Les 17 et 18 février 2014

Le rassemblement des groupements forestiers: dans la foulée des grands rendez-vous

Les positions qui découleront de cette rencontre permettront, d’une part, d’élaborer le plan d’action quinquennal de RESAM. D’autre part, elles permettront l’avancée des travaux qui touchent le chantier sur l’amélioration de la performance des programmes en forêt privée lors du Rendez vous de la forêt privée de mai 201

Les positions qui découleront de cette rencontre permettront, d’une part, d’élaborer le plan d’action quinquennal de RESAM. D’autre part, elles permettront l’avancée des travaux qui touchent le chantier sur l’amélioration de la performance des programmes en forêt privée lors du Rendez vous de la forêt privée de mai 201

Photo: Guy Lavoie

18 Fév. 2014
Isabelle Chartier

Une rencontre fort attendue, le Rendez-vous des groupements forestiers se tiendra à Québec les 17 et 18 février prochains à l’hôtel Plaza Québec, sur le boulevard Laurier. Organisée par le Regroupement des sociétés d’aménagement forestier du Québec (RESAM), qui défend les intérêts des groupements forestiers et appuie leur développement, cette rencontre sera l’occasion de faire le point sur l’avancement des décisions des partenaires de la forêt privée.

«Depuis 2010, rappelle MARC BEAUDOIN, directeur général de RESAM, on a beaucoup réfléchi sur les enjeux liés à la forêt privée. On a investi beaucoup d’efforts pour discuter des programmes et trouver des façons de les améliorer, notamment au cours des travaux préparatoires du Rendez-vous de la forêt privée de 2011. Il est temps de prendre un temps d’arrêt pour évaluer ce qui a été fait et s’assurer d’atteindre nos objectifs. C’est ce que nous ferons lors du Rendez vous des groupements forestiers.»

Les positions qui découleront de cette rencontre permettront, d’une part, d’élaborer le plan d’action quinquennal de RESAM. D’autre part, elles permettront l’avancée des travaux qui touchent le chantier sur l’amélioration de la performance des programmes en forêt privée lors du Rendez vous de la forêt privée de mai 2011; les partenaires de la forêt privée se sont rencontrés une quatrième fois en quinze ans pour faire le point sur le régime mis en place lors du Sommet sur la forêt privée de 1995. Les discussions ont porté, entre autres, sur l’importance de maximiser les investissements réalisés en forêt privée et de renouveler l’engagement des propriétaires de boisés privés. Les propriétaires ont alors convenu d’objectifs économiques, sociaux et environnementaux. Les décisions retenues à la suite de ce rassemblement font d’ailleurs l’objet d’un Cahier des décisions que l’on peut consulter en ligne ici.

Un autre rassemblement d’envergure a eu lieu en novembre 2013 à Saint-Félicien : le Rendez-vous national de la forêt québécoise. Au terme de ce Rendez-vous, tenu en présence de la première ministre PAULINE MAROIS, trois chantiers ont été annoncés, dont l’un concerne spécifiquement les agences régionales de mise en valeur des forêts privées. Le Chantier sur l’efficacité des mesures en forêt privée, présidé par M. MICHEL BELLEY, vise à évaluer le mode actuel de gestion des agences et à proposer des pistes d’amélioration en vue d’accroître l’efficacité dans la livraison des programmes. Les travaux de ce chantier se font en continuité avec les décisions prises lors du Rendez- vous de la forêt privée de 2011. Environ 80 personnes sont attendues les 17 et 18 février prochains à Québec. «La rencontre que nous tiendrons s’inscrit dans la suite du travail entamé depuis quelques années, explique le directeur général de RESAM. Elle prendra la forme d’ateliers dirigés au cours desquels nos membres seront invités à formuler des commentaires, décrire les lacunes qu’ils ont observées et proposer des pistes de solution.»

Des questions de fond seront soulevées au cours du Rendez-vous des groupements forestiers. Depuis le Rendez-vous de la forêt privée de 2011, est-ce que les engagements pris par l’ensemble des partenaires ont été respectés? Quels sont les engagements à maintenir et à prioriser? Quelles sont les améliorations à apporter au programme de mise en valeur des forêts privées, compte tenu des nouveaux objectifs fixés ? Quelles sont les meilleures stratégies de mise en oeuvre à adopter? Depuis la création des Agences en 1995, leur développement a été variable selon les régions. Pour certaines, l’administration s’alourdit et elles deviennent de plus en plus des instruments politiques. Pour d’autres, leur structure est minimaliste et laisse beaucoup de place aux acteurs. Devant ce constat, devons-nous revoir le mandat, le fonctionnement et les règles qui encadrent les agences? Les agences sont-elles toujours utiles dans leur forme actuelle?

Le personnel de RESAM est grandement appuyé par les 42 regroupements forestiers qui en sont membres. Au cours des dernières années, plusieurs rencontres de travail à RESAM ont été tenues et de nombreuses personnes issues du personnel ou des conseils d’administration des groupements forestiers y ont collaboré. Cette contribution des membres constitue très certainement une des grandes forces de RESAM et lui assure d’être constamment en contact avec la réalité des problèmes vécus sur le terrain. Avec l’entrée en vigueur de la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier le 1er avril 2013, l’État a modifié en profondeur les façons de gérer la forêt. «Il est vrai que la mise en place du nouveau régime a créé des incertitudes, mais elle a aussi créé beaucoup d’espace, soutient Marc Beaudoin. Le marché semble vouloir reprendre son essor, alors il est important de bien préparer nos positions pour saisir toutes les opportunités qui s’offrent à nous.»