CONFÉRENCE SUR LE CHAUFFAGE À LA BIOMASSE FORESTIÈRE RÉSIDUELLE

À l’heure du déploiement

La thématique de la conférence: «À l’heure du déploiement», exprime bien les préoccupations des acteurs de la filière de la biomasse forestière résiduelle. AMÉLIE ST-LAURENT SAMUEL, coordonnatrice et co-porte-parole pour Vision Biomasse Québec, signale que plusieurs bonnes nouvelles ont été annoncées au cours des derniers mois.

La thématique de la conférence: «À l’heure du déploiement», exprime bien les préoccupations des acteurs de la filière de la biomasse forestière résiduelle. AMÉLIE ST-LAURENT SAMUEL, coordonnatrice et co-porte-parole pour Vision Biomasse Québec, signale que plusieurs bonnes nouvelles ont été annoncées au cours des derniers mois.

Courtoisie

5 Nov. 2018

Parce que le déploiement de la filière de la biomasse forestière est à nos portes, Vision Biomasse Québec, le Bureau de promotion des bois (QWEB), la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) et l’Association canadienne des granules de bois s’unissent pour présenter à nouveau une conférence sur le chauffage à la biomasse forestière résiduelle. L’évènement aura lieu le 8 novembre à l’hôtel Hilton Québec.

Marie-Claude Boileau

La thématique de la conférence: «À l’heure du déploiement», exprime bien les préoccupations des acteurs de la filière de la biomasse forestière résiduelle. AMÉLIE ST-LAURENT SAMUEL, coordonnatrice et co-porte-parole pour Vision Biomasse Québec, signale que plusieurs bonnes nouvelles ont été annoncées au cours des derniers mois.

Transition énergétique Québec (TEQ) a présenté le plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétique 2018-2023 qui comprend des sommes pour la biomasse. De plus, dans un contexte plus global de lutte aux changements climatiques, la biomasse forestière sera appelée à jouer un rôle important dans le remplacement des combustibles fossiles et de la réduction des gaz à effet de serre (GES).

Mme St-Laurent Samuel avoue que le soutien financier a été plutôt tranquille dans les dernières années. Des projets se sont quand même réalisés. Reste que l’ajout de financement facilitera le déploiement de la filière. «Nous sommes dans une période riche, très stimulante et intéressante. Nous voulons dire aux acteurs qui s’intéressent à cette filière que c’est pertinent d’aller de l’avant dans la création de projets et dans la mobilisation», indique- t-elle. Ainsi, la conférence vise à faire le point sur les défis, à donner des outils aux acteurs de même qu’à mettre sur pied des projets et à consolider la chaîne d’approvisionnement.

PROGRAMME

Pour la conférence, TEQ est le principal partenaire. L’organisme sera présent avec un kiosque où des représentants pourront répondre aux questions des participants sur leur programme de biomasse forestière résiduelle. L’évènement accueillera un invité d’honneur : LÉOPOLD BEAULIEU, fondateur et président-directeur général de Fondaction CSN. Il prononcera un discours sur l’heure du diner. «Il parlera du choix de son action d’avoir misé sur la filière du chauffage à la biomasse», précise Mme St-Laurent Samuel.

Autrement, la journée sera composée de 20 conférenciers issus de différents horizons. Parmi les invités, on accueillera une conférencière autrichienne, CHRISTIANE EGGER, technicienne en environnement, adjointe au directeur général, OÖ Energiesparverband, et gestionnaire de la grappe autrichienne des énergies propres. Elle expliquera le parcours de la filière en Europe qui est précur- seur dans ce domaine.

Les organisateurs ont fait appel à des acteurs régionaux afin de démontrer les possibilités de la filière. DANIEL DION, maire de Saint-Raymond et ALEXANDRE BÉLANGER, conseiller en environnement à la Communauté métropolitaine de Québec, présenteront des initiatives qui ont permis de mettre sur pied des projets de chaufferie et de favoriser la structuration de la filière.

On abordera également des questions plus terre à terre telles que l’identification et le financement d’un projet de chaufferie rentable ou encore les défis techniques et les solutions dans l’opération d’une chaufferie. «On veut apporter aux participants une vision globale de ce qui a été fait au Québec. Il y a des choses qui s’en viennent, mais on veut aussi donner des pistes de solutions concrètes aux défis actuels. On a un programme varié qui risque d’attirer une diversité de gens», souligne-t-elle.

Les organisateurs s’attendent d’ailleurs à accueillir près de 260 personnes. Mme St-Laurent Samuel indique qu’il a beaucoup d’expertise qui s’est développée au fil des ans en approvisionnement ou encore en équipement et en performance technique. Le défi est maintenant de communiquer cette information. «Il faut faire savoir qu’il y a des défis en approvisionnement, mais qu’il existe des solutions pour structurer la chaîne. Il faut aussi que les gens sachent que les équipements sont de qualité et que les services offerts pour les chaufferies existent», indique- t-elle. La coordonnatrice de Vision Biomasse Québec sent de l’enthousiasme, elle espère que le programme de la conférence en inspirera plus d’un. Information et inscription ici.