Réjean Julien: 35 ans au Groupement forestier de Portneuf

Signe que les Julien ont la foresterie dans le sang, c’est son fils Étienne Lambert- Julien (à gauche sur la photo) qui a été nommé directeur général du Groupement forestier de Portneuf.

Signe que les Julien ont la foresterie dans le sang, c’est son fils Étienne Lambert- Julien (à gauche sur la photo) qui a été nommé directeur général du Groupement forestier de Portneuf.

Photo: courtoisie

31 Août. 2015

Réjean Julien est l’une de ces rares personnes à avoir toujours conservé le même poste. Après 35 ans au Groupement forestier de Portneuf, celui-ci a décidé de partir à la retraite… pour travailler sur plusieurs autres projets. Une semi-retraite qui sera très active!

RÉJEAN JULIEN a découvert le monde forestier par son père puisque celui-ci est producteur forestier et agriculteur. «Il a gagné sa vie principalement avec sa terre et la forêt. Sa passion était la forêt, mais la nécessité était la terre», raconte celui qui a fait des études en génie forestier à l’Université Laval. M. Julien a été embauché comme adjoint technique au Groupement forestier de Portneuf après un stage à la Forêt Montmorency. Un mois plus tard, on le nommait au poste de directeur général de l’entreprise en août 1980.

Le natif de Saint-Léonard trouvait intéressant d’obtenir cette tâche. «Je connaissais tous les intervenants forestiers du coin étant moi-même propriétaire de terres et fils de propriétaire», souligne-t-il. En poste durant 35 ans, il aura consacré une grande partie de sa vie au développement de la compagnie. «Le groupement forestier sous ma gouverne est devenu un incontournable dans Portneuf, dit-il fièrement. C’est une entreprise qui propose des services clés en main en forêt publique. On oeuvre autant dans la technique que dans la construction de chemin, de l’opération de récolte et le transport. On est devenu un incontournable dans les dossiers forestiers. Aussitôt que ça parle foresterie, ça s’adresse au Groupement forestier de Portneuf pour les points de références », mentionne M. Julien.

À sa première année en poste, le chiffre d’affaires de l’entreprise est de 200 000$. Au moment de son départ en mai 2015, celui-ci se chiffre environ à 6 M$. L’ex-directeur général a créé au fil des ans des filiales, notamment Adrien Côté 1985 inc., dont il s’occupe maintenant. «On est l’un des groupements fores tiers au Québec qui est fortement impliqué dans le camionnage. Nous avons sept camions qui font le transport de bois en tout temps et quelques équipements additionnels», fait-il savoir.

Sa plus grande fierté est d’avoir réussi à développer l’entreprise malgré les crises que le domaine forestier a connues. «On y est parvenu en faisant de l’intégration et en s’impliquant partout en foresterie dans notre région», indique-t-il.

Âgé de 59 ans, M. Julien a toujours été un homme occupé et impliqué. Il a siégé au conseil d’administration du Regroupement des sociétés d’aménagement forestier (RESAM) où il a d’ailleurs occupé le poste de vice-président. En parallèle à son travail au sein du groupement forestier, il dirige sa propre entreprise puisqu’il a repris la ferme familiale. «Quand je l’ai achetée, j’ai essayé de continuer la production laitière, mais c’est un marché qui s’arrimait mal avec mon travail en foresterie. Je l’ai transformée en production bovine. Actuellement, nous avons 250 bêtes. J’ai aussi une érablière. Je suis passablement occupé!», confie le nouveau retraité qui possède également des lots forestiers et agricoles totalisant environ 1000 hectares.

Relève

Signe que les Julien ont la foresterie dans le sang, c’est son fils ÉTIENNE LAMBERT-JULIEN qui a été nommé directeur général du Groupement forestier de Portneuf. L’annonce de sa succession a d’ailleurs coïncidé avec le thème du congrès 2014 de RESAM, «La relève». A-til un conseil à lui donner? «De s’entourer d’une bonne équipe comme on a toujours eue et d’y aller avec le gros bon sens.» M.Lambert-Julien a étudié en foresterie à l’Université Laval et travaille pour l’entreprise forestière portneuvoise depuis huit ans. C’est un métier qu’il a choisi notamment parce que ça lui permettait de travailler dehors. Le nouveau directeur général juge que son père a été un bon dirigeant. «Il sait prendre des décisions et il les a toujours assumées. De plus, il a su profiter de bonnes occasions et des opportunités d’affaires», commente-t-il.

Outre Étienne qui est l’aîné, la famille de Réjean Julien est composée de deux autres fils et d’une fille. «Je suis très fier de ma famille, mes enfants ont tous une bonne formation et de bons emplois», tient-il à souligner. Sa fille est infirmière. «Elle m’a rendu grand-père une fois et demi. Elle est due pour la fin août», précise-t-il. Le troisième est omnipraticien et se mariera dans quelques semaines. Enfin, le cadet est policier pour la Sûreté du Québec. Que fera-t-il dans ses temps «libres»? «Ma famille a commencé à me faire faire quelques voyages», confie-t-il en riant. Autrement, il compte continuer à aménager ses propres boisés et à chasser, un loisir qu’il apprécie beaucoup et auquel il s’adonne tous les ans.