Nouveau régime forestier: Rexforêt voit son mandat bonifié

Actuellement une centaine d’employés sont à l’emploi de l’organisation dont plus de 90 % travaillent en région. Au total Rexforêt administrera plus de 100 M$ en contrats annuellement.

Actuellement une centaine d’employés sont à l’emploi de l’organisation dont plus de 90 % travaillent en région. Au total Rexforêt administrera plus de 100 M$ en contrats annuellement.

Photo: Guy Lavoie

8 Avr. 2013
Mélanie Grenier

Avec l’entrée en vigueur du nouveau régime forestier, Rexforêt voit son mandat considérablement bonifié.

Pour le directeur général de l’organisation, MARC LAMONTAGNE, ce mandat renouvelé est une véritable reconnaissance du travail et de l’expertise de Rexforêt. Il faut dire que le changement est majeur alors que le volume d’activités a été multiplié par 2,5 et que de nouvelles responsabilités ont été confiées à l’organisation. «Le ministère a misé sur Rexforêt», croit-il. Rappelons d’abord que les principales responsabilités de Rexforêt portent sur l’attribution et la gestion des contrats avec les entrepreneurs, sur le suivi et le contrôle des travaux, puis sur la reddition de comptes technique et financière pour chacun des projets. Tout cela reste. Dans un premier temps, c’est donc le volume de contrats traités qui sera considérablement augmenté. «Nous pensons que nous allons gérer plus de 1000 contrats», assure M. Lamontagne.

Environnement

Au niveau des nouvelles responsabilités qui incombent désormais à Rexforêt, la première a trait à l’environnement. En effet, les entreprises qui le souhaitent pourront désormais travailler sur la couverture ISO-14001 de Rexforêt. «Il faut faire un encadrement pour les entreprises qui veulent l’utiliser», précise M. Lamontagne : cette mesure vient surtout en appui aux petites entreprises qui n’avaient pas les moyens d’assurer le maintien de leur certification.

Plus grande imputabilité

Dans un deuxième temps, Rexforêt aura désormais le mandat d’agir comme agent d’approbation des travaux. «Avant, le ministère devait mettre son sceau alors que maintenant l’approbation finale est confiée à Rexforêt», explique M. Lamontagne. Cette nouvelle responsabilité vient avec une contrepartie puisque l’organisme devra faire face à une plus grande imputabilité. «On est responsable de livrer des travaux de qualité. Ça n’est pas nouveau, mais l’imputabilité a été renforcée », ajoute le directeur général.

Stabilité accrue

Dans l’objectif de stabiliser les entreprises et les emplois, Rexforêt a aussi eu le mandat de signer des ententes de cinq ans avec toutes les entreprises qui ont un historique de travail dans les forêts publiques. «Nous allons signer des ententes à long terme de réalisations de travaux sylvicoles qui vont garantir un volume de travail assez important aux entreprises», explique M. Lamontagne précisant qu’entre 175 et 200 ententes devraient être signées.

Une organisation en expansion

Tous ces changements font de Rexforêt une organisation en pleine expansion. Déjà 11 nouveaux employés ont été embauchés. «Pour le reste, on attend la confirmation des budgets. Il y aura peut-être d’autres embauches, mais ça sera marginal», explique le directeur général. Au total, c’est actuellement une centaine d’employés qui sont à l’emploi de l’organisation dont plus de 90 % travaillent en région. Au total Rexforêt administrera plus de 100 M$ en contrats annuellement. Des fonds publics qui sont investis tant pour assurer la pérennité des forêts que pour stimuler l’activité économique en région. «C’est un investissement important du gouvernement du Québec. Ça nous prend des forêts en santé!», conclut M. Lamontagne.