Le sirop d’érable: un enthousiasme en hausse constante au Japon

Photo: courtoisie

19 Jan. 2012
Katia Lavoie

L’engouement face au sirop d’érable prend de plus en plus d’ampleur au Japon. Deuxième importateur au monde après les États-Unis, le pays du soleil levant a importé 10% de toute la production québécoise en 2010, ce qui constitue un record. Et la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ) estime que cette croissance n’est pas finie!

L’exportation du sirop d’érable au Japon ne date pas d’hier. Les Japonais s’y intéressent depuis près de 40 ans et la popularité a grimpé avec les années, notamment grâce au travail de promotion de la Fédération. 99% de tout le sirop importé au Japon provient du Canada. En 1999, 1,5 million de livres ont été exportées vers le pays asiatique. En 2010, soit plus de 10 ans plus tard, ce chiffre a atteint 7,2 millions. Les sucres, alcools et autres produits de l’érable ont également commencé à trouver preneur au sein de cette nation. «Nous croyons que ces ventes s’accroîtront sur une base durable», soutient JOHANNIE COITEUX, agente de promotion et de communication à la FPAQ. Qu’est-ce qui les séduit tant dans ce produit bien de chez nous? Ils apprécient particulièrement son côté de produit naturel. «Le fait que le sirop d’érable provient d’un arbre et est 100% pur contribue à son succès. Les différentes propriétés bonnes pour la santé, comme les vitamines et les antioxydants que contient le sirop d’érable leur permettraient, selon eux, de prévenir le vieillissement», explique Mme Coiteux. Le goût unique du produit leur plaît aussi.

Le sirop d’érable dans l’alimentation des Japonais

Pour la population japonaise, «le sirop d’érable est un agent sucrant à valeur ajoutée et est maintenant considéré comme un ingrédient en cuisine, tel que l’huile d’olive ou la vanille», souligne l’agente de promotion. Certains cuisiniers remplacent donc le sucre par le sirop d’érable et ils le mélangent avec de la sauce soya dans des marinades notamment. Agriculture et Agroalimentaire Canada a recensé 26 nouveaux produits contenant de l’érable au Japon en 2009, selon le rapport des tendances de consommation publié en octobre 2010. Par exemple, Nestlé Japon a lancé une Kitkat aromatisée au sirop d’érable. Yamazaki Nabisco a conçu un biscuit croustillant fourré à la crème d’érable avec du sucre et des arômes d’érable. Les produits de boulangerie ont été également très populaires avec dix créations.

Des événements pour découvrir l’érable au Japon

Au printemps 2010, la FPAQ a organisé un premier concours de recettes à l’érable destiné à des cuisiniers professionnels du Japon. En tout, 210 personnes ont participé au défi lancé par la Fédération québécoise. «Je trouve que l’érable s’agence exceptionnellement bien avec la cuisine japonaise», affirme TORU TAYASU, lauréat dans la catégorie cuisine japonaise, dans la vidéo de présentation de son plat. Il a gagné avec un duo de pétoncle-crevette à l’érable. Les chefs sélectionnés dans les catégories cuisine occidentale et cuisine chinoise ont respectivement préparé du homard à l’érable et gelée d’agrumes ainsi qu’un duo de canard laqué et de foie gras à l’extrait d’érable. Un festival de l’érable durant lequel, entre autres, la FPAQ présente son livret de recettes pour le marché japonais et une exposition mettant en vedette l’érable au Hiroshima Botanical Garden en 2010 figure également parmi la liste des événements et activités. Un chercheur, le Dr KEIKO ABE de l’école supérieure des sciences de l’agriculture et de la vie de l’Université de Tokyo, lui a même consacré une étude! Il a publié dans l’édition de novembre 2011 de Bioscience, Biotechnology and Biochemistry des résultats selon lesquels le sirop d’érable aurait un bienfait potentiel sur la santé du foie. Ce sont là quelques preuves de plus de l’intérêt grandissant de cette population pour le produit québécois