William Lebel

Nous contribuons tous!

11 Nov. 2022

J’ai été témoin dernièrement d’une situation qui m’a laissé perplexe. Un moment qui a créé un petit malaise parmi un groupe de travail s’efforçant seulement à améliorer les choses et contribuer au succès collectif. S’agissait-il d’une maladresse, de l’inexpérience ou de la mauvaise foi? Peu importe! Cette situation laissait sous-entendre une certaine primauté d’un segment d’emploi par rapport à l’ensemble. Cette intervention m’a rappelé des échanges que j’ai personnellement eus dans les dernières années et qui provenaient du même groupe et soulevaient leur primauté sur l’ensemble. Y a-t-il un emploi ou un secteur du domaine forestier qui est plus important que les autres?

Le « domaine forestier », c’est quoi, ou c’est qui? Est-ce différents groupes complètement indépendants l’un de l’autre qui se rattachent uniquement sur la matière ligneuse à différents stades de développement de sa croissance et de son utilisation? Ou est-ce plutôt un réseau d’organismes et d’entreprises interdépendantes les unes des autres qui ne peuvent à eux seuls assurer leur propre pérennité?

Pour ma part, je suis convaincu que le « domaine forestier » se définit par son interdépendance. La scierie n’a pas besoin d’un reboiseur pour scier son bois, ni même du pompier forestier. Mais le reboiseur et le pompier contribueront à l’amélioration et la préservation des attributions de bois de la scierie. Le reboiseur pour sa part n’a pas besoin d’un pépiniériste pour mettre un arbre en terre. Par contre, sans le travail de ce dernier, quel arbre le reboiseur pourra-t-il planter? Maintenant, discutons d’exemples encore plus subtils. Qu’apporte le débroussailleur à un reboiseur? Il n’apporte rien au moment de la mise en terre. Toutefois, l’entretien des plantations favorise leur survie et le rendement attendu, ce qui contribue à justifier le travail du reboiseur. Il en est de même pour l’ingénieur forestier qui dépend grandement des autres travailleurs. En effet, à quoi bon planifier des travaux s’il n’y a de travailleurs pour les exécuter ? Il ne faut donc négliger aucun segment.

Le « domaine forestier » doit-être vu comme une chaîne à plusieurs maillons. Et rappelons-nous que la robustesse d’une chaîne est aussi forte que le plus faible de ses maillons. Il faut donc soutenir l’ensemble des initiatives qui contribuent à la mise en valeur de notre domaine. Je suis fier si une usine de transformation annonce des résultats positifs ou des investissements importants. Le même sentiment se fait sentir lors d’une annonce similaire chez une pépinière. Et pourtant, je ne travaille pour aucune des deux. Mais leurs succès contribuent à créer une image positive du domaine forestier. Une image positive favorise la mobilisation et l’attractivité. C’est l’ensemble qui en retire un bénéfice.

Nous avons la chance d’avoir plusieurs organismes qui contribuent à l’amélioration de cette image. Il suffit de penser aux associations forestières régionales et aux comités sectoriels de la main-d’œuvre (ForêtCompétences et Formabois).

Si le rôle des premiers concerne l’éducation et la sensibilisation, celui des comités sectoriels tourne autour de la main-d’œuvre selon des catégories d’emploi distinctives. Ils doivent donc intervenir de façon complémentaire pour l’amélioration globale et non uniquement pour un seul segment. Si chacun de ces intervenants est reconnu par le milieu et le public en général, leur capacité de contribution s’en trouvera augmentée. Et une bonne façon d’accroître leur reconnaissance est que nous tous participions et nous impliquions dans les activités qu’ils mettent en place. Drôle de coïncidence… je vous rappelle le colloque annuel de ForêtCompétences qui se tiendra au Manoir du Lac Delage les 17 et 18 novembre… y êtes-vous inscrits?

Pour revenir à ma question du début… Y a-t-il un emploi ou un secteur du domaine forestier qui est plus important que les autres? Si vous répondez oui, alors c’est que vous avez une vision simpliste de notre domaine… ou bien un parti pris! L’ensemble des travaux et des travailleurs qui les effectuent sont importants et leurs impacts sur l’ensemble du secteur sont significatifs. Ne perdons pas de temps à critiquer le passé, mais consacrons nos efforts à concrétiser une image attractive pour l’ensemble du domaine forestier. Nous y gagnerons tous!