Casa Berardi

Une mine chauffée à la biomasse forestière

Au-delà des impacts environnementaux, l’objectif du précédent propriétaire de la mine, Horizon, était de laisser un legs permanent. «Ils ont voulu favoriser la création d’une entreprise à partir du projet de chauffage de Casa Berardi. Il ne se produit pas de propane en Abitibi et au nord du Québec, ça vient de l’Arabie Saoudite et de Montréal. Grâce au projet, l’argent reste dans la région. Ça ne leur a pas coûté ni moins ni plus cher. La balance commerciale est positive» - Christian Léveillé

Au-delà des impacts environnementaux, l’objectif du précédent propriétaire de la mine, Horizon, était de laisser un legs permanent. «Ils ont voulu favoriser la création d’une entreprise à partir du projet de chauffage de Casa Berardi. Il ne se produit pas de propane en Abitibi et au nord du Québec, ça vient de l’Arabie Saoudite et de Montréal. Grâce au projet, l’argent reste dans la région. Ça ne leur a pas coûté ni moins ni plus cher. La balance commerciale est positive» - Christian Léveillé

Photo: archives LMF

25 Août. 2015

Durant tout l’hiver 2014-2015, Norforce Énergie a testé son système de chauffage à la biomasse forestière à la mine Casa Berardi. Le projet-pilote s’est bien déroulé et il a permis d’obtenir de précieuses données sur l’équipement.

Marie-Claude Boileau

Pour le premier hiver de chauffe, Norforce Énergie a convenu avec le propriétaire de la mine, Hecla Québec, de faire des tests avec deux machines avant de mettre le tout en branle complètement. Un des premiers éléments à vérifier était de convenir d’une méthode de facturation. Rappelons que le projet vise à chauffer de l’air chaud qui est ensuite envoyé dans la mine.

Or, calculer de l’air que l’on réchauffe n’est pas une mince tâche. «Il n’existe pas vraiment de quantité. Ça nécessite donc des formules assez complexes qui devaient être mises en place pour que le client paie le juste prix», fait savoir CHRISTIAN LÉVEILLÉ, directeur général de Norforce Énergie. Dans un deuxième temps, le projet-pilote visait à tester l’équipement. «Ça nous a permis de nous faire la main sur les machines, de savoir ce qu’elles avaient dans le ventre et de voir les limites qu’elles avaient. Nous avons ainsi pu enregistrer un maximum de données», relate M. Léveillé.

Les deux machines ont fonctionné en tout temps avec de la surveillance 24h/24h afin de rassurer leur client. «Elles sont faites pour être autonomes, et payer des salaires sur le site n’était pas rentable pour nous, mais les données collectées sont une mine d’or», dit-il sans vouloir faire de jeux de mots. Le test de l’hiver dernier a également permis de constater la performance des machines. «Le projet originel devait mettre en fonction neuf machines. Le pilote a mis en lumière que les appareils nous donnaient plus de rendement. Ainsi, nous en aurons besoin au total que de sept», indique le directeur général de Norforce Énergie.

Maintenant que le tout est terminé, Hecla Québec a accepté que la compagnie poursuive ses activités. Ils se sont d’ailleurs entendus sur la méthode de facturation. En outre, le financement pour l’achat des cinq autres machines vient d’être attaché. Le projet sera à terme en novembre prochain.

Disponibilité de la biomasse

Un autre point sur lequel Norforce Énergie a dû sécuriser son client est la disponibilité de la biomasse. «C’est une des craintes de la plupart des gens, car ils ne réalisent pas toute la quantité disponible. Actuellement, nous avons la biomasse pour chauffer à l’hiver 2015-2016. Comme pour la gestion du bois de chauffage, il faut déjà penser à l’acheter et l’entreposer pour ’année 2016-2017», note M. Léveillé.

Celui-ci informe que le projet de la mine Casa Berardi représente de 4500 à 5000 tonnes de biomasse par année. L’Abitibi et le nord du Québec en possèdent pour 180 000 tonnes. La nouvelle entreprise construira un bâtiment cet été pour entreposer la biomasse. Il faut dire que Norforce Énergie gère son projet différemment des autres étant donné le contexte. Dans ce cas-ci, la quantité nécessaire est d’environ 4500 tonnes. Acheter un dôme et un grand terrain pour entreposer la biomasse n’aurait pas été rentable pour eux. La compagnie a donc demandé à la mine de pouvoir entreposer du bois rond, c’est-à-dire le houppier. «Lorsque nous sommes prêts à le transformer, on utilise des équipements portatifs et on va le déchiqueter directement dans les réserves des générateurs », explique Christian Léveillé.

L’utilisation de la biomasse forestière aura permis à la mine d’économiser 45 000 litres de propane. «Ça peut paraître gros, mais en réalité, elle en consomme de 2,5 à 3 millions. Le projet à terme devrait éviter d’en consommer deux millions», informe-t-il.

Reste qu’au-delà des impacts environnementaux, l’objectif du précédent propriétaire de la mine, Horizon, était de laisser un legs permanent. «Ils ont voulu favoriser la création d’une entreprise à partir du projet de chauffage de Casa Berardi. Il ne se produit pas de propane en Abitibi et au nord du Québec, ça vient de l’Arabie Saoudite et de Montréal. Grâce au projet, l’argent reste dans la région. Ça ne leur a pas coûté ni moins ni plus cher. La balance commerciale est positive», dit-il avec fierté.

Hecla Québec qui a acheté l’entreprise a accepté de poursuivre. De nouveaux projets gravitant au tour de la gestion de la biomasse forestière pourraient par ailleurs voir le jour. La création de Norforce Énergie a permis de créer de 2 à 3 emplois. La compagnie opère six mois, le reste de l’année étant utilisé pour la préparation. L’entretien des équipements doit être effectué toutes les deux à trois semaines alors que la production de biomasse est réalisée tous les trois jours.

Rappelons que Norforce Énergie est la propriété de la Coopérative forestière Saint-Dominique et de Métal Marquis, un partenariat d’affaires unissant le génie forestier et mécanique. Celle ci a été créée pour répondre à la volonté de la compagnie minière propriétaire de la mine Casa Berardi. L’objectif était d’utiliser la biomasse forestière dans des générateurs d’air chaud. En hiver, cet air chaud est envoyé dans la mine pour ventiler le sous-sol.