernard aidera aussi l’intégration du remplaçant de Pascal.

Par ailleurs, afin de combler le départ de notre directeur adjoint, nous avons ouvert un poste de directeur de l’innovation et du développement. On lui demandera de jouer un rôle omniprésent auprès des membres ; d’être à l’affût des besoins et des enjeux de ceux-ci et d’assurer la promotion des services de GFQ.

Ce sont là quelques décisions qui permettront de maintenir le développement à court terme et de s’assurer que nous aurons les moyens d’appuyer les groupements forestiers dans le déploiement de la nouvelle planification stratégique.