FORAC : des projets d’intervention pour l’industrie

Le mercredi 5 octobre dernier s’est tenu au Pavillon Gene-H. Kruger de l’Université Laval, la présentation annuelle des projets d’intervention réalisés par les stagiaires du consortium de recherche FORAC. Ces projets d’intervention en entreprise permettent l’identification de problématiques de recherche, le transfert direct des connaissances ou le développement d’outils adaptés aux réalités de l’industrie des produits fores

Le mercredi 5 octobre dernier s’est tenu au Pavillon Gene-H. Kruger de l’Université Laval, la présentation annuelle des projets d’intervention réalisés par les stagiaires du consortium de recherche FORAC. Ces projets d’intervention en entreprise permettent l’identification de problématiques de recherche, le transfert direct des connaissances ou le développement d’outils adaptés aux réalités de l’industrie des produits fores

Photo: archives LMF

7 Nov. 2016

Le mercredi 5 octobre dernier s’est tenu au Pavillon Gene-H. Kruger de l’Université Laval, la présentation annuelle des projets d’intervention réalisés par les stagiaires du consortium de recherche FORAC. Ces projets d’intervention en entreprise permettent l’identification de problématiques de recherche, le transfert direct des connaissances ou le développement d’outils adaptés aux réalités de l’industrie des produits forestiers. Ces méthodes et outils sont ensuite utilisés par les chercheurs et dans certains cas bonifés pour permettre une plus grande diffusion des résultats auprès des partenaires de recherche.

Édith Brotherton

Pour cette édition 2016, une cinquantaine de personnes étaient présentes, dont plusieurs représentants industriels et partenaires FORAC. Appuyés par une équipe de professeurs, de professionnels et d’au moins un partenaire industriel, les stagiaires ont su relever les défis qui leur ont été proposés.

Dans le volet approvisionnement, MARCEL SAMSON-MORASSE, étudiant en génie logiciel, a présenté une nouvelle approche pour mieux miser aux enchères du Bureau de la mise en marché des bois (BMMB) : un jeu sérieux. Avec le réseau de la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) en tête, le but du jeu est de permettre aux responsables des approvisionnements de comparer et tester des stratégies de mises.

Cette idée, attribuable à un membre de la FQCF, est grandement inspirée du mémoire d’une diplômée FORAC qui a développé un modèle mathématique de mise pour le contexte des enchères au Québec. Chaque participant au jeu des enchères a un contexte d’affaires et une demande à combler qui lui est spécifique et il doit gagner des lots pour répondre aux demandes du marché tout en réduisant ses coûts d’approvisionnement.

Ils peuvent ainsi comparer différentes stratégies alternatives dans un environnement dynamique où les participants n’ont pas les mêmes besoins ou moyens financiers ni accès aux mêmes outils. L’ensemble des bases nécessaires est complété. Toutefois, le jeu n’est pas encore opérationnel. L’objectif est d’en faire une première démonstration au printemps 2017.

Étudiant en opérations forestières, ÉTIENNE ROBITAILLE-THIVIERGE a pour sa part réalisé une étude du processus d’approvisionnement chez un grand acheteur de fibre de façon à améliorer la prévisibilité des livraisons par l’évaluation des fournisseurs et du processus de suivi des ententes.

Ce travail a permis de comprendre les particularités du processus d’approvisionnement chez un partenaire industriel, en plus de permettre la suggestion et l’implantation de certaines améliorations dans l’optique d’un rehaussement global de la performance du réseau d’approvisionnement. Les connaissances recueillies lors de ce stage serviront à alimenter un projet de maîtrise portant sur la performance de différentes stratégies d’approvisionnement en contexte d’incertitude.

Dans le volet plateformes, RÉMY HUOT, étudiant en informatique a automatisé la création d’un tableau de bord Excel pour les entrepreneurs de récolte. À partir d’un ensemble de chiers sources provenant des données des équipements (fichiers GPS, données des têtes) et autres rapports internes (données de carburant, secteurs d’opérations), l’application développée permet de compiler des indicateurs pour faire le suivi hebdomadaire de chaque équipe.

Ce tableau de bord personnalisable a été réalisé à la demande de la FQCF et il est présentement utilisé par les Coopératives forestières Petit-Paris, Hautes-Laurentides et Matapédia. Rémy a également contribué à l’amélioration de Logi-Lab afin de rendre cette plateforme plus rapide, plus stable, plus complète et plus simple!

Durant l’été 2016, JUSTINE BRODEUR, étudiante en génie industriel, a travaillé sur deux mandats d’amélioration des pratiques en approvisionnement forestier avec trois coopératives fores- tières. Le premier mandat de documentation des activités d’entretien et de réparation de la machinerie de récolte a été réalisé à partir des données comptables des entrepreneurs.

Ces données ont permis de rédiger des méthodes de travail pour les activités sur le terrain et dans les ateliers mécaniques. De plus, un tableau de bord a été créé afin de dresser un portrait des activités de maintenance effectuées pour chaque entrepreneur forestier. Ce portrait vise à aider les entrepreneurs avec le processus de maintenance afin de bien le maîtriser et le rendre moins coûteux.

Le second mandat était d’approfondir les connaissances dans l’utilisation des logiciels d’exploitation des têtes d’abattage. En collaboration avec un étudiant en opérations forestières, Justine a contribué au développement d’une expertise visant à mesurer le volume des bois abattus avec les données de la tête. Les tests réalisés ont révélé quelques variations entre les modèles de tête qui peuvent être corrigées avec des facteurs d’ajustement. Le potentiel lié aux données des têtes d’abattages est énorme et sera exploré davantage dans le cadre d’un projet de fin d’études.

D’autres projets réalisés avec les partenaires FORAC ont été présentés, tels qu’un système de tableau de bord personnalisable pour l’optimisation et l’aide à la décision (en collaboration avec FP Innovations), la réorganisation et l’agrandissement d’une usine de seconde transformation pour améliorer les flux de production (Maibec) ainsi que l’amélioration des outils pour la planification opérationnelle du rabotage du bois d’œuvre (Produits forestiers Résolu).