Le futur de la lutte contre les incendies en forêt

1 Oct. 2020

Et si, lors d’un incendie de forêt, les gestionnaires qui le combattent pouvaient se déplacer virtuellement sur les lieux au moyen d’un casque 3D et simuler les effets à venir de la météo ou de l’intervention des pompiers?

Dany Rousseau

Une idée réaliste ou totalement fantaisiste ? À en croire les travaux effectués par un étudiant en informatique de l’Université du Québec à Rimouski, Marc Parveau, le jour n’est peut-être pas si loin où cet équipement fera partie de l’arsenal de lutte contre les incendies.

Joint en France où il habite, celui-ci a accepté de parler de ses travaux avec Le monde forestier. C’est dans le cadre d’une maitrise maintenant complétée à l’institution d’enseignement rimouskoise que M. Parveau s’est penché sur le sujet.

D’abord, il importe de savoir que l’outil qu’il a développé n’est pas dédié spécifiquement à la lutte contre les incendies, mais qu’il pourrait aussi s’appliquer à d’autres scénarios de crise pouvant avoir lieu sur un territoire, comme une inondation ou un accident nucléaire.

Il s’agit en fait d’une application qui a été créée de manière à être utilisée avec un casque existant déjà et qui est fabriqué par Microsoft. En gros, on parle de lentilles permettant de visualiser des hologrammes.

«Cette technologie permet à l’utilisateur de se déplacer sur une carte et d’avoir une perception de l’environnement en trois dimensions. Ainsi, les gestionnaires de la crise sont en mesure de mieux comprendre, ce qui se passe et de réagir rapidement et efficacement», explique-t-il.

De cette façon, il est possible, par exemple, de projeter le déplacement du front de l’incendie en fonction des prévisions météorologiques. Si les sapeurs sont équipés de GPS, on peut aussi les visualiser sur le terrain et faire des projections quant à l’effet de leurs interventions.

Jusqu’à maintenant, le prototype développé par M. Parveau a été mis à l’essai une fois par des professionnels de la sécurité nucléaire qui ont testé les effets de cette visualisation et s’en sont dits très satisfaits. Aucun représentant de la lutte contre les incendies en forêt n’a encore contacté l’étudiant en informatique, mais celui-ci indique n’avoir pas non plus tenté d’approche pour le moment.

Dans le cadre d’un prochain doctorat, M. Parveau souhaite développer de nouvelles fonctionnalités qui ajouteraient à son outil des modèles de simulation à travers le temps.

Cette technologie représente-t-elle l’avenir de la gestion de crise? «C’est difficile pour moi de répondre que mon application représentation la solution par excellence. Ce que je peux dire, c’est que les technologies en cause deviennent de plus en plus matures, les dispositifs entourant la reconnaissance visuelle de plus en plus poussés. Dans un contexte critique comme celui de la gestion de crise, est-ce que le fait d’avoir accès à de nouvelles données peut changer la donne? Ma conviction est que oui. Après, ce sera aux gestionnaires de s’en servir ou non».