Renald Bernier

Se présenter à la gare…

25 Oct. 2012

Nous sommes à ce moment de l’année où écrire un éditorial est un peu plus difficile. Le beau temps, la chaleur, les vacances toutes proches. Beaucoup de raisons d’avoir la tête ailleurs. D’ailleurs, je pars bientôt pour des vacances, j’aime à le croire, bien méritées. Après tout, l’année fut plutôt chargée.

Malgré le repos à venir, j’avais hâte de vous écrire. J’ai une panoplie de choses à vous dire et une invitation importante à faire. En fait et pour être honnête, cela me brûlait. Nous avons fêté le premier anniversaire du Rendez-vous de la forêt privée. Quatorze mois à peaufiner ce que nous avons décidé le 31 mai 2011. Quatorze mois pour mettre en application la vision que tous les partenaires ont partagée. Mais malgré toute l’énergie investie à trouver des consensus, se pourrait-il que certains désirent demeurer sur le débarcadère ?

… et embarquer dans le train

J’aime l’analogie du train. Le Rendezvous de la forêt privée représente la gare. Le fait de signer le cahier de décisions revient à s’acheter son billet. Et nous l’avons tous acheté ce billet. Nous avons regardé madame NATHALIE NORMANDEAU dans les yeux et nous avons accepté le pacte qu’elle nous proposait, officialisant ainsi l’entente. Il est clair pour moi qu’à ce moment, aucun partenaire ne pouvait croire que nous avions devant nous un régime de forêt privée à la carte, et ce, malgré l’expression de nos objections respectives. Une entente où nous signons en bas de la feuille, mais rejetons les bouts qui ne font pas notre affaire au fil de son application. Personnes, ne voyait la chose ainsi. J’espère que c’est toujours le cas. Les engagements acceptés lors du rendez-vous forment un tout. Ils sont complémentaires et l’un ne va pas sans l’autre. Gardons en tête que chaque décision est le fruit de nombres d’heure de négociations. Il devient donc insensé de prendre celles qui nous avantagent et dénoncer celles qui nous intéressent moins.

Nous remplissons nos engagements

Pourquoi ce préambule ? Car le rendezvous est loin derrière nous. Les gens de terrain, groupements forestiers et agences, ont depuis longtemps mis la main à la pâte. Des efforts importants sont consentis pour passer du stade de décision à celui de réalité. Nous rencontrons individuellement chacun de nos membres et clients pour leur faire signer une nouvelle convention raffermissant ainsi notre lien d’affaires avec eux. À la grandeur de la province, les propriétaires se regroupent, renouvellent leur entente. À Lac-St-Jean les propriétaires signent. Dans le bas St- Laurent les propriétaires signent. En Estrie, en Beauce, en Outaouais, partout ! Ce faisant, nous expliquons la vision du ministère pour la forêt privée. La vision des partenaires ! J’espère que tous mettent la même ardeur à la tâche. Que tous sont à mettre en place une vision d’avenir pour la forêt privée. Car nous ne pouvons nous permettre le luxe du «sur place» en remettant en question les décisions qui ne nous conviennent plus. Nous devons offrir aux propriétaires un régime fonctionnel et pour cela, tous les partenaires doivent le déployer tel qu’entendu. À ce titre, je voudrais encore une fois souligner le travail des agences forestières qui s’efforcent de faire atterrir régionalement un régime pensé à l’échelle provinciale. Ce sera par elles que s’opérera la régionalisation administrative du rendez-vous, car une politique ne devient applicable que lorsqu’elle est techniquement adaptée au terrain. Voilà la mission dédiée aux agences, et je réitère tout mon support envers leur travail.

À plein régime

La forêt privée doit arriver à plein régime dans cette nouvelle ère. C’est l’attitude que les groupements forestiers adoptent et continueront d’adopter. RESAM a d’ailleurs fait sienne cette formule en l’utilisant comme thème du congrès de cette année. Vous avez surement déjà pu observer l’affiche. Un train dans un environnement forestier, à grande vitesse, arrivant d’une destination précise, mais surtout, fonçant vers une nouvelle étape. Les groupements forestiers à plein régime. J’adore ! J’ai eu la chance d’entrevoir la grille horaire du congrès et je peux vous dire que la qualité des conférenciers est toujours aussi présente. Des sommités dans leur domaine tels messieurs YVES DESSUREAULT, ANDRÉ TREMBLAY, MICHEL VINCENT, GUY CHEVRETTE et madame MAUDE FLAMMAND-HÉBERT viendront nous entretenir des valeurs des groupements forestiers, de leur histoire, de leur importance dans l’échiquier forestier. Une édition qui promet et je vous y invite en grand nombre. Et comme le congrès s’ouvre sur un amical tournoi de pêche, vous aurez la chance de découvrir qui est le meilleur pêcheur du secteur forestier ! En toute humilité, je ne vois pas comment je pourrais ne pas gagner. Mais bon, nous verrons. Il me reste à vous souhaiter de bonnes vacances et à vous recommander la prudence dans vos travaux forestiers cet été. Bonne sylviculture !