Seul grand projet de forêt communautaire privé au Québec

Forêt communautaire Hereford sous FSC: contrat octroyé à AFAS

L’octroi du contrat à l’AFAS entraîne la création de 15 nouveaux emplois sur une base annuelle de 5 mois. Cela vient également consolider une quarantaine d’emplois en plus de générer une hausse de 15% des revenus.

L’octroi du contrat à l’AFAS entraîne la création de 15 nouveaux emplois sur une base annuelle de 5 mois. Cela vient également consolider une quarantaine d’emplois en plus de générer une hausse de 15% des revenus.

Photo: Bernard Gauthier

30 Oct. 2015

Il s’agit d’une première au Québec. Plus de 5 400 hectares de la forêt communautaire Hereford en Estrie seront exploités sous les normes du Forest Stewarship Council (FSC). Le contrat a été octroyé à Aménagement forestier et agricole des Sommets (AFAS) après un appel d’offres non seulement pour son meilleur prix, mais également pour sa présence locale et sa capacité d’être concurrentiel au chapitre des coûts de récoltes.

Bernard Gauthier

L’annonce en a réjoui plus d’un dans la région. Au Syndicat des Producteurs forestiers du Sud du Québec, la satisfaction était manifeste. «La nouvelle d’aujourd’hui est majeure. Nous en sommes bien fiers. C’est une première au Québec qu’une telle propriété accepte de se joindre au certifi cat de groupe englobant plus de 131 240 hectares chez 2 300 propriétaires forestiers ayant accepté de mettre en marché près de 84 100 m3 de bois dans la chaîne de traçabilité FSC depuis 2014», explique MARTIN LARRIVÉE, directeur général, Syndicat des Producteurs forestiers du Sud du Québec (SPFSQ).

Appel d’offres

À l’été 2014, plusieurs entrepreneurs forestiers ont été invités à soumissionner sur des travaux forestiers de la forêt. Et c’est l’AFAS qui a remporté le concours. «Plusieurs raisons ont motivé notre choix, dont celui de la mise en marché des acheteurs qui lui est familière en raison de sa présence quotidienne sur le territoire. Depuis, nous fonctionnons de gré à gré avec l’AFAS. Toutefois comme chaque année, les projets de récolte sont revus pour nous assurer d’obtenir le maximum de rendement.

Dans les faits, les appels d’offres pourraient recommencer si nous jugions que nous n’en aurions pas pour notre argent. Dans le contexte des normes FSC, ce serait possible pourvu que l’AFAS conserve le chapeau de la planification forestière. Nous pourrions alors nous tourner vers l’embauche d’entrepreneurs forestiers», indique DANY SENAY, ingénieur forestier, coordonnateur de la Forêt communautaire Hereford.

Mandat de l’AFAS

À l’AFAS, le mandat de gestionnaire se résume en quelques mots : établir les zones sensibles, procéder au marquage des arbres et attribuer le travail de récolte à ses employés et soustraitants.

Des redevances sont ensuite versées à la Forêt communautaire Hereford. Autrefois, raconte SYLVAIN RAJOTTE, directeur général de l’AFAS, le propriétaire récoltait luimême des arbres considérés comme moins bien formés et de qualité inférieure, ce qui avait pour conséquence d’appauvrir son territoire en qualité de tiges et de rendement. «Notre objectif est d’améliorer la qualité des tiges et le rendement des peuplements. Nous voulons tendre vers le type écologique, c’est-à-dire un peuplement précolonial ou de l’aménagement écosystémique. Et dans les normes FSC, c’est un élément important. Il faut ramener le peuplement vers son origine afin de produire plus tard des systèmes naturels pour que nos interventions correspondent à ce qui passe en nature.» À son avis, ce ne sera toutefois jamais possible de ramener exactement la forêt comme autrefois en raison des changements climatiques et de la présence humaine.

L’octroi du contrat à l’AFAS entraîne la création de 15 nouveaux emplois sur une base annuelle de 5 mois. Cela vient également consolider une quarantaine d’emplois en plus de générer une hausse de 15% des revenus. Du côté des soustraitants, des investissements de 1,5 M$ ont été investis dans l’achat d’équipements pour réaliser les travaux.

«Pour l’AFAS, il s’agit d’un important ajout aux superficies certifiées supervisées par l’entreprise. Aussi, tant pour notre entreprise que pour notre partenaire, le Syndicat des Producteurs forestiers du Sud du Québec, gestionnaire du certificat, c’est une opportunité de participer à ce projet de foresterie communautaire unique au Québec, où il est résolu de maintenir les plus hauts standards de qualité en aménagement forestier durable», raconte Sylvain Rajotte, directeur général de l’AFAS.

Certification forestière FSC

Le territoire certifi é au Sud du Québec représente maintenant, à lui seul, plus de 31% de tous les territoires de la forêt privée certifiée au Québec alors que la forêt de l’Estrie et de la Montérégie ne représente que 16% de la forêt totale au Québec. C’est du moins ce qu’a déclaré Martin Larrivée dans son allocution. «Il y a donc près de deux fois plus de territoires certifiés ici que partout ailleurs en province.»

Pour lui, l’AFAS aura la responsabilité de s’inspirer du portrait de la forêt précoloniale dans la planification des activités d’aménagement forestier. Et comment ? En protégeant les habitats des espèces menacées ou vulnérables, en conservant certaines caractéristiques de la forêt non aménagée lors des travaux forestiers et en protégeant les habitats fauniques essentiels.

La conservation des sols et de l’eau, le maintien et l’amélioration de l’état de la forêt et le maintien des avantages socio-économiques sont d’autres caractéristiques à tenir compte.

Une forêt au long parcours

À son origine dans les années 1800, la forêt communautaire Hereford était composée d’épinettes rouges, de hêtres à grandes feuilles et de pruches du Canada. Aujourd’hui, ce sont les sapins baumiers, les érables à sucre et les bouleaux à papier qui occupent un territoire de 5 600 hectares (ha) dans une proportion de 80%. Il s’agit donc d’un changement radical, soutient Dany Senay. Les travaux d’aménagement forestier des prochaines années visent donc à réduire ces écarts pour accroître la résilience de ces forêts.

La Forêt Hereford est le seul grand projet de forêt communautaire privé au Québec. Sa valeur foncière est de 10 M$, ce qui en fait le plus grand propriétaire foncier de la MRC de Coaticook. Située dans les municipalités d’East Hereford et de Saint-Herménégilde, à deux pas de la frontière américaine du Vermont, la Forêt communautaire Hereford abrite une aire protégée et naturelle de 250 hectares appartenant à Conservation de la nature du Canada (CNC). Organisme sans but lucratif, la Forêt Hereford réinjecte les profi ts de ses revenus dans la communauté. La gestion est assurée par les municipalités d’East Hereford, Saint-Herménégilde et la MRC Coaticook