Hélico Secours : une protection en zone difficile d’accès

26 Mai. 2022

Depuis peu, le Québec peut compter sur une coopérative de solidarité à but non lucratif offrant des services de recherche, sauvetage et transport d’urgence sur tout le territoire de la province.
Nathalie St-Pierre
« Le Québec n’avait pas d’entreprise à but non lucratif de sauvetage comme c’est le cas dans d’autres provinces, raconte ALAIN VALLIÈRES, directeur général d’Hélico Secours. La coopérative est née de la volonté de gens œuvrant déjà dans ce milieu, donc des pilotes et des paramédics de vol. »
Le principe d’une coopérative est simple : une cotisation pour devenir membre permet d’obtenir des sommes sur lesquelles l’organisation capitalise pour se développer et des forfaits annuels sont proposés aux différentes clientèles. « On vise un coût le plus abordable possible », souligne M. Vallières. Ainsi, on retrouve autant des forfaits individuels que des forfaits pour les entreprises, et ce, sur une base annuelle ou saisonnière. Des forfaits familiaux et d’autres de courte durée, par exemple pour la période de la chasse, sont aussi proposés.
Les défis de la distance et de l’accessibilité
Il est de la responsabilité d’un employeur de veiller à la sécurité de ses employés. Lorsque ces entreprises sont dans le domaine forestier, le lieu où les activités s’exercent peut représenter tout un défi de distance et d’accessibilité lorsqu’un accident survient.
Les avantages sont nombreux à avoir accès à un service d’évacuation héliporté. D’abord, dans la grande majorité des cas, l’hélicoptère peut atterrir à proximité du patient. De plus, le déplacement se fait rapidement, sur de longues distances, sans égard à la qualité des routes souvent très accidentées en forêt, ainsi qu’à la circulation à l’approche des grands centres. « Il faut se rappeler que parfois, les soins ne peuvent être donnés dans un hôpital à proximité, rappelle M. Vallières. Pensons par exemple au traumatisme crânien ou à un membre coupé. »
Un service en plein déploiement
Un premier hélicoptère est basé au Saguenay, à Saint-Hubert. Dans les 10 minutes suivant la réception de l’appel de détresse, il est prêt à décoller. Des équipes médicales, formées d’infirmiers et de paramédics de vol, sont de garde chaque jour. Le pilote passe les chercher aux points de récupération prévus. Temps de l’opération : environ 5 minutes. De là, l’équipage peut intervenir rapidement dans un rayon de 280 km.
Une prochaine base est prévue à Saint-Hubert, près de Montréal. Elle devrait être opérationnelle au courant de l’été. Et des pourparlers ont lieu dans d’autres régions du Québec. « Notre objectif est d’ouvrir des bases à d’autres endroits pour couvrir un plus grand territoire, mais aussi pour offrir une couverture plus dynamique si un équipage est déjà occupé à une intervention, explique M. Vallières. Le déploiement dépend des appuis qu’on recueille. On a beaucoup d’appui des municipalités et plusieurs coopératives ambulancières au Québec sont affiliées à nous. Ce qui nous donne accès à près de 1100 paramédics. »
Hélico Secours travaille en coordination avec d’autres services d’urgence. Ainsi, si une situation ne nécessite pas que l’hélicoptère se déplace, Hélico Secours va accompagner à distance son membre utilisateur avec les services locaux.
Parmi les autres projets de l’organisation figurent l’acquisition d’hélicoptères munis d’un treuil et, éventuellement, un avion pour desservir le nord du Québec.
Recherche par géolocalisation de balises
Ces jours-ci, si ce n’est déjà fait, l’hélicoptère sera muni d’un système de détection de signal émis par des balises que portent les gens en randonnée. Ce type de technologie est utilisé depuis plusieurs années dans l’ouest du Canada ainsi qu’en Europe, notamment pour retrouver les personnes ensevelies lors d’une avalanche.
Il est possible d’en apprendre plus sur Hélico Secours en visitant leur site web au www.helicosecours.ca