Groupement forestier Métis-Neigette

Achat d’une compagnie de camions

Photo: Groupement forestier Métis-Neigette

7 Juin. 2019

Désirant offrir le meilleur service à ses membres, le Groupement forestier Métis-Neigette a décidé de prendre le taureau par les cornes et de résoudre son problème de transport de bois en achetant une compagnie de camions. Une solution originale qui leur permettra de bonifier leur service.

Marie-Claude Boileau

«On est énormément impliqué dans la récolte de bois. On coupe aux alentours de 300 000 m3 apparents annuellement. Sur 100 000 m3 apparents, on a des besoins accrus dans le transport de bois. On a donc acheté des compagnies de transport», lance BERNARD OUELLET, directeur général du Groupement forestier Métis-Neigette.

Celui-ci confie que le problème ne date pas d’hier. Aller chercher le bois chez les propriétaires forestiers était un casse-tête régulier. Mais, avec la mobilisation des bois qui s’est accentuée, le problème de transport s’est accru au cours des derniers mois. Soucieux de «développer un service exemplaire et de qualité supérieure à l’ensemble du marché», il dit qu’il fallait prendre les grands moyens. «Des fois, ça pouvait prendre de six mois à un an avant le sortir (de chez le propriétaire). On ne voulait plus que ça arrive. D’une part, la qualité de fibre se dégrade. D’autre part, ce n’était pas un bon service à offrir à nos propriétaires. Pour nous, il était important, au-delà du service de coupe, de transporter le bois», fait-il savoir.

L’offre dans le transport de bois n’a pas suivi l’augmentation des volumes de bois. Il y a donc un manque. Puisqu’il y a davantage de mobilisation, le groupement devait trouver un moyen pour s’organiser. «La difficulté qu’on a est d’avoir les camions lorsqu’on en a besoin pour faire le transport exact de ce qu’on souhaite. Ce sont souvent des gens qui travaillent à la pige et qui vont vers le plus payant. Tu te retrouves tout le temps avec ce dilemme. D’un côté, il y a une pénurie de camions sur le territoire. De l’autre côté, il y a beaucoup plus de bois qui se coupe et les industriels ont des besoins de transport de bois. En achetant une entreprise de transport, ça nous permettait de mieux nous organiser et d’avoir le contrôle», explique-t-il.

Huit camions

Depuis l’automne, le Groupement forestier Métis-Neigette est propriétaire de Transport JM Thibault et Transport Claude Bélanger, deux compagnies qui appartenaient à la même personne. Celles-ci possèdent six camions et quelques équipements. Avant la transaction, le regroupement avait également fait l’acquisition de deux véhicules, ce qui porte le nombre de camions à huit. Toutefois, Métis-Neigette continue à travailler avec des sous-traitants. «On va quand même faire affaire avec des transporteurs. Nos besoins sont aux alentours de 13 à 14 camions», souligne-t-il. Ainsi, ils gèrent une flotte de trois transporteurs sans autochargeur, cinq avec autochargeur, deux chargeurs, des équipements pour l’entretien de chemin comme des chargeurs, des broyeurs, des charrues, des sableuses et un garage.