Une première formation collégiale en gestion acéricole

16 Fév. 2022

Extra Formation, la formation continue du Cégep de La Pocatière, a développé une nouvelle attestation d’études collégiales (AEC) en Gestion et optimisation d’une entreprise acéricole, en collaboration avec le Service de la formation continue du Cégep de Rivière-du-Loup et de nombreux partenaires, dont Groupement forestier Québec.

Alexandre D’Astous

C’est une première formation collégiale en acériculture offerte au Québec. Le programme lancé en novembre dernier est populaire. « Nous avons déjà une vingtaine d’inscriptions pour notre première cohorte qui débutera le 2 mai prochain. Nous avons des gens de plusieurs régions du Québec, des Bois-Francs, de la Rive-Sud de Montréal, de la Beauce et évidemment du Bas-Saint-Laurent. Nous pouvons prendre une trentaine d’étudiants pour cette formation de 10 cours totalisant 645 heures qui se poursuivra jusqu’au 8 mai 2023 », indique le conseiller pédagogique chez Extra Formation et co-concepteur du programme de formation, Simon Desjardins, qui travaille sur la préparation de cette formation depuis 2019.

« Grâce aux efforts conjoints de développement d’un nouveau programme entre le Cégep de La

Pocatière et le Cégep de Rivière‐du‐Loup ainsi qu’à leur direction respective de la formation continue, il s’agit d’une journée historique. Pour la première fois, une formation collégiale en gestion acéricole sera offerte au Québec », commente la directrice générale du Cégep de La Pocatière, Marie-Claude Deschênes.

Une demande de l’industrie

M. Desjardins explique que la demande pour cette formation vient directement des producteurs acéricoles qui se sont adressés au Centre d’études collégiales du Témiscouata, qui appartient aux cégeps de La Pocatière et de Rivière-du-Loup. « Il y a des formations techniques, mais il n’y avait rien de disponible sur la gestion et l’optimisation d’une entreprise acéricole. Les clubs acéricoles nous ont mentionné qu’il y a des besoins exprimés partout au Québec pour développer des gestionnaires en acériculture. La formation donnée par Extra Formation du Cégep de La Pocatière s’adresse à la relève, aux producteurs et aux travailleurs acéricoles. La partie théorique sera donnée à distance par les soirs. Il y aura trois fins de semaine pratiques sur le terrain sur l’érablière-école du Centre d’études collégiales du Témiscouata ».

Simon Desjardins indique que jusqu’à maintenant, le transfert de connaissances se faisait de génération en génération. « Nous allons maintenant le faire dans une attestation d’études collégiales approuvée par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec. C’est ce que les producteurs voulaient. Le volet optimisation est aussi très important pour les acériculteurs et de propriétaires qui ont déjà leur entreprise depuis 10 ou 15 ans et qui veulent optimiser les opérations », précise-t-il.

Intégration dans un milieu de travail

Toujours à la demande de l’industrie, la formation se terminera par une intégration professionnelle dans un milieu de travail partenaire choisi par l’étudiant, généralement sur son lieu de travail. « Nous nous sommes adaptés à la réalité du temps des sucres. Nos étudiants ont besoin d’être au travail à ce moment. Ils feront ainsi un stage de 100 heures en gestion sur le lieu de travail de leur choix. La formation a été pensée ainsi. Elle commence après le temps des sucres avec le volet théorique à distance et elle se termine avec l’application sur le terrain lors de la saison 2023. Les acériculteurs étaient contents que l’on considère la saison des sucres dans notre formation », précise M. Desjardins.

L’objectif principal de la formation est de développer des gestionnaires en acériculture, une industrie en croissance et qui n’est plus un simple complément à une entreprise agricole ou forestière, mais bien souvent une entreprise à part entière nécessitant des compétences en gestion pour maximiser son potentiel. « C’est sûr qu’on ne s’adresse pas aux petits producteurs à chaudière, mais bien aux acériculteurs souhaitant vivre de leur production ».

Progrès technologiques et exigences grandissantes

Cette formation vise principalement les propriétaires d’une entreprise acéricole ou ceux désirant en faire l’acquisition, les professionnels du domaine acéricole qui veulent se perfectionner en gestion et en optimisation et les personnes en réorientation de carrière dans le secteur de l’acériculture, de l’agriculture, de la foresterie ou dans un secteur connexe.

« Notre objectif est de rendre plus accessible le développement des compétences pour le savoir‐être et le savoir‐faire en gestion et optimisation d’une entreprise acéricole. C’est ce qui nous a été demandé. Nous souhaitons également développer une passerelle entre le DEP en production acéricole et notre AEC. On pense que des finissants au DPE pour être ouvrier acéricole seront tentés de passer à l’AEC pour intégrer la gestion à leur formation. Nous avons un parcours de continuité à leur proposer », souligne Simon Desjardins, qui précise que l’accélération des progrès technologiques et les exigences grandissantes des consommateurs induisent de nouvelles compétences à acquérir face à l’accroissement de la compétitivité.

« Le Témiscouata et son milieu acéricole peuvent être fiers d’avoir contribué activement au développement de cette première formation collégiale en gestion acéricole offerte au Québec », lance la directrice du Centre d’études collégiales du Témiscouata, Édith Saint‐Amand.

« Le créneau d’excellence Acéricole salue cette attestation d’étude collégiale de grande qualité développée en parfaite adéquation avec les besoins de formation dans le milieu », précise le directeur adjoint du créneau d’excellence Acéricole, Jacques Boucher.

De nombreux partenaires

Outre les Cégeps de La Pocatière et de Rivière-du-Loup ainsi que le Centre d’études collégiales du Témiscouata, plusieurs autres partenaires sont impliqués dans la mise en place de cette formation. Il y a les Producteurs acéricoles du Québec, le Créneau d’excellence en acériculture basé au Témiscouata et Groupements forestiers Québec, dont l’expertise a permis de développer le volet de la formation sur l’aménagement de la forêt dans une perspective de développement acéricole.

« Au niveau forestier, on vise les gens qui travaillent en foresterie et qui souhaitent se perfectionner ou se réorienter en gestion acéricole », indique Simon Desjardins.

« Cette formation cible les différentes régions du Québec et compte également sur le soutien de partenaires locaux tels que le Centre de Formation en Acériculture du Fleuve‐et‐des‐Lacs de Pohénégamook/Sully ainsi que sur des entrepreneurs acéricoles du Québec qui sont également impliqués », mentionne le directeur Extra formation du Cégep de La Pocatière, Christian Plouznikoff.

« Pour les producteurs et productrices acéricoles du Québec, le lancement de cette formation constitue une grande nouvelle qui pourra répondre aux besoins accrus de gestionnaires dans le milieu », déclare le vice-président de l’organisme, Luc Goulet.

Pour plus d’information ou pour s’inscrire à cette AEC, il est possible de consulter le lien suivant: formationextra.com.