Congrès FQCF

La famille coopérative honore Daniel Morin

Benoit Houle Bellerive, président de la Fédération québécoise des coopératives forestières, Daniel Morin, lauréat du Mérite d’excellence et Yvon Létourneau de Desjardins Capital de risques.

Benoit Houle Bellerive, président de la Fédération québécoise des coopératives forestières, Daniel Morin, lauréat du Mérite d’excellence et Yvon Létourneau de Desjardins Capital de risques.

Courtoisie

15 Mai. 2019

En 1987, Daniel Morin s’est découvert une nouvelle famille, celle de la foresterie des Hautes-Laurentides. Ouvrier sylvicole, l’homme a occupé divers postes, mais c’est surtout dans ses mandats comme président de la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides qu’il s’est démarqué. Même si la maladie l’a forcé à quitter ses fonctions politiques, son engagement et son dévouement ont été soulignés lors du dernier congrès de la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) qui lui a remis le Mérite d’excellence 2019.

Marie-Claude Boileau

Lorsqu’il débute sa carrière comme ouvrier sylvicole en 1987 à la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides, DANIEL MORIN y découvre une famille. « J’ai tout de suite aimé cette forme d’entreprise. J’en suis devenu membre le 13 janvier 1989. Rapidement, je me suis impliqué dans la gestion participative par le biais du comité de département et dans le comité santé et sécurité au travail », raconte-t-il. En juillet 1994, il est élu comme administrateur au sein du conseil d’administration. Deux ans plus tard, il devient vice-président, puis président en 1997. « Poste que j’ai occupé avec beaucoup de plaisir. Mes 25 années au sein de la Coopérative des Hautes-Laurentides ont été très motivantes. Mais en même temps, j’ai toujours considéré mon implication comme normale et naturelle », s’est-il exprimé lors de la remise du Mérite d’excellence.

Heureux de recevoir cet honneur, il a tenu à remercier ses confères, le conseil d’administration de la coop des Hautes-Laurentides, celui de la FQCF et son directeur général.

HOMME D’EXCEPTION

Le président de la FQCF, BENOIT HOULE BELLERIVE, explique que les collègues de M. Morin le qualifient « d’homme d’exception de par son engagement total ». D’ailleurs, le lauréat détient le record de durée de l’époque moderne pour un président puisqu’il a occupé le poste pendant 20 ans.

Le président de la FQCF a souligné son parcours exemplaire. Engagé comme ouvrier sylvicole, il expérimentera l’abattage manuel durant une saison. Il s’y distinguera par la qualité de son travail. « Son intensité au travail l’amène même parfois à dépasser certaines limites », raconte M. Houle Bellerive. Par la suite, il se joint au comité de sylviculture en 1993 et il en devient président. En 1998, Daniel Morin est nommé contremaitre et surintendant de la sylviculture en 2011. Pendant deux courtes périodes, il occupera le poste de directeur de la sylviculture.

Il se fait élire au conseil d’administration en 1994 et ses collègues le choisissent à la présidence en 1998. « Pour des raisons de santé, le conseil d’administration a dû se résoudre à accepter sa démission comme président et administrateur à l’automne 2018. En assumant la présidence de la coopérative pendant 20 ans, Daniel a marqué la culture de l’organisation. Il était spécialiste de la sylviculture, mais la diversification de la coopérative l’a obligé à s’intéresser à l’ensemble des activités », souligne le président de la FQCF.

Selon Benoit Houle Bellerive, les raisons étaient nombreuses pour lui remettre le Mérite d’excellence. D’abord, la détermination et l’intensité de M. Morin ont un effet d’entraînement. Il s’attend à un engagement semblable de tous les membres. Sa sagesse lui a permis d’affronter des moments difficiles. « Il sait prendre du recul et analyser froidement les situations qui se présentent », indique le président de la FQCF. Au cours de sa présidence, il a travaillé avec cinq directeurs généraux, tous différents, à qui il a apporté son soutien. En outre, sa souplesse a été un atout pour la coopérative forestière des Hautes-Laurentides, dont l’environnement d’affaires a beaucoup évolué au cours des dernières années. Enfin, Daniel Morin était capable de conceptualiser en écrivant clairement ses idées pour les communiquer.

Le récipiendaire du Mérite d’excellence a toujours prôné et promu la coopération. M. Houle Bellerive fait remarquer que son adhésion aux valeurs coopératives est sincère et elle se traduit dans son quotidien. De plus, il a contribué à faire rayonner sa coopérative, dans le réseau de sa région et dans celle des coopératives forestières québécoises.

« Bienveillant, Daniel comprend parfaitement que la coop constitue un produit collectif, mais dans un monde aussi rude que le secteur forestier, pour lui, on doit aussi prendre soin de chaque personne. C’est pour lui une véritable torture de congédier quelqu’un. Il incarne la pertinence du modèle coopératif qui fait grandir des personnes et qui permet à tous de s’impliquer pour construire un monde meilleur. Il sert aussi d’exemple pour enseigner aussi bien auprès d’un membre que d’un travailleur. La coop a fait face à des défis, mais son leadership a permis de garder le cap en priorisant les intérêts collectifs à long terme», conclut le président de la FQCF en lui suggérant de penser moins à la coopérative et plus à lui.