Nouvel édifice Claude-Béchard: alliance harmonieuse entre le bois et l’acier

L’Édifice Claude-Béchard est une structure hybride intégrant le bois et l’acier.

L’Édifice Claude-Béchard est une structure hybride intégrant le bois et l’acier.

Photo: Johanne Fournier

29 Sep. 2015

L’Édifice Claude-Béchard a été inauguré le 7 septembre à Saint-Pascal, cinq ans jour pour jour après le décès de celui qui lui a donné son nom. Véritable centre multiservice abritant notamment les locaux de la MRC du Kamouraska, le bâtiment a été construit en bois et en acier.

Johanne Fournier

La MRC souhaitait l’utilisation au maximum du bois. Mais, comme la bâtisse se trouve dans une zone sismique dont le terrain causait quelques défis, elle a opté pour une structure hybride intégrant le bois et l’acier. Sa conception a d’ailleurs exigé une grande coordination pour jumeler l’acier et le bois lamellé-collé.

À l’image de Claude Béchard

Selon le ministre responsable du Bas-Saint- Laurent, JEAN D’AMOUR, l’utilisation du bois pour cet édifice est à l’image de l’ancien député de Kamouraska-Témiscouata, CLAUDE BÉCHARD. Le premier ministre du Québec croit même que le bâtiment a, en quelque sorte, été fait sur mesure pour lui. «Le bois est très résistant comme matériau à toutes sortes d’intempéries et de problèmes comme l’était Claude, a comparé PHILIPPE COUILLARD, tout juste après la coupure du ruban marquant l’inauguration de l’édifice. C’était un homme qui était très fort de caractère et dans sa passion pour la région.»

Infrastructures publiques en bois

«Comme député de Roberval, une région forestière, j’apprécie particulièrement qu’on construise des édifices publics avec une ossature en bois, a fait savoir le premier ministre. On vient d’annoncer la possibilité de construire des édifices jusqu’à douze étages avec des armatures en bois. Alors, c’est un signal qu’on lance à l’industrie forestière.»

Mis à part le guide lancé par son gouvernement à la mi-août qui vise à encourager la construction de bâtiments en bois, le premier ministre n’a pas voulu, lors d’un point de presse, s’avancer sur d’autres mesures qui pourraient favoriser l’utilisation du bois. «J’étais récemment à la Mine de diamants Renard et j’ai vu, avec beaucoup de satisfaction, que tous les ponts de la route 167 sont en ossature de bois, s’est-il contenté de dire. Tout le monde se rend compte que le bois est un matériau sécuritaire, y compris pour les questions relatives aux incendies. Il rappelle au monde et au Québec que la forêt, c’est important pour nous. Beaucoup de familles en vivent et on veut qu’elles continuent à en vivre. Ça passe par de nouveaux produits et de nouvelles utilisations. À chaque fois qu’on le pourra, on mettra ça en évidence.»

Sous-produits du bois

M. Couillard a ajouté qu’il fondait beaucoup d’espoir dans l’utilisation de nouveaux produits provenant du bois et qui sont utilisés comme matériaux architecturaux. «Il y a les produits de la cellulose, mentionne-t-il. Outre le 2 X 4, le copeau et autres, il y a la fibre de carburant, la biocellulose. Il y a énormément d’applications nouvelles pour le bois qui nous permettent d’en retirer tous les avantages, y compris sur le plan environnemental. Le bois capte le carbone. Il est un beau matériau à utiliser pour minimiser les gaz à effets de serre.»

Bâtiment financé à 75% par Québec

Le bâtiment a nécessité un investissement total de près de 5,5 millions$. Québec a consenti une aide financière de 3,75 millions $. Questionné pour connaître l’impact sur le coût qu’aurait représenté la construction du même immeuble s’il avait été bâti avec d’autres matériaux, le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, qui prenait également part à l’inauguration, a été incapable de répondre. PIERRE MOREAU a tout simplement mentionné que le projet aurait quand même été admissible au financement gouvernemental.

Si le gouvernement Couillard offre, par l’aide accordée à la construction de l’Édifice Claude-Béchard, un bel exemple de soutien à la construction de bâtiments en bois et s’il a stabilisé les investissements sylvicoles en forêt publique en annonçant un budget récurrent de 225 millions $, il n’en demeure pas moins que plusieurs régions, comme celle du Bas-Saint- Laurent, dont l’économie est principalement forestière et alimentée à parts égales par la forêt publique et la forêt privée, sont très nerveuses. Le développement dans la forêt privée est au ralenti. Les investissements sylvicoles de l’État ont reculé de 30% en deux ans. «L’investissement sylvicole a été confirmé sur trois ans à une hauteur sans précédent, a répliqué le premier ministre, sans s’attarder à la question de la forêt privée. Il y a eu beaucoup d’argent dans le domaine sylvicole. Il y a assez d’argent pour que les travaux se fassent et que les gens travaillent. On est le premier gouvernement qui a non seulement maintenu l’enveloppe, mais on l’a rehaussée et garantie sur plus d’une année.»

Modèle d’efficacité énergétique

Signé par Goulet & Lebel Architectes, l’Édifice Claude-Béchard intègre des technologies écoénergétiques offrant une réduction de la consommation totale d’énergie de 69,4%. Cette économie d’énergie s’explique notamment par l’orientation franc sud de la façade de l’immeuble, un système de récupération de chauffage et de refroidissement à débit variable, un éclairage LED, des panneaux solaires et une enveloppe thermique à haute efficacité. Le bâtiment de trois étages, d’une superficie d’environ 1 800 mètres carrés, a été nommé en mémoire de l’ancien ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Natif de la région, Claude Béchard a été député de Kamouraska-Témiscouata sous le gouvernement libéral de JEAN CHAREST. Il est décédé le 7 septembre 2010 à l’âge de 41 ans.