Trente ans de nouvelles forestières

11 Juil. 2017

Par : JOCELYN LESSARD, actuel DG de la FQCF depuis 1999 --- Le Monde forestier fête ses trente ans, il faut souligner ce succès et célébrer. Pendant ces trois décennies, plusieurs tempêtes ont été traversées.

Juste merci!
Plusieurs contributions expliquent le succès du journal. La première nous provient des artisans qui le produisent. Je salue particulièrement le fondateur, Jean-Yves Lévesque. Sans son dévouement et sa vision, le journal n’aurait jamais existé. Alain Castonguay a impulsé une grande profondeur au contenu. Guy Lavoie met à notre service son enthousiasme et son expertise des médias. Il a réduit les coûts, changé l’image du produit tout en couvrant de près l’actualité forestière. Il nous conduit aussi doucement vers l’univers numérique. Quant à Roger Robitaille, les lecteurs ne le voient jamais, mais sans son engagement et son talent de vendeur, respectueux et rigoureux, nous aurions eu du mal à garder le bateau à flot.

Un journal sans lecteur est inutile. Merci à tous ceux qui s’abonnent et qui lui donnent de la valeur. Les annonceurs complètent le financement dont le journal a besoin pour continuer d’exister. C’est l’une des merveilles de cette parution; les lecteurs utilisent ce qu’offrent les annonceurs dans un contenu où la publicité occupe un espace raisonnable.

Enfin, n’oublions pas la nouvelle. Le secteur forestier, en forêt publique et privée, est diablement complexe. Dans chaque numéro, le journal diffuse des informations, expose des problématiques et fait connaître des acteurs déterminants de la scène forestière. J’ose croire qu’il contribue à faire mieux comprendre nos enjeux, mais aussi l’apport du monde qui gagne sa vie en forêt et qui aime s’y retrouver. Chaque numéro fait reculer les préjugés qui affectent notre fabuleux secteur. Je suis très fier de cette contribution à la communauté forestière. Croyez-moi, nous ne diffusons pas pour nous enrichir.

Privilège
J’ai le privilège d’écrire dans les pages du journal depuis 17 ans. Je ne prétends pas influencer les opinions, mais je comprends qu’il est exceptionnel de pouvoir diffuser son point de vue à l’échelle d’une publication comme celle du journal. Quand c’est possible, c’est-à-dire quand l’actualité le permet, j’adore prendre des chemins de traverse. Je ne me prends pas au sérieux, mais j’aime bien essayer de faire passer mes messages à travers des angles différents, pseudo-philosophiques ou par des métaphores parfois un peu tirées par les cheveux. Curieusement, ce sont ces textes qui suscitent le plus de commentaires.

Merci à ceux qui prennent le temps de lire et parfois de commenter.

Pour lire tous les autres du Monde Forestier cliquez ici !