Marc Beaudoin

On n’y échappera pas encore cette année

18 Jan. 2016

L’automne s’étire encore. J’ai même l’impression que l’hiver n’arrivera pas cette année. Oui, je sais, je me fais des idées. C’est pourquoi j’ai fait la «rotation du cabanon». Vous savez, «garrocher» les affaires d’été dans le fond et rapprocher les pelles et la souffleuse de la porte…

Voilà donc, le pot de peinture pour galerie et que je n’ai pas utilisé, en arrière complètement. Les bordures de platebande, sur l’étagère. Oh oui! le nouveau robinet d’extérieur, je n’ai pas eu le temps de l’installer…

Ce petit ménage automnal me rappelle qu’il y a des projets qui n’ont pas été réalisés cet été! La fin de la saison et la préparation de la nouvelle La saison 2015 n’est pas encore terminée. Plusieurs groupements forestiers continueront à réaliser des travaux pendant encore plusieurs mois.

Par contre, il faut commencer à regarder ce qui nous pend au bout du nez l’année prochaine. Car, bien que l’on tente de terminer la saison en beauté, on sait bien qu’il y a encore des projets à mener à terme pour que la saison prochaine soit un succès.

En voici quelques-uns :

Renouveler le programme de mise en valeur de la forêt privée

On sait tous que le programme avait été prolongé d’une saison et que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) devait en produire un nouveau.

Ce programme est essentiel au développement du potentiel de la forêt privée et à la création de richesse en région. Toute l’attention nécessaire doit y être investie pour le reconduire. Sans ce programme, adieu la forêt privée comme on dit…

Des budgets suffisants

Depuis deux ans, la forêt privée a souffert d’une diminution d’investissements en aménagement. Il manque le tiers des investissements nécessaires pour assurer la protection des investissements de l’État et le maintien de la possibilité forestière.

Nous sommes tous conscients qu’une telle situation ne peut perdurer sans impacts importants pour le secteur forestier. La prochaine saison doit ouvrir sur un financement amélioré de la forêt privée. Que ce soit par l’augmentation des investissements de l’État ou par une approche différente qui permettrait d’augmenter l’efficacité du programme, l’État doit intervenir, car le statu quo est impensable.

Les demandes budgétaires au gouvernement fédéral

L’élection d’un nouveau gouvernement fédéral doit faire penser que les démarches doivent être reprises auprès de ce dernier. Ainsi, compte tenu de l’importance de la forêt privée dans le développement des collectivités régionales du Québec et des conséquences de l’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) sur le capital forestier, l’ensemble des partenaires de la forêt privée menés par le ministre des Forêts du Québec, doivent conjuguer leurs efforts afin de sensibiliser le gouvernement fédéral à l’importance de la situation et la nécessité de son intervention.

La fiscalité des producteurs

L’ensemble des partenaires de la forêt privée, monsieur Lessard en tête, a compris l’importance de travailler sur la fiscalité des producteurs afin de mobiliser le bois de la forêt privée. Certaines mesures sont actuellement en évaluation. Le temps joue contre nous. Une nouvelle mesure demandera une période d’adaptation afin de la faire comprendre et accepter par les producteurs.

Il est nécessaire que ces mesures apparaissent dans les meilleurs délais afin qu’elles soient rapidement mises en application.

Le plan d’action pour la TBE en forêt privée

L’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette est en marche. Certaines régions sont durement touchées, d’autres le seront sous peu. Cette épidémie change complètement la dynamique du secteur forestier.

Quels travaux devronsnous prioriser? Aurais-je accès à des marchés? Comment se comportera la forêt publique? Ce ne sont que quelques exemples. Il est essentiel que l’État fasse connaître son plan d’action rapidement afin que nous puissions nous préparer en conséquence.

En guise de conclusion

Contrairement à mes travaux d’été, je sais que plusieurs des questions que j’ai soulevées sont actuellement travaillées par le MFFP. Par contre, nous sommes dans une situation où le succès est nécessaire, sans quoi, nous pourrions nous réveiller au printemps avec de très mauvaises surprises.