Récolte au Saguenay-Lac-St-Jean et en Mauricie

Volumes de bois non récoltés et volumes supplémentaires

Photo: Guy Lavoie

21 Jan. 2015

Mauricie: volumes de bois non récoltés, pour bientôt?

Si plusieurs comme la Coopérative forestière du Haut-Saint-Maurice attendent avec impatience l’octroi de volumes de bois non récoltés, les entreprises devront patienter jusqu’au début de l’année 2015 avant que le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, LAURENT LESSARD, en fasse l’annonce.

Marie-Claude Boileau

Son attaché de presse a confirmé au journal Le Monde Forestier que le ministre Laurent Lessard n’accorderait pas de nouveaux vo­lumes d’ici le début de l’année 2015. Une réponse qui risque de décevoir CLAUDE DUPUIS, directeur général de la Coopérative forestière du Haut­-Saint-­Maurice, qui sou­haitait avoir une réponse positive avant Noël.

150 000 m3 demandés

La Coopérative forestière, basée à La Tuque, est actionnaire minoritaire dans l’usine de Rivière-­aux-­Rats avec Produits forestiers Ré­solu. Ils ont déposé une demande auprès du ministre afin d’obtenir un volume de 150 000 mètres cubes supplémentaires pour démarrer une troisième faction à la scierie. D’après le calcul des volumes de bois non ré­coltés, le ministère des Forêts a identifié 1,3 million de mètres cubes de bois non récoltés dans la région de la Mauricie. « On pense qu’il y a de la place pour nous octroyer un certain volume», mentionne le directeur général de la coop.

Emplois

L’organisation de la Mauricie a dû mettre à pied 42 employés en raison de la fermeture de l’usine Laurentides. Selon M. Dupuis, ces nou­veaux volumes permettraient de maintenir des emplois. «Avec la fermeture de cette usine, notre volume d’opération a considérablement baissé puisqu’on coupait du bois pour elle. Présentement, nous avons du monde mis à pied parce qu’on coupe moins de bois. Ça ramènerait ces gens-­là à l’ouvrage à l’usine», explique­-t-­il.

L’ajout de volumes à couper permettrait égale­ ment de créer de nouveaux emplois. Résolu et la Coopérative forestière Haut­-Saint­-Maurice prévoient faire «un investissement majeur» de 100M$ si le ministère accepte cette demande.

En tout, 50 postes seraient créés. «Tout est at­taché à l’octroi de ce volume. Pas de volume, pas d’investissement, pas d’emplois supplé­mentaires», avertit M. Dupuis. Celui­ci souhaiterait avoir un volume garanti annuel. Conscient qu’il n’est pas possible d’avoir un volume récurrent, il aimerait pou voir le répartir sur plusieurs années. «On demande un minimum de trois ans pour stabiliser les emplois et aider au départ de l’usine», fait-­il valoir.

Des volumes de bois supplémentaires au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les volumes de bois disponibles à la suite de la fermeture de la scierie de Produits forestiers Résolu à Saint­-Fulgence ont été re­distribués à des entreprises de la région du Saguenay-­Lac­-Saint­-Jean. «La forêt publique appartient à l’ensemble des citoyens du Québec. Lorsque vient le temps d’attribuer des volumes de bois de cette forêt, le gouvernement a toujours comme priorité qu’elle serve, en premier lieu, les travailleurs, les familles, les communau­tés et les industries de la région où se trouve la ressource. Cette annonce démontre, une fois de plus, que notre gouvernement a de l’ambition pour notre industrie forestière et les 140 municipalités qui en vivent. Dans le contexte de relance que connaît le secteur fo­restier, l’industrie et les travailleurs ont besoin d’abord et avant tout de prévisibilité. C’est ce qui nous a guidés et qui nous guidera dans nos actions dans les mois à venir», avance Laurent Lessard, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable du Centre­-du-­Québec qui en a fait l’annonce en compagnie du député de Dubuc et adjoint parlementaire du premier ministre pour la région du Saguenay-­Lac­-Saint-­Jean, SERGE SIMARD.

Ainsi, à compter du 1er avril 2015, les Sci­eries du Lac-­Saint­-Jean inc., Scierie Girard inc. et Groupe Lignarex inc. verront, à par­tir des volumes de Saint­-Fulgence, leur garantie d’approvisionnement être augmen­tée respectivement de 22 050, 57 600 et 42 550 mètres cubes de sapin, d’épinettes, de pin gris et de mélèzes (SEPM).

De plus, le volume de 125 000 mètres cubes, obtenu en 2014­-2015 par le Groupe Forestra grâce à la délivrance d’un permis de récolte aux fins de l’approvisionnement d’une usine de transfor­mation de bois, a été reconduit pour les trois prochaines années.

Les autres industriels bénéficiant d’une ga­rantie d’approvisionnement en SEPM au Saguenay-­Lac-­Saint­-Jean se partageront l’excédent des 315 850 mètres cubes qui était auparavant attribué à la scierie de Saint­-Fulgence, soit un volume de 68 650 mètres cubes de résineux.

Notons aussi qu’à la suite du calcul de la nouvelle possibilité forestière produit par le Forestier en chef, 150 200 mètres cubes de SEPM supplémentaires pourront être accordés aux entreprises de la région du Saguenay­-Lac-­Saint­-Jean. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs devait informer les entreprises de leur nou­velle garantie d’approvisionnement durant les Fêtes. «Nous sommes particulièrement heureux d’offrir des volumes de bois additionnels à des entreprises qui ont su faire des investisse­ments importants dans leurs équipements au cours des dernières années et qui ont une capacité supplémentaire de production. Ces nouveaux volumes de bois consolideront les emplois dans notre région et c’est l’ensemble de notre économie qui va en bénéficier», conclut M. Simard.