Renald Bernier

Le temps de l’après…

13 Mai. 2014

Les gens de mon âge se rappellent le temps de l’Avent. Vous savez cette période d’un mois qui nous préparait à la Fête de Noël. Oui, je sais, notre curé nous parlait de la préparation intérieure. Mais moi, je l’avoue aujourd’hui, je préparais le réveillon.

Quels seraient mes cadeaux et ceux que je pourrais voler à mon frère par le fait même? Ferait-il assez beau pour aller jouer au hockey. Mon père oublierait-il quelques tâches durant les vacances? Vous comprenez le principe, je crois. Cette préparation en valait la peine. Que de bons souvenirs apparaissent toujours lorsque je pense à ces réveillons. Être en famille, partager nos histoires et en inventer de nouvelles pour la prochaine année. Tout cela autour d’une belle table, parfois arrosée.

Une année fort chargée

Vous savez, j’arriverai avec joie à ce merveilleux temps des Fêtes. Plus cette année, car je l’admets, j’ai besoin d’un peu de repos. Encore une fois, je me suis fait prendre au jeu de croire que ce pourrait être une année plus tranquille. Bien non, ce ne fut pas le cas. Il y a eu la bataille des budgets en début d’année suivie de près par l’implantation de la décision 19. À eux seuls, ces deux dossiers ont monopolisé presque tout notre temps durant la première partie de l’année. Toutefois, le Rendez-vous national sur la forêt québécoise est venu ajouter un peu de piquant. En effet, nous n’avions pas prévu cet exercice dans notre planification. Qui plus est, le temps alloué pour le réaliser était très court. Il aura fallu investir beaucoup de temps afin de faire consensus entre nous, avec nos partenaires et par la suite, avec l’État. Il reste encore du travail à faire pour voir matérialiser les décisions convenues lors de ce Rendez-vous, mais somme toute, je crois que nous avons eu une bonne année.

La suite?

Oh non! Je ne me ferai pas prendre au jeu. La prochaine année ne sera pas plus tranquille, c’est certain. Vous pourriez me dire qu’après le Rendezvous sur la forêt privée et celui sur la forêt québécoise, tout est pas mal réglé! Erreur, l’histoire montre que toutes ces décisions demandent à être travaillées, suivies et adaptées aux conditions changeantes de l’environnement forestier.

Le temps de l’après

Nous avons mis beaucoup d’efforts avant les deux rendez-vous. Il faudra en mettre tout autant après! Les principaux outils qui seront à notre disposition pour les prochaines années sont connus. Comment pourrons-nous les utiliser à leur plein potentiel? Ça reste à voir. Des décisions importantes se sont prises en 2011. Plusieurs devaient être appliquées, mais elles ne le sont toujours pas. De notre côté, nous avons fait le travail. Y a-t-il un repositionnement nécessaire à réaliser? Peut-être, il faudrait en discuter. C’est pourquoi, à mon avis, un Rendez- vous des groupements forestiers est nécessaire afin que nos organisations puissent tirer profit des nouvelles règles du jeu et que l’on puisse s’assurer que ces règles seront appliquées comme convenu. Dès les premières semaines de janvier, vous serez appelés à préparer ce Rendez-vous. Comme à notre habitude, une telle rencontre se voudra constructive. Nous regarderons en avant et trouverons les moyens de tirer notre épingle du jeu. Pas question de se lamenter sur notre sort! En quelque sorte, ce sera notre réveillon des groupements forestiers et j’ai très hâte de vous y rencontrer.

En guise de conclusion

Permettez-moi de prendre un peu d’espace dans cet éditorial afin de remercier tous les groupements forestiers de tenir bien haut la flamme de l’aménagement regroupé. L’année 2013 n’a pas toujours été facile, mais vous avez gardé le cap. Une pensée particulière aussi au gouvernement qui a permis de sortir grandi du Rendez-vous national sur la forêt québécoise. En mon nom personnel et en celui de RESAM, je vous souhaite un très joyeux Noël et une belle année 2014.