Canards Illimités: 75 ans de protection des milieux humides

Des marais aménagés le long de la rivière des Outaouais. Le marais Antoine en bordure du lac Abitibi.

Des marais aménagés le long de la rivière des Outaouais. Le marais Antoine en bordure du lac Abitibi.

Photo : courtoisie Canards Illimités Canada

26 Oct. 2012
Fanny Roux-Fouillet

L’organisation privée sans but lucratif Canards Illimités fête cette année sa 75e année au service de la protection des milieux humides d’Amérique du Nord.

Canards Illimités (Ducks Unlimited) a été créée en 1937 aux États-Unis. Elle est l’initiative de chasseurs désireux de protéger la population de gibiers d’eau, et tout particulièrement celle des sauvagines. La branche canadienne de l’association a vu le jour en 1938. Active au Québec depuis 1976, elle y compte désormais près de 500 bénévoles et 5 500 supporteurs. Canards Illimités Canada agit dans le cadre du Plan nordaméricain de gestion de la sauvagine (PNAGS). Signé en 1986, ce plan est une initiative regroupant le Canada, les États- Unis et le Mexique dans le but de maintenir la population de sauvagine.

Conservation des milieux humides

La mission de Canards Illimités Canada (CIC) est la conservation des milieux humides au bénéfice de la sauvagine, mais aussi des populations humaines. Afin de protéger ces milieux, l’organisation peut soit les acquérir, soit négocier avec les propriétaires des ententes (servitudes) de conservation. Lorsque les milieux sont dégradés, CIC s’attache à les restaurer ou, si les dommages sont irréparables, à en créer de nouveau. «Nous installons des digues, des systèmes de contrôle du niveau d’eau, des pompes, etc.», détaille PIERRE DULUDE, biologiste responsable du développement du programme de conservation des habitats à Canards Illimités. «C’est ce que nous avons fait à Terrebonne, par exemple. Nous avons créé un milieu humide intégré en milieu urbain. Sinon, à cet emplacement, des condominiums seraient en train de se construire en terrain inondable », précise-t-il. «On estime que dans les régions urbaines, entre 70% et 90% des milieux humides ont disparu», déplore M. Dulude.

Actions au Québec

Depuis 1976, Canards Illimités a protégé plus de 233 sites au Québec, pour un total de 33 000 hectares d’habitat. L’organisme a également soulevé des investissements de plus de 125 M$. CIC a axé une grande partie de ses efforts sur les grands marais des berges de l’Outaouais. L’organisation a notamment contribué à corriger l’impact du barrage de Carillon. «C’est notre plus beau et plus remarquable accomplissement au Québec», estime M. Dulude. De plus, l’organisation a beaucoup travaillé dans la plaine du Saint-Laurent. «Ce sont des milieux humides exceptionnels», décrit M. Dulude. De grands efforts ont aussi été déployés, entre autres, en Abitibi, dans la baie de Gaspé et dans le marais de la Baie au Chêne. M. Dulude ajoute que Canards Illimités s’occupe également de la forêt boréale, qui est essentielle à la reproduction de la majorité des espèces de sauvagine.

Sensibilisation

La sensibilisation est un autre outil important de CIC. L’organisme travaille sur les outils réglementaires et légaux, en collaborant entre autres avec les ministères. Il a aussi réalisé plusieurs cartographies des milieux humides du Québec, qui sont notamment disponibles sur son site Internet. « Chacun des intervenants du territoire y trouve une information adaptée à ses besoins », affirme M. Dulude. On y trouve par exemple une classification des milieux humides à partir des cartes écoforestières. Canards Illimités effectue aussi des campagnes d’information et de communication sur l’utilité des milieux humides.

Milieux humides essentiels

En effet, les milieux humides fournissent beaucoup de services écologiques, soutient M. Dulude. Ils participent, entre autres au filtrage de l’eau, à la recharge des nappes phréatiques, à la transformation des gaz issus de l’activité humaine grâce à la végétation, ainsi qu’à la limitation des effets des crues.

Une association pro-chasse

Puisqu’il s’agit d’une association pro-chasse, Canards Illimités a été la cible de critiques affirmant notamment que l’organisme s’attachait avant tout à préserver l’activité de chasse, sans avoir de sincère préoccupation environnementale. «C’est une critique facile», conteste Pierre Dulude. «Si nous étions aussi obnubilés par la chasse, nous nous fatiguerions pas à cartographier les tourbières, par exemple. Il n’y a pour ainsi dire pas de canards là-dedans. Nous travaillons sur tous les milieux humides, tous les aspects, mais nous devons nous assurer de toujours pouvoir aller chercher du financement aux États-Unis» continue-t-il. M. Dulude ajoute qu’en Amérique du Nord, toute une activité économique s’est développée autour de la chasse. «Cela fait partie de la culture, et une grande partie de l’économie des régions vient de là.» Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site Internet de Canards Illimités Canada.