Marc Beaudoin

Parfois, un bilan est salutaire

2 Nov. 2018

Vous le savez, je n’ai plus d’enfants, j’ai des ados. Il ne faut pas que je me trompe sans quoi la colère des Dieux va s’abattre sur notre maison. J’ai donc pris acte de ce changement important de la personnalité de mes enfants (ouch !) de mes ados, pour qu’ils prennent enfin leurs responsabilités comme des grands!

Donc, je n’ai plus à demander de mettre la table, de faire la vaisselle ou de nettoyer leur chambre. Ce sont eux qui gèrent leur réveille-matin et leur lunch et ils doivent bien sûr, avoir de bonnes, d’excellentes notes en classe sans que l’on ait à faire un suivi.

Sauf que, la semaine dernière, je suis tombé du côté sombre de la force. En effet, après avoir retrouvé la moitié du service de vaisselle dans leur chambre, m’être fait attaquer par une montagne de linge en provenance de la garde-robe et m’être transpercé le pied sur une fourchette enfouie sous des notes de cours, j’ai demandé aux Dieux ce que j’avais fait de mal ! Heureusement, ma conjointe m’a rappelé que bien que nos enfants (aïe!) ados, soient pourris dans la gestion de leur chambre, ils ont néanmoins pris le contrôle du lave-vaisselle, des couverts, des lunchs et ils n’ont jamais eu d’aussi bonnes notes. Au bilan, c’est très bon !

FORUM DES PARTENAIRES DE LA FORÊT PRIVÉE

Lors de la dernière rencontre du Forum des partenaires de la forêt privée, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a pris le temps de présenter un bilan préliminaire de notre plan d’action ainsi que celui sur la mobilisation des bois. Il ne s’agissait que d’une amorce et chacun des partenaires devra ajouter à ce travail.

Cette présentation m’a inspiré et m’a permis de voir le chemin parcouru. En tant que forum des partenaires à l’échelle provinciale, il y a eu beaucoup de travail de fait. Mais qu’en est-il du travail réalisé chez les groupements forestiers ? Est-il aussi éloquent ? Ma réponse est : certainement oui !

TRAVAIL EN GROUPE

Un fait qui est indéniable, c’est que les partenaires provinciaux travaillent plus ensemble. À mon avis, les groupements forestiers ont une partie du mérite. Plutôt que de chercher à tirer avantage individuellement des situations, les groupements forestiers ont décidé de travailler à ce que tous tirent bénéfice des travaux réalisés. C’est pourquoi ils sont présents sur tous les comités de travail qui peuvent exister, tant en région que sur l’échiquier provincial.

LOGICIEL ET MÉTHODE DE TRAVAIL

RESAM a longtemps milité pour une amélioration des processus administratifs des programmes afin de diriger plus d’argent vers la réalisation des travaux. Bien que ces demandes demeurent, les propriétaires regroupés ont développé un logiciel qui leur permet de diminuer sensiblement les actes administratifs. Comme si cela n’était pas assez, une délégation de plus de 30 personnes se sont déplacées en Suède afin d’étudier de nouvelles méthodes de travail.

ACHAT DE MACHINERIE

S’il y en a qui doute encore de la volonté des groupements forestiers de mobiliser plus de bois, écoutez cela. Entre 2014 et 2017, nous avons augmenté de plus de 68 %. Qui plus est, les groupements forestiers ont entrepris une démarche de modernisation des équipements. Ainsi, soit en finançant les achats, soit en les acquérant eux-mêmes, les propriétaires regroupés ont ajouté des millions de dollars d’équipements en forêt privée.

FORMATION

Par ailleurs, afin d’outiller nos travailleurs et d’offrir les meilleurs services aux propriétaires regroupés, les groupements forestiers ont développé des formations touchant la fiscalité forestière et la présentation de la récolte de bois. Tout cela afin d’atteindre l’objectif de récolte de bois.

RECONNAISSANCE

Finalement, les groupements forestiers respectent tous l’ensemble des critères relatifs à la reconnaissance de leur modèle d’affaires. Rappelons-nous que cette reconnaissance permet de retourner aux objectifs initiaux du programme qui sont de regrouper les superficies, de maintenir une expertise solide dans tout le Québec et de favoriser un effet de levier des investissements de l’État sur d’autres secteurs d’activité.

De plus, cette reconnaissance permet de maintenir un bassin de travailleurs compétents, dotés d’un bon encadrement en matière de santé et de sécurité.

AU BILAN

Comme je vous le disais, les propriétaires regroupés ont livré la marchandise et bien au-delà. Rien ne sera jamais parfait, mais Dieu du ciel, nous avons vraiment un bel outil entre les mains.