Marc Beaudoin

Un gros merci!

15 Sep. 2022

Vous êtes pas mal tous au fait qu’après 16 ans de service, je quitterai mes fonctions de directeur général de Groupements forestiers Québec pour occuper le poste de leader provincial chez FPInnovations. Cela veut donc dire que j’ai rédigé plus de 150 éditoriaux depuis mon entrée en fonction en décembre 2005!
Ironiquement, je me suis rendu compte que j’avais rédigé mon dernier éditorial le mois dernier car le discours du président occupe les deux espaces d’éditoriaux que nous avons dans l’édition post congrès. J’ai trouvé le choc un peu brutal, je l’admets. Cela m’a fait réaliser à quel point j’ai été privilégié de communiquer de manière aussi régulière avec vous tous. C’est un privilège qui va vraiment me manquer. Donc, ni une ni deux, j’ai décidé d’utiliser ce qui me restait d’influence pour forcer la main au directeur du journal et me laisser la place pour un dernier éditorial.
Vous savez, j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à écrire dans le journal Le monde forestier. Vous avez sans doute remarqué que je faisais souvent référence à des anecdotes de ma vie familiale. Avec pour résultat que plusieurs d’entre vous me demandent régulièrement comment va ma belle-mère ou si la saison de hockey de mon gars va bien. Certains y voyaient une façon sympathique d’introduire un sujet, mais il y avait plus. Lorsque je pense aux groupements forestiers, je pense à une grande famille et les références à ma propre famille me viennent naturellement.
Défendre la famille des groupements forestiers est quelque chose d’assez facile. Je n’ai jamais eu à me piler sur le cœur pour défendre les valeurs propres à nos organisations. La prise en main de notre destinée, le développement collectif, le développement régional, l’innovation sont tous des thèmes auxquels je crois profondément et pour lesquels j’ai toujours été prêt à me battre.
Durant les 16 dernières années et en m’appuyant sur le travail de mes prédécesseurs, j’ai eu la chance de contribuer avec les groupements forestiers au développement de la formule regroupée. Mon principal outil aura toujours été de miser sur les réalisations de nos groupements forestiers comme fer de lance de mes représentations. Lorsque l’on regarde le 50 dernières années, il y a une abondance d’exemples parmi lesquels on peut piger.
Ce travail qu’ont réalisé les groupements forestiers durant cette période aura permis de faire des avancées importantes. Parmi celles-ci, je ressens beaucoup de fierté de voir la place qu’occupe maintenant la forêt privée sur l’échiquier gouvernemental. La reconnaissance de notre modèle d’affaire est aussi un jalon pour lequel j’éprouve une grande émotion.
Par ailleurs, je suis heureux de constater que Groupements forestiers Québec est maintenant perçu comme un pourvoyeur de solutions plutôt que d’un quémandeur. Les liens que nous avons pu tisser avec une multitude de partenaires confirme encore plus notre reconnaissance. J’aime à dire que nous ne négocions jamais. Nous tentons plutôt de se trouver des partenaires avec qui nous travaillerons longtemps.
L’avenir est prometteur pour les groupements forestiers. Nous ne sommes pas seulement bien placés, nous avons désormais pris notre place. Il nous appartient de continuer à l’occuper pleinement. Les défis sont nombreux et les opportunités de trébucher toujours bien présentes. Toutefois, je suis certain que tant que notre réseau se tiendra très serré, rien ne pourra nous arrêter.
Il m’apparaît opportun de laisser un message avant de patir. Depuis quelques années, plusieurs piliers du réseau ont quitté pour prendre une retraite bien méritée. Ce faisant, une nouvelle génération de dirigeants fait son apparition. À ceux-ci je dirais : c’est maintenant votre tour de porter les valeurs des groupements forestiers et votre organisation provinciale à bout de bras. Inspirez-vous de l’énergie déployée par vos prédécesseurs et des valeurs fondatrices des groupements forestier, mais modelez l’avenir à votre image. Investissez-vous collectivement et faites bouger les choses ensemble. C’est votre tour de prendre le leadership. N’oubliez pas que ceux qui ont lancé cette idée de groupements forestiers avaient votre âge à l’époque…
Mon Dieu que c’est court un éditorial après tout. J’aurais tellement de choses à dire encore. Tellement de personnes à remercier dont mon président et ami Rénald. Je terminerai donc en vous remerciant du fond du cœur de m’avoir permis de faire partie de votre famille et de contribuer au mieux de mes capacités à faire progresser l’idéal de la gestion regroupée. Ce fut un privilège de le faire avec vous.
Merci encore!