Une situation différente, un outil tout aussi important

11 Juil. 2017

Par : CARL-ÉRIC GUERTIN, DG CCFQ (1998-1999) --- J’ai eu la chance de défendre les intérêts des coopératives forestières il y a déjà près d’une vingtaine d’années. Ça me donne l’impression d’être d’une autre époque. En effet, pas de médias sociaux pour nous aider à diffuser de l’information. Nous ne fonctionnions encore majoritairement qu’avec le télécopieur. Ainsi, la Conférence des coopératives forestières (comme elle s’appelait alors) ne disposait que de peu d’outils de communication. En fait, nous n’en avions que deux pour rejoindre nos troupes : le congrès annuel et le «Coopérateur Forestier». Ce dernier était notre meilleur moyen d’atteindre nos membres sur une base régulière.

Déjà à l’époque, nous avions compris l’intérêt de regrouper nos forces avec des groupes qui partageaient une vision commune. Ainsi nous avions commencé à évaluer la pertinence d’une fusion entre notre journal et celui des groupements forestiers. En plus des avantages évidents du côté efficience, l’idée de rejoindre le monde forestier au sens large était omniprésente, ce qui contribuera à la création et au choix du nom «Le Monde Forestier».

Durant mon passage, il était évident pour moi que le journal jouerait un rôle majeur dans notre stratégie de mobilisation du monde coopératif. Les articles nous permettaient de faire connaître notre réseau à plusieurs partenaires en plus d’inspirer toutes nos coopératives. Il nous permettait de plus, d’informer les lecteurs des enjeux qui auraient un impact sur notre réseau.

Une des parties importantes de ce transfert d’information était évidemment la rédaction d’un éditorial. Bien qu’ardu parfois, cet exercice permettait de clarifier les positions de la «Conférence». Il permettait aussi de garder un lien entre notre association et ses membres. Ce qui était on ne peut plus important. C’était un véhicule parfait pour faire valoir et défendre le mouvement coopératif et les actions de la conférence des coopératives auprès des industriels, du gouvernement et mobiliser notre réseau. Merci au Monde Forestier d’exister et de m’avoir permis de communiquer avec autant de personnes intéressées au développement du secteur forestier.

Une longue vie à un outil aussi pertinent aujourd’hui qu’à mon époque.

Pour lire tous les autres du Monde Forestier cliquez ici !