Renald Bernier

Un beau temps des Fêtes

28 Jan. 2019

J’aimerais vous dire que j’écris ces lignes les pieds sur la bavette du poêle en regardant la neige tomber, mais ce n’est pas vraiment le cas. En fait, j’ai profité d’une certaine accalmie dans l’agenda afin de recharger les batteries dans un climat, disons plus chaud…

Par contre, cette petite pause m’a permis de regarder le chemin parcouru durant l’année. Cela m’a permis de comprendre pourquoi je suis tant fier d’être le président de RESAM. Honnêtement, ce serait difficile de ne pas être fier! Nous avons été de tous les fronts : mobilisation des bois, innovation, épidémie de tordeuse, reconnaissance de la forêt privée, changements climatiques et bien plus. Dans ces dossiers, on peut dire que j’ai eu mes cadeaux avant le temps. Quelques exemples ?

LES INVESTISSEMENTS EN FORÊT PRIVÉE

Certes, l’augmentation substantielle des investissements et leur prévisibilité en forêt privée sont des bonnes choses en soi. Ils ont permis de réaliser plusieurs travaux et de faciliter la mobilisation des bois. Ce qui me réjouit le plus, c’est de constater que la perception des différents intervenants a réellement changé. Les investissements en forêt privée sont maintenant considérés comme un réel outil de création de richesses pour le Québec.

UN SERVICE DE FORÊT PRIVÉE

Quand je suis arrivé, le service de forêt privée souffrait. Les départs étaient difficiles à remplacer et ceux qui restaient étaient ensevelis sous la somme de travail. Signe des temps, nous pouvons maintenant compter sur un service de forêt privée très dynamique au ministère. Ce dernier veut autant que nous donner ses lettres de noblesse à notre secteur. Ce faisant, ce ne sont plus uniquement les associations de propriétaires qui moussent les bienfaits des investissements mais aussi des fonctionnaires qui prennent la forêt privée à cœur.

DES PROPRIÉTAIRES REGROUPÉS RECONNUS

Vous n’êtes pas sans savoir le respect que je porte à la reconnaissance du modèle d’affaires des groupements forestiers. À mon sens, c’est un pas énorme que l’État a fait en s’assurant que les investissements qu’il consentait aux groupements forestiers seraient gérés de manière à rencontrer les plus hauts objectifs de performance.

Les groupements forestiers ont mis tous les efforts nécessaires afin de respecter leurs propres engagements. J’en suis fier ! Par contre, je dois admettre que l’attitude du ministère m’enchante tout autant. Nous avons mis plusieurs heures et des millions de dollars afin de mettre en place, ensemble, un système efficace. Les gens du ministère ont mis les efforts nécessaires pour en assurer un suivi sans complaisance. Bravo !

UNE MOBILISATION DES BOIS EN CONTINU

Nous avons débuté la mobilisation des bois bien avant que le terme soit connu. Une vague sans précédent d’achats d’équipement s’est déployée dans les dernières années même si les outils de financement n’étaient pas toujours au rendez-vous. Qui plus est, nous avons atteint nos objectifs lors de la première saison mais nous ne nous sommes pas arrêtés là ! Nous avons continué à augmenter nos livraisons aux usines depuis.

INNOVATION

Je me souviens qu’en 2011, le ministère souhaitait augmenter l’innovation en forêt privée. Nous les avons pris au mot et dernièrement, nous avons travaillé très fort afin de rendre disponible un logiciel qui permettra de sauver énormément de temps administratif, — le RESAM Géomatique. Un autre exemple que nous travaillons sur tous les fronts.

EN GUISE CONCLUSION

Je suis très content de l’évolution que prend la forêt privée. Il reste beaucoup de choses à faire mais je crois que nous sommes sur une très bonne voie. Je désire souhaiter à vous tous, membres et travailleurs des groupements forestiers, partenaires du secteur et à tous ceux qui s’intéressent au développement de la forêt privée un très joyeux temps des Fêtes et une bonne année 2019. Pour ma part, je devrai prendre les bouchés doubles, car à mon retour, il faudra décorer la maison. Nous avons quand même quelques semaines de retard…