Jocelyn Lessard

Le monde a besoin des coopératives!

17 Fév. 2017

Ce n‘est pas moi qui le dit, ce sont des ambassadeurs de l’ONU. Voyons leur proposition lors de la conclusion du Sommet international des coopératives.

Un Sommet qui va plus haut

Mon président vous interpelle avec un sujet brulant d’actualité, mais j’espère que vous trouverez le temps de prendre connaissance de cet éditorial et de l’autre article qui présente le Sommet (voir page 18 dans la version imprimée du journal d’octobre). Les conférences et les témoignages provenant du monde entier pendant le Sommet ont démontré que la dynamique économique et surtout financière actuelle est dangereuse.

Le système crée tellement d’inégalités qu’il est insoutenable. J’ai mes convictions personnelles sur ces questions, ceux qui me lisent s’en doutent, mais personne n’aurait pu rester indifférent devant l’ampleur des problèmes qui découlent de la tournure qu’a pris le capitalisme.

Les objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations Unies

Cinq ambassadeurs de l’ONU ont exposé l’urgence de se mobiliser pour mettre en oeuvre les dix-sept objectifs de développement durable de leur organisation. Ces objectifs ont fait l’objet d’intenses négociations et ont été adoptés par tous les pays aux Nations Unies. Chacun des objectifs comportent des cibles très détaillées. Les plus cyniques diront que ces objectifs sont vertueux et qu’ils ne servent à rien dans la vraie vie.

Pourtant, ils résument clairement tout ce que l’humain devrait réaliser s’il veut sauver sa planète. Je vous invite à prendre connaissance de ces objectifs ici. Les objectifs portent sur la réduction de la pauvreté, l’élimination de la faim, l’amélioration de la santé et du bienêtre des gens, l’égalité des sexes, etc. Les ambassadeurs ont été très clairs à l’effet qu’il n’y a aucun plan B pour l’humanité. Si elle n’arrive pas à progresser d’une manière intégrée sur chacun des objectifs, les crises qui affectent la planète vont s’intensifier et personne ne sera à l’abri.

Le plus grand défi de l’ONU consiste à faire connaître ces objectifs et à susciter une réelle mobilisation pour les mettre en oeuvre. Actuellement, personne ne semble être au courant qu’ils existent. Faites le test, demander à vos proches s’ils connaissent ces objectifs. Le mouvement coopératif international s’est engagé à les soutenir. Par nature, ces objectifs font partie de l’ADN des coopératives. Elles sont aussi préoccupées du sort de leurs membres et de leurs collectivités.

Le Sommet a demandé à toutes les coopératives de poser des gestes concrets pour faire connaître les objectifs de développement durable et pour contribuer à leurs atteintes. L’engagement à venir des coopératives forestières Certains diront possiblement que nous avons déjà assez de soucis sans se mettre un fardeau de plus sur les épaules. Pourtant, le réseau des coopératives forestières aurait intérêt à se pencher sérieusement sur cette proposition.

D’une part, nos membres vont réaliser qu’ils posent déjà des gestes importants qui contribuent à l’atteinte des objectifs. D’autre part, ils sont bien placés pour faire connaître et rayonner ces objectifs dans l’économie forestière québécoise. Après tout, les coopératives sont animées par des valeurs qui convergent avec les préoccupations de l’ONU et nous oeuvrons dans un secteur sensible, la foresterie, qui comporte aussi un grand potentiel pour contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable.

Ce n’est pas moi le patron, mais j’espère que la Fédération et ensuite l’ensemble des coopératives se pencheront sur la proposition de l’ONU et que nous en viendront à prendre des engagements concrets pour les faire progresser. Il faudrait aussi avoir une approche globale, même s’il est certain que nous pouvons, par exemple, avoir plus d’effets sur l’objectif de développer des énergies propres que sur celui d’une éducation de qualité.

Je conclus en vous invitant à vous informer des objectifs de développement durable de l’ONU. L’implication que cela nécessite constitue une occasion fabuleuse de faire mieux connaître la valeur des coopératives. Je sais bien que les coopératives sont imparfaites. Elles sont bien trop humaines pour prétendre à la perfection, mais elles portent une vision du monde centrée sur les humains plutôt que sur le capital. Alors que le capitalisme fait la preuve de ses limites, notre modèle a beaucoup à offrir. Si vous avez des enfants et que vous souhaitez un monde meilleur pour leurs enfants, soyez fiers de notre modèle et ambitieux pour le promouvoir.