Plan stratégique amorcé pour le caribou

Katrina Noel CBC

21 Août. 2019

Une stratégie sera mise en place pour aider les populations des caribous forestiers et montagnards à retrouver un équilibre. Lors d’une tournée dans plusieurs régions de la province de Québec, le ministre du MFFP a sondé les besoins et les pistes de solutions envisageables. L’emploi demeure un enjeu detaille.

Jasmine Tremblay-Bouchard

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a achevé une tournée dans plusieurs régions du Québec pour amorcer un travail de concertation concernant les populations de caribous. Le ministre PIERRE DUFOUR s’est rendu dans les communautés touchées pour entendre les demandes et les besoins concernant la protection des territoires. Certains sont plus sensibles, notamment celui du Saguenay- Lac-Saint-Jean qui reçoit plus du quart des attributions du bois au Québec.

M. Dufour invite aussi chaque région à faire part de ses préoccupations et de ses besoins. Les exploitants forestiers doivent être entendus au sujet des limitations imposées pour protéger l’habitat des caribous forestiers et montagnards au Québec. Des tables de concertation régionales sont maintenant lancées dans les régions concernées.

Enjeu majeur : l’emploi

JOCELYN LESSARD, directeur général de la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) explique qu’il s’agit d’un processus à long terme. Dans un contexte où le besoin de main-d’œuvre est important, la protection des caribous ne peut-être envisagée que du côté des acteurs extérieurs au milieu forestier.

L’une des préoccupations des travailleurs forestiers relève des limitations imposées pour préserver les milieux où les caribous prospèrent. Toutefois, les mesures annoncées par le gouvernement du Québec permettent d’envisager des compensations pour les exploitants forestiers.

Comment soutenir et pérenniser l’économie des régions qui dépendent en bonne partie de l’exploitation forestière tout en atteignant les objectifs de protection annoncés par le gouvernement? Certains territoires qui devraient être exempts d’activité humaine pour pérenniser les activités de l’espèce vulnérable sont occupés par des installations de traitement de bois donnant de l’emploi à des milliers de travailleurs.

Le caribou forestier

On le trouve dans les forêts boréales peuplées, en particulier, d’épinettes noires et de sapins baumiers. Les populations du caribou forestier sont en Colombie-Britannique jusqu’à Terre-Neuve- et-Labrador. Au Québec, son territoire précis se situe entre le 49e et le 55e parallèle de latitude nord. Deux petites populations isolées sont aussi présentes au sud du 49e parallèle. Son alimentation varie selon les saisons et les lieux qu’il fréquente. La prèle, le trèfle d’eau et les lichens font partie de son alimentation. La période d’accouplement se tient à l’automne et la mise bas au printemps. Les particularités biologiques de cette espèce font en sorte que sa population se renouvelle plus lentement que les autres cervidés.

Les inventaires aériens de populations révèlent leur taille préoccupante. Les feux de forêt et l’aménagement forestier affectent leurs populations. L’espèce est désignée comme vulnérable au Québec depuis 2005.

Le caribou montagnard

Également nommé caribou de la Gaspésie, il vit dans les sommets des massifs McGerrigle et des Chic-Chocs. Il se nourrit, en fonction des saisons, de mousses, de lichens et d’herbages. Les lichens arboricoles, présents dans les forêts matures, sont essentiels à sa survie en hiver lorsque les lichens terricoles sont sous la neige. La période d’accouplement a lieu à l’automne et la mise bas entre la fin du mois de mai et la mi-juin. Le dernier inventaire de la population en 2018 révélait un nombre de 70 individus restants. Une partie de son territoire est protégé depuis 1993.