Industrie Parent

Garantie d’approvisionnement non transférable

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a confirmé, le 4 juillet, qu’une garantie d’approvisionnement sur un territoire ne peut être transférée ailleurs.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a confirmé, le 4 juillet, qu’une garantie d’approvisionnement sur un territoire ne peut être transférée ailleurs.

Photo: Guy Lavoie

19 Août. 2014
Marie-Claude Boileau

Le maire de La Tuque ainsi que la communauté de Parent en Mauricie respirent mieux. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a confirmé, le 4 juillet, qu’une garantie d’approvisionnement sur un territoire ne peut être transférée ailleurs. Ainsi, Produits forestiers Résolu ne pourra pas, comme le souhaitaient ses dirigeants, acheter l’usine de Parent, la fermer et amener le bois vers ses autres usines.

NORMAND BEAUDOIN, maire de La Tuque, avait fait une sortie médiatique le 18 juin pour s’opposer au transfert de la garantie d’approvisionnement de l’usine Kruger de Parent si celle-ci était vendue et que le nouvel acheteur cessait les opérations. Selon lui, cette avenue aurait été désastreuse pour la communauté de Parent qui compte 450 âmes alors que l’usine de sciage emploie 110 personnes.

Le magistrat a mis au courant le ministre LAURENT LESSARD, qui a étudié le dossier avant d’annoncer sa décision. Après vérification, celui-ci s’est rendu à La Tuque pour dévoiler la nouvelle. M. Beaudoin explique que le ministre ne fait qu’appliquer la loi qui dit qu’une garantie d’approvisionnement ne peut être transférée.

Rappelons que la «Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier prévoit que la garantie d’approvisionnement confère à son bénéficiaire le droit d’acheter annuellement un volume de bois en provenance de territoires forestiers du domaine de l’État d’une ou de plusieurs régions, et ce, en vue d’approvisionner l’usine de transformation du bois pour laquelle cette garantie est accordée».

Pour Industrie Parent, il s’agit d’un volume de près de 383 000 mètres cubes. «L’usine peut changer de propriétaire, peut fermer ses portes, mais la garantie d’approvisionnement appartient au gouvernement et c’est lui qui décide éventuellement après une fermeture définitive de transférer cette garantie d’approvisionnement ou de ne pas y toucher», indique M. Beaudoin. Actuellement, l’usine de Parent fonctionne toujours et Kruger en est encore le propriétaire. En fait, le maire avoue être très peu au courant des négociations «vente».

Dans le cas de Résolu, ce sont eux qui sont venus le rencontrer dans son bureau pour lui faire part de leur intention. Même s’il est soulagé que la garantie d’approvisionnement soit non transférable, la fermeture de l’usine serait désastreuse. «Si on exclut les enfants, presque toute la municipalité y travaille. La ville la plus près est La Tuque à 225 km. Ils ne peuvent pas travailler à La Tuque et voyager, surtout que ce sont des chemins en gravier», indique-t-il.