Maladie de Lyme: vigilance recommandée

Précisons qu’une piqûre de tique ne signifie pas nécessairement qu’on développera la maladie de Lyme. Cette infection est causée par une bactérie appelée Borrelia burgdorferi. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) explique qu’il n’y a qu’une seule espèce qui transmet la maladie de Lyme au Québec et dans le nord-est des États-Unis. Il s’agit de la tique Ixodes scapularis ou communément appelée « tique du chevreuil » ou « tique à pattes noires ».

Précisons qu’une piqûre de tique ne signifie pas nécessairement qu’on développera la maladie de Lyme. Cette infection est causée par une bactérie appelée Borrelia burgdorferi. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) explique qu’il n’y a qu’une seule espèce qui transmet la maladie de Lyme au Québec et dans le nord-est des États-Unis. Il s’agit de la tique Ixodes scapularis ou communément appelée « tique du chevreuil » ou « tique à pattes noires ».

6 Sep. 2018

Les cas de maladie de Lyme sont en progression au Québec. Si le sud de la province est particulièrement touché, les passionnés de plein air doivent demeurer vigilants. Les travailleurs forestiers sont à risque par leur métier. Toutefois, peu de cas ont été répertoriés chez des employés.

Marie-Claude Boileau

JULIE PARENT, conseillère en communication chez Prévibois, note qu’un seul cas de maladie de Lyme a été répertorié dans une usine basée en Outaouais. Autrement, on signale des piqûres, mais aucune maladie.

Précisons qu’une piqûre de tique ne signifie pas nécessairement qu’on développera la maladie de Lyme. Cette infection est causée par une bactérie appelée Borrelia burgdorferi. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) explique qu’il n’y a qu’une seule espèce qui transmet la maladie de Lyme au Québec et dans le nord-est des États-Unis. Il s’agit de la tique Ixodes scapularis ou communément appelée « tique du chevreuil » ou « tique à pattes noires ».

« Ces tiques se retrouvent dans les régions boisées, les arbustes, les hautes herbes et les amas de feuilles mortes. Les tiques ont trois stades de développement : larve, nymphe et adulte. À chacun de ces stades, la tique doit se nourrir du sang des animaux ou des humains pour passer au stade suivant », indique-t-on. C’est au stade de nymphe que la tique est plus propice à transmettre la maladie. L’insecte est alors de la taille d’une graine de sésame et elle est surtout active au printemps et à l’été contrairement au stade adulte où elle ressemble à un pépin de pomme et s’active à l’automne. Ces dernières sont plus facilement repérables.

La tique doit s’abreuver de sang pour changer de stade. On peut observer qu’elle s’est nourrie lorsqu’elle triple sa taille. Les piqûres de tiques sont sans douleur et elles passent souvent inaperçues. On recommande d’ailleurs de vérifier sa peau après une sortie en forêt. Plus les tiques restent accrochées à la peau, plus les chances d’être infecté augmentent. « Un temps de contact prolongé entre la tique et la peau est nécessaire à la transmission de la bactérie. Le risque de contracter la maladie est faible si une tique infectée reste accrochée à la peau moins de 24 heures. Ce risque augmente avec la durée du contact et est plus élevé lorsque la tique demeure accrochée plus de 72 heures », précise le MSSS. SYMPTÔMES

Les premiers symptômes de la maladie de Lyme se déclarent entre 3 et 30 jours. On note alors une rougeur sur la peau dans 70 à 80 % des cas d’infection. En temps normal, les zones piquées sont les cuisses, les aines, les aisselles ou le tronc. Ensuite, la rougeur qui ressemble à une cible s’agrandit au fil des jours pour atteindre jusqu’à 5 centimètres.

En outre, on peut ressentir de la fièvre, de la fatigue, des maux de tête, de la raideur à la nuque ainsi que des douleurs musculaires et articulaires. Si l’on a été piqué, on peut retirer la tique à l’aide d’une pince à écharde en l’ôtant de façon perpendiculaire sans écraser son abdomen. On demande de la déposer dans un pot fermé hermétiquement sur lequel il faut inscrire la date et le lieu où l’on a été piqué.

Si la maladie se développe, ces informations seront utiles au médecin. On peut guérir grâce à un antibiotique. Si l’infection n’est pas traitée, elle peut provoquer des problèmes plus importants. En cas de doute, on peut téléphoner à Info-Santé au 811.

PRÉVENTION

On peut prévenir les piqûres de tiques en marchant dans des sentiers plutôt que des herbes hautes. On peut utiliser un chasse-moutisques sur les parties du corps qui sont exposées. À la fin d’une activité en plein air, on recommande de prendre une douche dans les deux heures suivantes. Ainsi, si une tique est plus ou moins accrochée, elle tombera. C’est également l’occasion de vérifier la présence d’une tique.

De plus, on suggère de vérifier les sacs ou manteaux afin d’éviter que l’insecte se déplace sur un autre humain ou un animal. Enfin, pour éliminer les tiques, on doit placer les vêtements dans la sécheuse durant 10 minutes à température élevée. S’ils sont sales, on peut les laver à l’eau chaude pendant 40 minutes, puis les sécher à température élevée.

La maladie de Lyme est une maladie à déclaration obligatoire depuis 2003. Les médecins doivent informer les autorités de la santé publique. Selon le MSSS, entre 2004 et 2010, les seuls cas répertoriés avaient été contractés aux États-Unis. Le premier cas officiel au Québec est survenu en 2006. Depuis, leur nombre progresse.

BENOIT HOULE BELLERIVE de la Coopérative forestière du Bas- Saint-Maurice indique qu’ils ont eu un cas de piqûre. Il s’agissait de la première fois où l’on rapportait un cas dans leurs zones d’opération. Celui-ci était au fait de son existence, mais il ne savait pas que la tique avait traversé le fleuve Saint-Laurent. « J’ai fait de la sensibilisation auprès de mes travailleurs, raconte-t-il. Au début, ça ne faisait pas partie de nos programmes de prévention. Quand on a vu ça, on s’est ajusté. On est allé acheter des pinces et j’ai sorti de la documentation. J’ai fait de la sensibilisation sur l’importance de porter des vêtements longs, de faire des vérifications le soir, etc.», explique-t-il.