, Le Monde Forestier | LMF

Journées de réflexion sur les programmes de formation professionnelle

Adapter la formation professionnelle au marché du travail

Annie Beaupré du CSMOAF explique que l’objectif des journées était de discuter de la modernisation de la formation professionnelle québécoise. «C’est-à-dire comment amener la formation professionnelle à un autre niveau pour qu’elle réponde le mieux possible au besoin du marché du travail».

Photo: archives LMF

5 Avr. 2018

Le Comité sectoriel de main-d’oeuvre en aménagement forestier (CSMOAF) a participé aux deux journées de réflexion sur les programmes de formation professionnelle. Sa directrice générale, ANNIE BEAUPRÉ, a aimé l’exercice qui était organisé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Celle-ci est bien placée pour comprendre l’importance d’arrimer la formation avec la réalité du marché du travail. En entrevue avec Le Monde Forestier, Annie Beaupré explique ...

Détails

Budget 2018: bonnes nouvelles pour la forêt privée et les groupements forestiers

Rénald Bernier souligne l’importance de la prévisibilité : « il ne faut pas passer sous silence que ces sommes additionnelles prévues au budget sont garanties pour une période de 3 ans. Cette prévisibilité nous permettra de mieux organiser notre travail et nos investissements. Il s’agit d’un outil que nous demandions depuis plusieurs années. »

Photo: archives LMF

28 Mar. 2018

Monsieur Rénald Bernier, président du Regroupement des sociétés d’aménagement forestier du Québec (RESAM), se réjouit de l’engagement du Gouvernement envers la forêt privée. Les mesures mises en place par le Gouvernement donneront un second souffle aux groupements forestiers. « Depuis son arrivée, nous travaillons en étroite collaboration avec le ministre Luc Blanchette afin de permettre à la forêt privée de créer davantage de richesse au profit des Québécois. Les annonces faites ...

Détails

Biomasse forestières: une dette de carbone remboursable

«La source de biomasse, le type de carburant qu’on va remplacer, le système de conversion qu’on va utiliser, tout ça rentre dans le calcul. On dit que ce n’est pas carboneutre immédiatement. Mais on finit toujours par rembourser notre dette.Ça prend plus de temps selon le modèle de bioénergie ou le système de bioénergie qu’on a sélectionnés» - Évelyne Thiffault

Photo: courtoisie AFVSM

23 Mar. 2018

ÉVELYNE THIFFAULT, professeure adjointe au Département des sciences du bois et de la forêt à l’Université Laval, croit qu’on devrait cesser de dire – biomasse forestière carboneutre – car ce n’est pas tout à fait vrai. En fait, certains carburants fossiles émettent moins de gaz carbonique (CO2) que la biomasse. Toutefois, les résidus de bois ont d’autres qualités. Qui plus est, des chercheurs travaillent à améliorer la production d’énergie de ...

Détails