De nouveaux équipements pour des groupements forestiers

Après Saint-Martin et sa Komatsu, c’est au tour du Groupement forestier Chaudière de Saint-Victor de se porter acquéreur d’une pelle modifiée en une abatteuse multifonctionnelle de marque Volvo équipée d’une tête Kesla (sur la photo).

Après Saint-Martin et sa Komatsu, c’est au tour du Groupement forestier Chaudière de Saint-Victor de se porter acquéreur d’une pelle modifiée en une abatteuse multifonctionnelle de marque Volvo équipée d’une tête Kesla (sur la photo).

Photo: courtoisie

11 Oct. 2016

Les achats d’abatteuses multifonctionnelles gagnent du terrain. Voilà que deux autres groupements forestiers en ont fait l’acquisition cette année. Et pourquoi?

Bernard Gauthier

Que ce soit en coupe totale ou partielle, en forêt mixte ou feuillue, ou en éclaircies, l’abatteuse multifonctionnelle répond à tous les types de besoins. Certes, elle est dispendieuse à l’achat, mais sa capacité de production est beaucoup plus élevée que les abatteuses d’autrefois. Et des groupements forestiers y voient là un avantage concurrentiel non négligeable.

Bien que la machine soit entièrement automatisée, un opérateur d’expérience est capable rapidement de s’intégrer aux nouvelles commandes. Une formation de quelques heures suffit. Au printemps dernier, le Groupement forestier Beauce-Sud à Saint-Martin a investi dans l’achat d’une abatteuse multifonctionnelle Komatsu 911.4 de l’entreprise Équipement SMS de Saint-Augustin.

La tête de l’abatteuse est le modèle Komatsu 350.1. Non seulement l’appareil sert à abattre et à ébrancher les arbres, mais aussi les façonne selon les spécifications données par l’opérateur. Selon ROBERT JOLY, directeur général du Groupement forestier Beauce-Sud, ce modèle est le produit le plus performant à l’heure actuelle sur le marché. « Il faut dire que nous avions un problème de recrutement auprès des entrepreneurs pour réaliser nos travaux. Par conséquent, nous avions de la difficulté à atteindre nos objectifs. C’est ce qui nous a motivés à faire l’achat de cet équipement. Il fallait augmenter notre capacité de production pour faire face au nouveau défi de la mobilisation des bois. »

À son avis, il n’est pas exagéré d’affirmer que cette abatteuse multifonctionnelle peut charger de 4 à 5 remorques lors de coupes totales au cours d’une journée de 10 heures. Pour les éclaircies, la moyenne est de 3 voyages alors qu’autrefois elle était d’à peine un voyage.

Le Groupement forestier Beauce-Sud est propriétaire de la machine et la loue à un opérateur. Pour acquérir l’abatteuse multifonctionnelle, il a fallu que le groupement forestier crée un partenariat avec l’opérateur en raison des coûts élevés. « Les banques sont généralement frileuses dans le secteur forestier, ce qui oblige une association avec des entreprises », ajoute Robert Joly. Il n’y a pas eu d’aide financière gouvernementale et le groupement forestier a dû verser un montant initial de 100 000 $.

Pour sa part, Équipement SMS de St-Augustin raconte que l’appareil avait déjà quelques heures d’utilisation. « Pendant 2-3 jours, nous avons fourni un soutien à notre client pour lui expliquer le fonctionnement de la logistique de l’appareil », indique DONALD TESSIER, représentant.

Une seconde machine?

Après seulement quelques mois d’utilisation, le Groupement forestier Beauce-Sud n’écarte pas la possibilité d’acheter une seconde machine. « Dès que les conditions économiques seront plus favorables, nous pourrions aller de l’avant dès l’an prochain », ajoute Robert Joly.

Mais les conditions gagnantes sont-elles vraiment prévisibles? «Étant donné que l’entente sur le bois d’oeuvre est terminée depuis un an, certaines entreprises débordent de bois public. Nous vivons dans un monde incertain. Notre plus grand compétiteur demeure le gouvernement du Québec et ses forêts publiques. Nous ne savons pas ce qui nous pend au bout du nez.»

Une abatteuse multifonctionnelle à St-Victor

Après Saint-Martin, c’est au tour du Groupement forestier Chaudière de Saint-Victor de se porter acquéreur d’une pelle modifiée en une abatteuse multifonctionnelle de marque Volvo équipée d’une tête Kesla. La livraison a eu lieu en juin dernier. « La machine est opérationnelle pour faire de la coupe totale et des éclaircies. Son contrepoids ne dépassant pas à l’arrière, l’opérateur n’a pas à se préoccuper de savoir s’il endommage des arbres lors de son passage. Le mât est parallèle à la machine. Ainsi, le rythme de travail en forêt est plus rapide. Autre avantage de ce modèle : très économique en carburant », dit RENAUD LAVOIE, propriétaire de Mécano Mobile RL à Amqui qui a vendu l’abatteuse multifonctionnelle.

Selon M. Lavoie, la tête de l’abatteuse relève des plus récentes innovations technologiques. Fabriquée à partir du concept d’une pelle mécanique moyenne, la machine est dotée d’une tête à rouleau sur laquelle un mât forestier est installé. Les opérations sont rapides et requièrent peu d’entretien. «Nous avons donné une formation de 2 jours à l’opérateur et aux techniciens à Amqui.» La structure de la pelle est garantie à vie et les diverses composantes ont une garantie d’un an à 3 ans.

Au Groupement forestier Chaudière, ANDRÉ ÉMERY, directeur général, dit qu’il était difficile de tenir sa promesse auprès de ses membres pour exécuter les travaux étant donné que le suivi de la part des entrepreneurs n’était pas régulier. «C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’acheter notre propre machine et d’embaucher notre propre opérateur. C’est notre deuxième appareil. Le premier est un multiporteur doté d’une tête Kesla beaucoup plus petite. Elle servait au départ à réaliser des travaux le long de l’autoroute 73. »

M. Émery se montre impressionné de l’efficacité et du professionnalisme de Renaud Lavoie dans l’installation de la tête abatteuse. « Le repositionnement hydraulique est un casse-tête incroyable et nous sommes très satisfaits de ses conseils. »

Évaluation en hélicoptère

La firme Helico Express de la Chaudière est-elle appelée à élargir ses activités, par exemple dans le secteur de l’évaluation des forêts? La question se pose puisque l’entreprise a réalisé ses premières opérations en ce sens au printemps dernier avec le Groupement forestier du Sud Dorchester de Saint-Prosper. «C’est un nouveau créneau pour nous et nous entendons bien le développer à travers le Québec au cours des prochaines années. L’expérience fut concluante avec le Groupement forestier du Sud Dorchester », note ALAIN PÉPIN, pilote chez Helico Express.

Pour lui, il s’agit d’un travail très précis et la vitesse d’exécution est excellente pour évaluer un lot. «On peut faire la même chose en ce qui a trait à l’élaboration de nouveaux chemins grâce au GPS. Tout est remis ensuite au client sur une clé USB.»

Au Groupement forestier du Sud Dorchester, on a fait appel à 2-3 reprises aux services d’Helico Express pour survoler les lots. «Ça prend 15 minutes pour faire un plan de gestion alors qu’au sol on doit compter une bonne demi-journée. Pour l’évaluation d’un lot normal, tout est analysé dans le sens de la longueur à l’aller et au retour. Les peuplements doivent être photographiés, interprétés et enregistrés dans le GPS », indique MICHEL SIMARD, directeur général au Groupement forestier du Sud Dorchester. Celui-ci n’écarte pas la possibilité de répéter l’expérience l’an prochain.

Hélico Express de la Chaudière Inc. est opéré par Services Hélicocorp Inc. Il s’agit de la seule compagnie basée en Beauce et elle travaille avec Hélicraft pour desservir la province de Québec.

Drone

Est-ce que l’apparition des drones sur le marché menace le travail de l’hélicoptère ? Pour Alain Pépin, la réponse est non. Les drones sont plus difficiles à contrôler qu’un hélicoptère en présence de vents. De plus, «les acheteurs sont très visuels et veulent constater par eux-mêmes l’état de la situation, ce qu’un drone ne peut pas accomplir. Pour nous, l’hélicoptère est là pour demeurer. »