Marc Beaudoin

Merci!

4 Fév. 2021

J’étais à me préparer pour la rencontre de la table nationale de la forêt privée. Où sont mes tableaux? Une petite recherche sur certains chiffres. Je m’assure que rien ne traine derrière moi pour la visio-conférence.  Tout est prêt. Il ne reste qu’à attendre le début de la conférence. Bah! Autant regarder les courriels qui viennent d’entrer, ça va passer le tem

Le souffle me coupe. Mon ami Bernard Ouellet m’annonce qu’il quittera son poste dans les prochaines semaines. La surprise n’est pas totale car je me doutais que cela arriverait plus tôt que tard. Mais tout de même, on espère toujours qu’il y aura un peu de Dominique Michel qui retardera l’échéance… On peut encore une fois constater que le temps passe vite et même très vite.

Vous le savez probablement, notre ami était très impliqué dans l’association provinciale. Il était administrateur et siégeait au forum des partenaires depuis fort longtemps. Son départ et ceux de Sylvain Rajotte, Réjean Julien et Denis Masse, m’amènent à me remémorer plusieurs jalons des quinze dernières années. Des jalons marquants pour les groupements forestiers. Des actions dont nous pouvons être fiers.

Les rencontres des partenaires qui ont fait en sorte d’inclure de la forêt privée dans la stratégie du MFFP; le développement du projet de reconnaissance du modèle d’affaires des groupements forestiers; le second souffle au développement informatique et la création d’une grille de taux en forêt privée en sont des exemples probants.

Ce succès est le fruit de longues discussions et de la contribution de plusieurs personnes qui ont pris le temps de débattre, d’amener une nouvelle perspective et une façon différente de voir les choses. À chacun sa façon de faire, mais je dois avouer que le caractère de Bernard ajoutait un peu de piquant et beaucoup de sincérité aux discussions…

Des choses à retenir

Il n’y a pas deux Bernard Ouellet et tenter de le copier ne serait pas une bonne idée. Ceux qui voudraient s’essayer pourraient développer des ulcères d’estomac, surtout au chalet no 4. Par contre, son travail peut assurément en inspirer plusieurs, à commencer par moi. Voici quelques exemples.

  • Un groupement forestier est capable de générer des bénéfices, qui par la suite peuvent être redistribués aux membres sous forme de services. En effet, l’idée de développer l’entreprise doit se faire avec la perspective d’améliorer le service aux membres. Ce faisant, les producteurs regroupés ont accès à des équipements de haute performance et du personnel qualifié et très diversifié pour répondre à leurs besoins. Qui plus est, lorsque l’entreprise transforme le bois, cela donne un accès privilégié aux marchés pour les producteurs.
  • Si nous voulons attirer et retenir de la main d’œuvre, nous devons leur proposer des perspectives d’avenir. L’importance d’avoir une organisation bien établie et diversifiée ne permet pas uniquement de donner une meilleure rémunération. Elle permet de donner aux employés une perspective de développement de carrière au sein de l’entreprise. Cela permet aussi d’épauler un nouvel employé dans son intégration à la culture de l’entreprise.
  • La diversification nous met à l’abri des aléas politiques. En fait, la diminution de la dépendance face aux programmes gouvernementaux donne beaucoup plus d’agilité aux groupements forestiers face au développement de l’organisation à long terme, plutôt que d’être en réaction aux décisions budgétaires gouvernementales.
  • Finalement, en le regardant aller, je dois admettre que j’ai acquis la certitude que lorsque tu crois réellement en quelque chose et que tu y mets les efforts, tu vas arriver à ses fins.

C’est avec un peu d’appréhension que je vois les prochaines semaines arriver. On peut se demander ce qui se passera? Pour lui, j’espère juste du bon. Pour le groupement forestier, je n’ai aucun doute que la transition se fera bien, car il a mis en place une structure et une équipe très performante. De côté à Groupements forestiers Québec, on utilisera encore ses bonnes idées. Pour moi, je vais même m’ennuyer de son « p’tit caractère » et de ses envolées. Par-dessus tout, je vais m’ennuyer de mon complice

Merci beaucoup mon ami!