Alain Paradis

Le coût de la fibre bis!

8 Mar. 2016

Tannés d’en parler? Comment changer de sujet tant que la situation ne s’est pas améliorée? Voyons ce qui affecte les coûts et comment améliorer la compétitivité de notre industrie.

Les facteurs d’influence

Le sujet est complexe et il est réducteur de s’y attaquer en 700 mots. Tentons quand même d’y voir clair pour éviter les raccourcis parce que plusieurs facteurs influencent les coûts.

Soyons honnêtes, la nature de la forêt québécoise est au coeur de notre problème. Contrairement à plusieurs de nos compétiteurs, nos forêts produisent peu. La saison de croissance est courte, nos sols sont peu fertiles, le diamètre et la longueur de nos arbres sont faibles et les peuplements de basse densité.

Notre approvisionnement provient de forêts naturelles avec des peuplements variables, en essence, âge et diamètre. Tout cela mène à une faible productivité des opérations. Il est possible de contourner un peu le problème en priorisant les peuplements purs qui contiennent les essences désirées.

Cette stratégie comporte cependant le risque de laisser derrière une fibre plus coûteuse à récolter demain. On gagne du temps, mais on prépare un problème.

Le transport est un élément majeur pour expliquer le coût de la fibre. Plus le bois est loin et plus les coûts augmentent. À moins de déplacer les usines vers la ressource, ce qui occasionne bien d’autres problèmes, il n’y a pas beaucoup de chose à faire pour réduire ce coût.

Il y a aussi bien sûr le coût des opérations, particulièrement au niveau de la construction de chemin, qui influence beaucoup la valeur de la fibre. On parle d’équipements, de main-d’oeuvre et d’efficacité de système de récolte. Le système dépend de la qualité de la planification et de l’organisation du travail.

La dernière série de facteurs qui influencent le coût de la fibre est reliée à l’action gouvernementale. Le MFFP assume maintenant la responsabilité de la planification en plus de la réglementation pour encadrer les activités. La toute nouvelle stratégie d’aménagement forestier durable aura notamment un effet significatif sur le coût de la fibre. Le système pour établir la valeur des redevances est aussi décisif.

Comment réduire les coûts?

Il n’existe pas de recette magique. Il faut travailler sur tous les plans pour baisser les coûts à court et long termes. Il faut aussi intégrer que ceux qui ont besoin de l’approvisionnement en fibre ne sont plus seuls dans le territoire. Tous les gestes à poser doivent se faire en collaboration avec les autres utilisateurs.

Au sujet de la composition de la forêt, il faut s’appuyer sur la sylviculture. Une culture intensive permet d’accélérer la croissance et de réduire les surfaces nécessaires. Les travaux doivent se réaliser en misant : sur les meilleurs sites, le plein boisement et le choix des essences les plus intéressantes. Une politique de sylviculture intensive permet de réduire la durée des rotations et les distances de transport. Même si son effet sera à moyen terme il ne faut surtout pas la négliger.

L’autre élément sur lequel nous avons un contrôle est la planification. Nous devrions être à l’ère de la planification collaborative et du partage des bénéfices. Nous n’avons plus les moyens de nous priver des synergies qui devraient exister dans la chaîne de valeurs des produits forestiers. C’est triste à dire, mais j’ai l’impression que nous pourrions faire mieux si tous les segments de l’approvisionnement étaient mis à contribution. Il est possible d’améliorer la performance des entrepreneurs, mais pas seulement en faisant pression sur eux pour qu’ils réduisent les prix.

Enfin, le système pour établir la valeur des redevances est déterminant. Ce sujet est sensible à cause des négociations sur l’accord du bois d’oeuvre, mais, considérant la qualité de nos bois, payons-nous un prix réaliste?

Le rôle de Laurent Lessard

Heureusement nous avons conservé notre ministre Laurent Lessard. Il comprend le dossier et, après toutes les études réalisées, il doit, avec le dynamisme qu’on lui connait, passer rapidement à l’action. Le coût de la fibre est devenu un enjeu de survie pour notre industrie. Nous vous invitons à corriger les défaillances de l’action gouvernementale et à mobiliser le secteur pour que tous ensemble nous travaillions à réduire les coûts, sans avoir à réduire les conditions de travail.