Quel impact sur la possibilité forestière?

3 Juin. 2020

Le Forestier en chef a la responsabilité de déterminer les possibilités forestières, lesquelles correspondent au volume maximum des récoltes annuelles que l’on peut prélever à perpétuité, sans diminuer la capacité productive du milieu forestier. La crise sanitaire actuelle affecte le volume d’interventions en forêt. Ne pas réaliser des travaux ou de les réaliser en partie peut-il avoir des conséquences sur les possibilités forestières et les prévisions du Bureau du forestier en chef ?

Par Guy Lavoie

Le Forestier en chef, Louis Pelletier : « Il est d’abord important de comprendre que le fait que des travaux sylvicoles soient plus élevés ou moins élevés que ce qui était prévu au cours de la saison n’a pas d’incidence immédiate sur les possibilités forestières en vigueur. » En effet, le Forestier en chef fait remarquer que ce qui est primordial au final est de réaliser la stratégie d’aménagement prescrite au territoire à l’intérieur de la période quinquennale (2018-2023). Ce qui signifie, par exemple, que si une partie des travaux prévus est reportée la saison suivante, cela n’aura pas de conséquence.

Il souligne aussi que « dans notre processus de détermination des possibilités forestières, nous devons vérifier et évaluer les travaux sylvicoles réalisés durant la dernière période quinquennale. Au moment des prochains calculs, nous analyserons s’il y a un eu écart entre la planification et la réalisation des travaux. C’est à ce moment seulement que nos analystes pourront déterminer si cet écart a un impact ou non sur les prochaines possibilités forestières. Le cas échéant, nous pourrons faire des recommandations à la stratégie d’aménagement afin de tenir compte d’une situation particulière survenue dans la période précédente »

Prochaine détermination des possibilités forestières

Tel que prévu à la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier, le Forestier en chef a le mandat de déterminer les possibilités forestières des forêts du domaine de l’État aux cinq ans. « Pour réaliser nos calculs, nous utilisons la meilleure information disponible tels que les données les plus récentes de l’inventaire écoforestier du Québec méridional, le bilan des travaux de récolte et de sylvicultures réalisés, les nouvelles courbes de croissance des essences ainsi que les préoccupations du milieu. Notre prochaine détermination des possibilités forestières est prévue à l’automne 2021. Elle sera en vigueur du 1er avril 2023 jusqu’au 31 mars 2028. »